o-ELECTRICK-CHILDREN-

Çà fait toujours plaisir de découvrir une nouvelle jeune réalisatrice qui pour son premier film nous livre quelque chose de pas ordinaire. REBECCA THOMAS est une américaine élevée dans une famille de Mormons traditionalistes de LAS VEGAS. Pour devenir une réalisatrice il lui a fallu d'abord trouver le budget qui complète ses 30000$. Elle s'est donc adressé sur internet à KICKSTATER; c'est là que le producteur RICHARD NEUSTRADTER l'a remarqué et lui a débloqué les fonds nécessaires pour 24 jours de tournage (8h par jour). Autre découverte heureuse la toute nouvelle JULIA GARDNER dont c'était le premier rôle et qui a pu ainsi exploiter ses émotions naturelles.

Côté histoire, elle s'est servie de l'étude poussé qu'elle avait faite sur la communauté des Mormons en souvenir de ses grands parents. Mais malgré un story-board écrit il lui a fallu beaucoup improviser pendant le tournage car plusieurs scènes qui se déroulent à LAS VEGAS avaient lieu de nuit :"je voulais une sorte de clair de lune qui crée des ombres subtiles, quelque chose de très simple et très élégant". Le réglage de la lumière a pris beaucoup de temps car la peau de JULIA GARNER est très blanche.le titre "Electrick children" (enfants électriques)devait expliquer la passion de l'héroine pour les objets électriques(lumières) et ceux électroniques (instruments de musique).

Là où son histoire est singulière c'est l'ambiguité qu'elle développe avec son personnage de RACHEL qui croit au miracle de la vierge(isolée dans sa communauté elle découvre le magnétophone sur lequel son père a enregistrer un interview, puis poussée par la curiosité, elle écoute une chanson sur une cassette de contrebande chantée par BONDIE HANGING "accroché au téléphone" avec cette musique rock and Roll interdite dans sa communauté traditionaliste. Aussi, Trois mois plus tard, quand elle apprend qu'elle est enceinte, pour elle c'est le miracle de la cassette. La réalisatrice va jouer avec cette expérience mystique sensuelle de cette jeune femme qui se découvre différente,attirée par la nouvelle technologie et des désirs sexuels qui la rendent turbulente et rebelle (elle refuse un mariage forcé). Aussi quand on accuse son frère de l'avoir violée et qu'on l'exclu de la communauté elle décide elle aussi de fuir pour rechercher ce père spirituel qui l'a enfanté avec sa chanson. Arrivé la nuit à LAS-VEGAS, elle découvre un monde qui pour elle était jusque-là inimaginable et des jeunes qui forment une bande de musiciens jouant du rock and Roll et plongés dans les effets de la drogue, qui dorment à même le sol sur des matelas de fortune et forment une autre sorte de communauté qui lui ouvre d'autres désirs de vie (différence entre le jour de l'UTAH et la nuit de LAS VEGAS, entre le monde traditionaliste religieux et le monde électrique de la modernité et ses rues animées, entre la vie dans la nature et le monde claustrophobe).On assiste à la collision entre la musique et la religion. C'est aussi un petit hommage aux rockers punk rebelles

la rencontre entre JULIA GARDNER (RACHER)et ROKY CULTIN (clyde)qui a décidé de la prendre sous sa protection est pleine de  tendresse (la naïveté et l'expérience).

REBECCA THOMAS est une réalisatrice à l'avenir prometteur s'il elle reste dans cette modernité cinématique avec des images de toute beauté.

Rebecca-Thomas-

Durée du film: 1h 33