poulet prunesCette semaine on reste dans la BD. LE "POULET AUX PRUNES" est un film de deux dessinateurs reconnus ; VINCENT PARONNAUD avait obtenu un fauve d'Or (meilleur album) pour "PINOCCHIO" (2007) et MARJANE SATRAPI  qui avait été, elle aussi, récompensée pour son album en noir et blanc "PERSEPOLIS" qui retraçait, à sa manière, son enfance dans Théhéran au moment de la chute du Shah à la Révolution islamique qui suivit et qui marqua son entrée dans le monde des adultes. De là était né un film d'animation qui avait eu un bon succés.

Aujourd'hui, ils ont décidé de faire ensemble un film long métrage avec des vrais acteurs internationaux qui vont de Mathieu ALMARIC à JAMEL DELBOUZE en passant par ISABELLE ROSSELLINI et bien d'autres dont beaucoup ont été récompensés comme meilleurs acteurs en 2007.

Ils se sont lancé dans le long métrage cinémascope pour découvrir encore autre chose en restant humble et après avoir visionné plusieurs films d'auteurs de référence comme FELLINI ou HITCHCOCK car dit PARONNAUD: "il faut d'abord décortiquer; on ne dégomme pas sur du vide"..."poulet aux prunes" était un film qu'on avait envie de faire". Après la BD, le dessin animé, le cinéma est un nouveau cri d'amour. C'est un film sur l'amour et l'art pour attirer l'attention du spectateur sur la complexité de la vie.

N'ayant pas beaucoup de moyens, à l'inverse de SPIELBERG, ils ont essayé de transformer cet essai cinématographique en mélangeant les styles  qui vont du burlesque  fantaisiste au melo imaginaire et fantastique  tout en essayant de raconter une histoire inspirée par un vieil oncle  musicien  dans un film d'amour avec de l'humour. Aller au delà de la réalité et du réalisme car pour eux le cinéma reste du rève et de la fantaisie. Avec "poulet aux prunes" ils se sont amusés à faire rèver; le tout enrobé de liberté esthétique.

Hugo Kramer a aidé a faire tous les décors en utilisant les décors existants et en les actualisant au fur et à mesure de l'avancement du tournage dans le célèbre studio de Berlin où avaient été tournés quelques chefs d'oeuvres du muet. Sans aucun doute que  la Maitrise de Graphiste de Satrapi lui a été bien utile là encore. De son expérience de dessinatrice de BD elle a voulu garder la structure à tiroir . Pour les acteurs elle a écoutée leurs remarques et leur expérience du plateau de cinéma. Ell avait peur d'être confrontée à des conflits, à des engueulades où chacun se la jourait perso  " heureusement tout s'est passé dans le plaisir d'être ensemble et dans la bonne humeur". Fallait-il garder un si grand nombre de personnages à forte personnalité, n' y avait -t-il pas comme dans les Tintin un risque d'émiettement et de déperdition au détriment du personnage principal?; au vue du résultat, les avis de la critique sont partagés.

Au final "poulet aux prunes" qui sort en même temps que "Tintin" montre une autre façon  d'adapter des BD au cinéma, quand on a pas de gros moyens mais beaucoup d'inventivité et une ambition qui pousse à agir avec la volonté d'arriver sans que celà se fasse au détriment de son présent qui reste de continuer dans la voie des dessinateurs de BD.

Ce film qui à l'IRAN pour fond de décor donne à comprendre le réel dans une perspective d'avenir suffisament large qui ne soit pas soumise aux exigences d'une actualité contraignante. C'est un film qui se veut réaliste avec un caractère de réalité en utilisant des éléments qui ne sont pas empruntés à l'observation directe.

"le drame c'est le conflit des élèments disparates quand ils sont réunis dans un cadre réel où leur propre réalité se dépayse" -Louis ARAGON-

*