JulesJim-A_c_-Raymond-Cauchetier-6_2_-e2f7c

La période d'été, avant les vacances c'est l'occasion de faire "les bonnes affaires" des soldes. Le cinéma a décidé de fêter les 50 ans de la sortie du FILM "Jules et JIM" (1962) et le 8O ième anniversaire de la naissance de FRANCOIS TRUFFAUT (décédé en 1984 à 52 ans). Le choix de "jules et JIM", même s'il n'est pas aussi percutant que les "400 coups" (primé à Cannes en 1959), parait judicieux d'autant qu'il a été numérisé.

Francois TRUFFAUT incarne avec d'autres grands réalisateurs la "NOUVELLE VAGUE" du cinéma français. Après la guerre le film était devenu un produit couteux et donc les promotteurs toujours attachés à courir le moindre risque avaient décidés de soutenir les réalisateurs confirmés de 45 ans au moins, c'est a dire en limitant l'éclosion de nouveaux talents. d'où la colére de jeunes comme TRUFFAUT dans des articles des "cahiers du cinéma" (ce qui lui vaudra d'être interdit de festival de Cannes en 1958). Dans un interwiew télévisé il explique que pour lui Les 3 premiers films d'un auteur sont toujours meilleurs et qu'après c'est la routine du mêtier (la carrière).

Au cinéma ce qui l'intéressait c'était la recherche de la vérité dès qu'il entamait l'écriture du scénario. Il voulait que dans les films on apprécie la cohérence et la logique du film en s'intéressant à tous les genres (il appréciait les salles du cinéma permanent où le spectateur rentrait sans trop savoir quel film était projeté : "tout m'interesse"). Il aimait que le cinéma reste mystérieux et qu'il procure des émotions. Il ne s'estimait pas être un réalisateur plus sincère qu'un autre et pas toujours d'une franchise absolue."JULES et JIM" résume assez bien les idées de ce jeune apprenti réalisateur de 30 ans qui avait été l'assistant de ROBERTO ROSSELLINI (1956) et qui était protégé par ANDRE BAZIN, critique de cinéma, fondateurs de ciné-clubs qui cherchait par ses articles sur des films peu connus et peu vus à éduquer ce qu'il appelait le public populaire (il est mort juste avant la sortie du 1° film de TRUFFAUT).

L'idée de faire un film du Roman "Jules et Jim" écrit par HENRI PIERRE ROCHE (à 73 ans) a été donné par l'auteur du roman qui avait apprécié la critique littéraire de son livre par TRUFFAUT. Truffaut a accepté à condition de pouvoir effectuer quelques changements (la nationalité des héros). Ce roman était l'éloge de l'amitié, à la vie à la mort, qui se déroulait de 1910 à 1939 entre trois jeunes: deux copains inséparables (un allemand et un Français avec au milieu une fille CATHERINE pleine de vie qui revendique sa liberté et va vivre une errance sentimentale).

Truffaut se démarque des réalisateurs classiques de l'époque en mélangeant le réel et la fiction, la littérature et le cinéma (une voix off cite des phrases du livre  et s'affrontent aux dialogues), la comédie joyeuse et la tragédie finale (le scuicide). Il donne l'impression de faire du direct. Truffaut est resté fidèle au romancier qui donnait à comprendre que l'amitié était plus forte que l'amour (jules épouse marguerite, puis jules accepte que sa femme prenne son ami jim pour amant). Pour JEANNE MOREAU qui incarne la jeunesse de l'époque ce film sur l'amour à trois n'a rien de scabreux :"C'est vrai que l'on peut aimer deux personnes en même temps pour des raisons différentes, convergentes, complémentaires ou parallèles l'un pour l'autre". Sa chanson "le Tourbillon de la vie" écrit par SERGE REZVIANI sera le tube de la décénie. (Truffaut met de la musique partout comme pour manger la dureté du noir et blanc). Le film avait fait grincer les dents des critiques qui concevaient qu'un homme puisse aimer deux femmes mais plus difficilement le contraire. Pour le réalisateur, ça n'avait rien d'une situation exceptionnelle et ça correspondait bien à cet esprit nouvelle vague qu'il défendait (dans ses jeunes années il avait été coursier, soudeur et même vendeur de graines). Il avait fait le maximun pour que son film sur l'amour fou garde l'aspect littéraire du roman et pas seulement par son tître: "ce qui est exceptionnel ce sont les personnes qui agissent avec hypocrisie et qui par lacheté écartent les problèmes; mes personnages n'ont pas cette espèce de lacheté, ils essaient de se justifier par une morale qu'ils s'inventent eux-même, une morale trop exigeante qui échoue... Avec ce film je suis parti d'une situation qui peut paraitre scabreuse pour résussir un film d'amour" 

Durée du Film 1h 50.

"Femme fatale qui me fut fatale

...

On s'est reperdue de vu

puis on s'est retrouvé...

Pourquoi se séparer?

Alors tous les deux on est reparti

dans le tourbillon de la vie..."

(extrait du Tourbillon)

*