28 octobre 2012

CINEMA- LOOPER : DANS LE CONE DE LUMIERE PASSE

La science- fiction est un genre très exigeant. Il faut d'abord convaincre le spectateur que ce qu'il voit est possible. Généralement le voyage dans le temps s'effectue dans un futur lointain. LOOPER est le premier film qui nous fait voyager dans le cône de lumière du passé. Le Présent se situe en 2072 la situation des humains s'est fortement dégradée à cause de l'économie qui s'est effondrée (les usines ne tournent plus), une majorité de la population roule dans des voitiures de 30 ans d'age et la machine à voyager dans... [Lire la suite]
Posté par alex-6 à 17:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 octobre 2012

CINEMA- HEADSHOT: LE KARMA ET LA COMPASSION

Il est toujours intéressant de voir comment on traite le genre "Thriller" dans différents pays. HEADSHOT est un long métrage  de PEN EK RATANARUANG un réalisateur Thaillandais, né à Bangkok, qui a fait des étude de l'art avant de devenir réalisateur graphiste puis réalisateur de longs métrages (7 actuellement). IL a été reconnu dans le monde du cinéma et fait l'objet de beaucoup de nominations dans plusieurs grands festivals internationaux depuis sa révélation en 2002 (plusieurs nomminations à Cannes en 2009 pour un... [Lire la suite]
Posté par alex-6 à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 octobre 2012

CINEMA- LE JOUR DES CORNEILLES: PALME D'OR DE L'AMOUR

Cette semaine vous allez avoir droit à la béatifiction de MICHAEL HANEKE-Cannes oblige- pour son film "palme d'or" "AMOUR" par la critique officielle du cinéma. Sans rien enlevé au très grand talent de réalisateur d'ANEKE, ni à la prestation de JEAN LOUIS TRINTIGNANT et EMMANUELLE RIVA, vous me permettrez de m'enthousiamer pour un autre film qui traite de l'AMOUR:"Le jour des CORNEILLES" de JEAN CRISTOPHE DESSAINT. C'est un véritable film d'Art d'animation en 2D avec un histoire inspirée  du Roman du Québécois JEAN... [Lire la suite]
Posté par alex-6 à 23:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 octobre 2012

CINEMA- CESAR DOIT MOURIR: L'AME DE LA TRAGEDIE

Les frères PAOLO ET VITTORIO TAVIANI n'ont pas leur pareil pour passer la société au scalpel du social ("Padre Padrone"1977). En ressortant de la prison de haute sécurité de REBIBBIA, après avoir entendu des criminels condamnés à perpétuité ou à des peines qui dépassent 15 ans, réciter des vers de "L'enfer" de la "comédia" de DANTE, ils ont éprouvés le besoin de revenir travailler avec eux sur un projet de film: "En sortant on s'est dit qu'il fallait qu'on fasse quelque chose de cette émotion qu'on avait ressenti". Jusqu'à... [Lire la suite]
Posté par alex-6 à 20:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 octobre 2012

CINEMA- ASTERIX ET OBELIX AU SERVICE DE SA MAJESTE

  C'est la sortie du premier numéro du journal "PILOTE" en octobre 59 qui avait lancé la BD d'Asterix et Obelix. 37 épisodes plus tard, après quelques succés et rattages d'adaptation cinématographique, voila nos deux compères qui s'expatrient en Angleterre pour se mettre "au service de sa majesté" . Le dessinateur ALBERT UDERZO et les ayants droits d' ALBERT COCSINNY ont voulu relancer nos deux lascards de gaulois qui s'étaient un peu pris les pieds sur le tapis des jeux olympiques avec des comédiens qui avaient... [Lire la suite]
Posté par alex-6 à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2012

CINEMA- TED & GOD BLESS AMERICA: les 2 font la paire

Je n'avais pas envie de commenter cette semaine le Film "TED" qui, parait-il, a cartonné en Amerique cet été, et puis est apparu "GOD BLESS AMERICA" qui m'a fait revoir ma position.   Ce sont là deux films de réalisateurs américains indépendants. Le premier SETH MAC FARLANE est encensé pour son audace et son humour paillard à travers le personnage de l'ourson (à qui il prète la voix) qui incarne le côté caché des adultes qui n'osent pas se décoincer et vivre comme ils aimeraient. Ted la peluche incarne ce Doudou adulte qui... [Lire la suite]
Posté par alex-6 à 13:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 octobre 2012

CINEMA- DANS LA MAISON : L'ELEVE DEPASSE LE MAITRE

Inspiré par la pièce Espagnole de JUAN MAYORGA ("Le garçon du dernier rang") FRANCOIS OZON a saisi l'occasion de parler "indirectement", comme il dit, de son travail, du cinéma en usant de ses talents de metteur en scène pour faire pénétrer le spectateur "dans la maison" afin qu'il participe "à sa façon", dit-il, à clarifier les zones blanches du scénario qui joue sur la confusion du réel et de la fiction en laissant volontairement une impression de floue sur les raisons qui poussent l'élève à vouloir intéger la famille de son... [Lire la suite]
Posté par alex-6 à 00:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]