realisateur J scheier

Pour son premier film le jeune JAKE SCHREIER, aidé par CHRISTOPHER FORD pour le scénario, a réussi à séduire (trophé ALFRED R SLOAN  au festival SUNDANCE) "meilleur film traitant de la science et de la Technologie". Son film de 1h30 a été tourné en 20 jours à NEW-YORK avec un petit budget de 2, 5millions de $: il traite du vieillissement humain et de l'aide que peuvent apporter les innovations technologiques. Le réalisateur américain a fait ses classes  à l'universitée des arts de Tisch à New-York, puis comme beaucoup un apprentissage dans le court- métrage et les clips vidéos de pub.

L'acteur FRANCK  LANGELLA a réussi à rendre crédible la  vie à ce robot thérapeutique, sorte de majordome futuriste capable aussi bien d'être un aide hôtelier qu'un jardinier, voir un complice.

L'idée de départ relève du rève futuriste  de pouvoir pallier aux défaillances humaines, dues au vieillissement ( à la maladie), par une intelligence artificielle. Créer une alchimie Homme/Machine pour le meilleur et pour le pire avec un Robot Humanoïde:" la technologie n'est pas bonne ou mauvaise" dit cette jeune pousse du cinéma américain!.

"le Robot et Franck" nous invite à partager ce moment d'échange et d'aventure entre un homme qui n'a pas un passé de saint (c'est un ancien cambrioleur devenu solitaire et cynique) et qui est atteint d'un début de maladie d'ALZHEIMER avec un robot intelligent programmé pour pallier aux carences de la mémoire humaine (il parle et il travaille) mais à qui on n'a pas inculquer ce qu'est la loi, la justice, la difference entre faire ce qui est autorisé et ne pas faire les choses interdites....

Le scénario de ce rêve utopique est rendu crédible par des moments de rire, d'émotions et de questionnement (quand on demande à Franck d'effacer la mémoire de ce compagnon intélligent qui lui a permis de retrouver ses sensations oubliées et l'amour alors qu'il perdait la mémoire). Il interroge aussi sur l'avantage et les inconvénients de cette technologie qui risque de remplacer le livre papier par le livre numérique via les smartphones, Ipad et autres appareils futuristes.

C'est un film plein de fraicheur, facile et captivant comme l'ont été les histoires d'ET, de WALL-E sans toutefois atteindre la sensibilité et la beauté cinématographique de "METROPOLIS" (1927) avec sa femme fatale qui est un robot à l'époque du cinéma muet. Ces trente dernières années on avait eu à faire à des robots qui même quand il s'agissait d'ANDROIDE comme TERMINATOR (1984) ou ROBOCOP (1987) jusqu'à PROMETHEUS (2012) n'étaient pas des compagnons avec qui on aurait souhaité partager sa vie. Le Robot de Franck est inspiré des robots japonais de la nouvelle technologie de l'électro-ménager même pour ce qui est de la ressemblance (au JAPON on étudie le moyen que les robots soient des auxiliaires médicaux qui soignent les malades).

Avec ce film on  arriverait presque à oublier que dans la réalité présente, l'innovation du numérique et des nanotechnologie pour rendre les techniques plus performantes reste dans une logique instrumentale et économique qui n'est pas basée sur la liberté et l'émancipation humaine. Comme dirait WOLTON (directeur de recherche au CNRS):"si l'on ne veut pas que les techniques les plus sophistiqués que l'homme ait inventées soient l'occasion d'une nouvelle déhumanisation, il faut préserver l'homme, ses faiblesses, ses forces et ses contradictions. Parce que lui seul rêve le futur, pense son histoire et donne sens à son expérience" (Internet: petit manuel de survie).

Tant qu'elle restera dépourvue "d'imagination" la machine restera "artificielle", incapable d'égaler les pouvoirs d'un cerveau humain. Cette machine baptisée "Robot" (mot inventé par KAREL CAPEK en 1921  pour sa pièce de théâtre "ROBOTA") restera incapable de réagir à l'imprévu, c'est à dire à ce qui ne peut pas être programmé. L'échange Homme/machine restera pour longtemps encore soumis aux contraintes qui excluent l'imprévu, l'erreur qui augmente le risque. La mémoire humaine, sa capacité à corriger les rattages, à travailler en discontinuité pour anticiper l'évènement revu et corrigé s'il le faut, est impossible pour une machine robotique.

Ayant dit celà il convient de reconnaître que le robot super perfectionné de la Nasa envoyé sur MARS baptisé "CURIOSITY" est une très bonne chose car, à l'heure actuelle, il serait périlleux d'envoyer des humains faire ce travail scientifique car il a été conçu comme un véritable laboratoire sans risque pour les terriens. Alors que sur terre l'armée se sert de robots pour déminer mais après avoir décidé d'armer ces robots utiles elle a du les retirer car un de ces engins avait mis en joue des innocents.

Celà dit, l'idée d'avoir comme dans ce film un robot capable de cultiver mon jardin potager est séduisante surtout quand il faut désherber.

un film pour se détendre en famille.

*