si_tu_meurs HINER SALEM est un cinéaste kurde, plusieurs fois récompensé, qui donne à mieux comprendre ce peuple sans véritable patrie, divisé en multitudes de pays qui composent le territoire Kurde (Turquie, Iran, Irak et Syrie "le Kurdistan"), à la personnaité fortement marquée et redoutée pour son organisation politique du PKK qui depuis 1984 livrait à la Turquie une lutte meurtière.

Hiner aime bien dans ses films parler de sujets qui lui tiennent à coeur et des femmes pour lesquelles il pense qu'elles n'ont pas la reconnaissance quelles méritent:" je veux voir mes soeurs libres de choisir leur vie....la femme rerésente l'avenir et l'espoir. C'est ainsi que je la montre dans mes fims"

"je fais des films qui ressemblent à ma vie,je suis né Kurde mais aujourd'hui je me sens citoyen du monde" Il est de religion musulmane et repecte toutes les religions mais son combat reste celui de la laïcité en regrettant que dans certains pays "démocratique" la civilisation occidentale "vacille sur ses fondements laïques". Pour lui la religion doit restée dans" la sphère intime" de chacun(e): "l'engagement dans mes films n'est pas politique, il porte sur tout, de la cuisine à la politique. C'est l'être human qui compte...Je crois au choc des civilisations".

Fort de ses convictions, Hiner a réalisé un film non dépourvu d'humour comme son tître "Si tumeurs je te tue" l'indique avec des moments plus graves sur ce qui s'apparente à des moments de vie personnelle pour donner à sentir ses émotions et tout ce qui le touche. Il en profite pour nous parler de la communauté Kurde et de sa diaspora pas facile à pénétrer vraiement sous les dessous qu'elle affiche de gens sans souci. Le père qui vient pour les obsèque de son fils sait-il que ce dernier était venu pour tuer un criminel Irakien ? (HINER a combatu la dictature de SADDAM, son père a été emprisonné, sa mère battue; il a du se résoudre à l'exll en 1984) ce père effondré par l'incinération de son fils voudrait fare rentrer au pays la fiancée du défunt qui lui révait de la faire venir en France pour batir une nouvelle vie. L'ami occasionnel du défunt essaie par le système débrouille de se sortir d'une situation rendu compliquée par la nationalité étrangère du disparu; cela donne des situations cocasses et l'occasion pour lui de découvrir une autre culture. En 1 h30 le spectateur découvre lui aussi un cinéma Kurde de qualité, vivant, tourné vers l'avenir.

"Il y a les va t'en guerre et les porteurs d'amour.

Il faut être près des premiers et en faire cent fois le tour

Pour leur dire que le sang s'il doit couler un jour

C'est pour que meure la haine et triomphe l'amour..."

-SEJHMUS DAGTSKINE

(il faut tuer la Haine)

*