20113234_7_IMG_543x305 YASEMIN ET nESRINDifficile à un fils d'immigrés de rester insensible à un film qui parle de l'intégration. "ALMANYA" a été réalisé par deux soeurs YASEMIN et NESRIN SANDERELLI: "Nous ne l'avons pas fait ensemble: concrétement on a ecrits différentes scènes parrallelement, puis nous avons travaillé les scènes écrites par l'autre. Après 5O versions on peut dire que nous formons une bonne équipe maintenant, mais nous avons chacune nos propres pojets" dit YASEMIN, NESRIN ajoutant:" notre perséverance et notre motivation à écrire ensemble montre bien que cette histoire devait finir en film".

 Yasemin est issue d'une famille turque qui a émigré en Allemangne de l'Ouest. Née en 73 à Dortmund, elle a étudié le cinéma et la télévision à l'université du film de Munich. A 23 ans elle se lance dans le court métrage et les téléfilms et en 2000, avec sa soeur, elle fait un premier film "KISMET" (aucune trace en France). 3 ans plus tard, elles travaillent au scénario de ALMANYA (l'Allemagne) pour raconter, sous forme d'une comédie qui traite d'une famille de Turc immigrée, un voyage souvenir. Le scénario va prendre 7 ans avec  des anecdoctes de plusieurs familles. Il sera tourné en un peu plus de 3 mois en Allemagne et en turquie (IZMIR) en 35 mm avec un budget de 4 millions d'Euros:" Le tournage a été une grande aventure, notre défit était de tourner des scènes à la fois en Allemagne et en Turquie, en perdant pas de vue que la moitié de l'histoire se déroule dans les années 60".

 Présenté hors sélection à la Berlinale 2011, sa sortie à l'écran recueille les rires de plus de 1,5 millions de spectateurs allemands, à la grande surprise de la critique et des maisons de productions qui avaient hésité à le diffuser. Aujourd'hui, il débarque sur nos écrans.

Les Turcs sont nombreux à avoir émigré en Allemagne, mais depuis la réunification et la crise ces émigrés et leurs enfants sont l'objet d'un rejet  religieux et de clichés raçistes:" les gens pensent encore que les turcs ne font pas assez d'efforts pour s'intégrer. L'immigration est un sujet d'actualité. Ce sujet amène un regard trés personnel sur pourquoi nous sommes là, comment tout a commencé et que s'ignifie être étranger aujourd'hui?... Les Turcs et autres étrangers sont en Allemangne des "travailleurs invités" (Gastarbeiter); pourtant ces invités l'ont été par le gouvernement Allemand et ils ont contribués à l'équilibre économique du Pays et ils ont donc le droit d'être ici...La culture du multinationalisme semble pourtant morte à présent....Dans ALMANYA  nous avons beaucoup intégré des éléments de notre enfance"

Les réalisatrices comme beaucoup de jeunes se sentent rejetés par leur pays d'adoption et celui d'origne, alors ils se posent la question "suis-je Allemand ou TURC?". Elles ont traité ce sujet à travers un voyage imposé par un grand père à sa famille (fille et petit fils). Voyage souvenir pour les uns, déracinement et découverte du pays de leur origine pour les autres. Le spectateur est invité à découvrir les différences de culture à travers les yeux d'un enfant de 10 ans, différences appuyées par des flasch-backs comparatifs. Les anecdoctes racontées sont souvent l'occasion de déclencher des rires notamment celle où l' enfant découvre qu'il y a en allemagne des allemands qui parlent entre eux un dialecte qui est pour lui un "charabia" incompréhensible: "le problème de la langue est vraiment drôle; nous avons utilisé pour cela le "Gibberish". C'est CHAPLIN qui dans "le Dictateur" utilisait ce langage inventé par lui pour caractériser HINKEL (HITLER). L'utilisation de ce langage nous a servi à montrer aux Allemands qui verront notre films la sensation d'étrangeté et de confusion que peut causer la découverte d'une nouvelle langue à son arrivée dans un pays qui n'est pas le sien". Autre moment qui fait sourire c'est quand le grand père fait découvrir leur appartement à sa femme qui lui demande à quoi sert la chaise qui est le  Wc sur lequel on s'asseoit alors qu'en Turquie il y avait le W.C dit "à la turque"..... Ce voyage qui est censé faire découvrir la maison achetée par le Grand père en Turquie est émaillé de disputes et de surprises:. Tout en évoquant le problème du conflit des générations, les deux soeurs SANDERLI ont essayé de porter la bonne parole à travers une comédie sur le respect de l'autre et les vertus du métissage (avec un regard un peu trop angélique?)

Une comédie de 1 h 40 . On est prié de laisser à l'a porte de la salle le problème douloureux de la non reconnaissance du Génocide Arménien.

*