camille redouble

A 48 ans NOEMA LVOVSKY décide de traiter dans un film les questions aux quelles elle pense depuis son enfance en étant à la fois réalisatrice et actrice. Sa préparation a quand même mis quatre ans depuis son dernier long metrage "Faut que ça danse" (2007) dont il avait été difficile de réunir le budget. Pour la première fois elle occupe le rôle principal de bout en bout: "j'étais comme sur du sable mouvant". C'est moins évident qu'il ne parait. D'abord étudiante en lettre moderne puis en cinéma, elle intègre en 1986 le département du scénario, réalise 2 courts métrages, collabore comme scénariste avant de réaliser son premier long métrage en 1993: "oublie moi".Comme beaucoup de jeunes elle avait révé, entre 11 et 15 ans, un temps, à devenir comédienne, elle s'était essayée au théâtre jusqu'à un stage d'été où un directeur avait trouvé "qu'elle faisait plus vieille que son age...puis l'avait trouvé trop vieille et trop grosse pour espérer jouer les jeunes premières", on comprend, comme elle dit, que " ça m'a fait violence" et que l'idée de devenir comédienne ait mis 15 ans à se réaliser, poussée par YVAN ATTAL. Aujourd'hui encore elle dit: "Comédienne, j'adore ça mais c'est pas mon mêtier". Entre temps elle a obtenu plusieurs récompenses (prix JEAN VIGO,  LOUIS DELUC, Le Leopard d'argent à LOCARNO, Qiunzaine des REALISATEURS, LE PRIX DES COMPOSITEURS DRAMATIQUES (SACD), NOMINEE au ART CINEMA d'AWARD), autand dire qu'elle n'est pas la première venue au royaume de la création cinématographique.

En tant que réalisatrice est dit: " je me concentre sur le rythme,"la pulsation" ...Il y a un temps pour la réflexion (le scénario), pour la préparation; j'ai besoin de comprendre pourquoi je dois raconter cette histoire là"...CAMILLE est une femme mure qui redevient "immature", tout en conservant son expérience, son visage et son corps de quadragénaire...Etre à la fois dans l'instant et à distance; ce que l'on a déjà vécu."...Camille est un film qui parle de la perte, pas de nostalgie. Depuis mon enfance je me pose les questions:

-Est-ce que le temps nous change au point de devenir quelqu'un d'autre ou existe-il en nous une part irréductible?

-Est- ce que cette part d'irréductible existe dans l'amitié et l'Amour?

-Est -ce que la vie abuse l'amour ou est-ce que l'amour aura forcément une fin?

On voudrait que l'amour dure toujours, on exige un absolu, mais à force de vouloir l'absolu on finit par passer à côté de l'amour, c'est comme dans " On ne badine pas avec l'amour" de MUSSET , à force de vouloir l'absolu elle passe à côté de l'homme qu'elle aime et repart dans son couvent où elle ne risque rien avant de finir sa vie dans la solitude, le mesonge, le déssêchement....Avec Camille REDOUBLE, je pensais avoir écrit une histoire de remariage jusqu'au montage; dans le dernier plan j'ai découvert que Camille reste seule mais apaisée par son voyage dans le temps qui lui a appris les choses de la vie, les gens, l'amour, l'amitié qui sont périssables et ça n'est pas une mauvaise nouvelle. Je voulais que ça ait les couleurs, les formes de mon imaginaire, de mes souvenirs, réinventer la jeunesse par les souvenirs. Je ne suis pas accroché comme Camille à mon rève de jeunesse. Le Prologue ressemble à un cauchemard et celui du final à un rève. Elle revisite son passé.

Je considère qu'un film est le scanner du cerveau de son réalisateur; une partie de son inconscient -image et sons-. Je raconte des choses impossibles à croire mais je pense dire la vérité. Il ne faut pas laisser le souci de l'apparence prendre le dessus. Je voudrais que mon film donne envie de regarder les gens en essayant d'éprouver leur existence et leur mortalité.; L'existence est fluctuante, mouvante, aléatoire et périssable".

Vous êtes-vous demandé un jour, si votre vie était à recommencer, si vous feriez les mêmes choix? Je suis d'accord avec l'idée que parfois les souvenirs aident à comprendre qui on est, d'où l'on vient, et pourquoi il faut aller de l'avant quoiqu'il arrive, avec sérennité, pour éviter que sa vie soit gachée par "des qu'en dira -t-on".

La prouesse innovante dans ce film est que les comédiens quadragénaire restent les mêmes dans les scènes de souvenir de jeunesse, seuls changent leurs attitudes, leurs habits et la musique (années 80) pour récréer l'atmosphère de ces années -la.

Elle rend à travers ce film un homage appuyé à COPPOLA et à son flm "PEGGY SUE S'EST MARIEE" (1986); mais on ne peut pas dire que ça soit une "remake" même si l'histoire est similaire: SUE hésite à se rendre à la réunion des anciens élèves car elle vient de divorcé et a peur de se retrouver en présence de son ex. Pendant la réunion elle est élue Reine mais s'évanouit ce qui la projète à des années en arrière où elle était étudiante....Coppola a fait un film sur la nostalgie ( à la fin elle retrouve son ex en se réveillant et quand celui ci lui demande de lui pardonner elle ne dit pas non.) Pour coppola il ne sert à rien de vouloir changer sa vie, il faut seulement apprécier celle qu'on a choisie.

 CAMILLE est une autre vision , c'est un film qui peut aider à comprendre ce qui nous est arrivé pour apprendre à encore mieux aimer. On regrettera que cette Réalisatrice qui ose beaucoup n'ait pas trouvé le courage de couper les longueurs inutiles au montage, mais ça reste un beau film.

Durée du Film 1 h 53mn.

*