arnaud des pallieres

ENFIN UN RÉALISATEUR FRANÇAIS QUI SORT DU BOIS. ARNAUD DES PALLIERES, à 52 ans, nous livre ce film tiré d'une nouvelle de 1810 écrite par l'Allemand HENRICH VON KLEIST: MICHAEL KOLHASS.

Il  avait commencé par des études littéraires classiques avant de s'engouffrer dans le théâtre comme acteur pour finir par entrer à l'IDHEC . De là sont sortis des courts métrages puis un premier long métrage en 1996 "DRANCY AVENIR" qui déjà montrait que ce nouveau réalisateur n'était pas homme à courir la facilité. Il s'est essayé à la télévision avec quelques moyens métrages avant de revenir au cinéma avec, en 2004:"ADIEU". C'est en tant que scénariste - monteur qu'il a présenté à Cannes son dernier né: MICHAEL KOLHASS.

Pour comprendre le pourquoi de sa mise en scène qualifiée d'austère avec une ambiance noire au sein du paysage Cévenol il faut l'entendre dire qu'il a voulu que son oeuvre soit épurée au maximum, simplifié sans se soucier des codes du cinéma de genre. Cela m'a fait penser au Michel-Ange à la fin de sa vie qui continuait à chercher la Perfection en sachant qu'il fallait pour cela atteindre la pureté qui est"l'objet même de l'art et de l'amour" (Aragon). Pour celà ,Michel- Ange, à 75 ans, travaille, une nouvelle fois, le sujet vaste et tragique de la "pietà" en répudiant le charme facile du corps humain rempli de muscles qui avaient fait sa renommée Il a laissé juste un bras pour montrer qu'il n'a rien perdu de son talent de sculpteur mais que là n'est pas l'objet.

On qualifie ce réalisateur d'intimiste mais ses films ne sont jamais vide de sens. Ici, il traite de la morale avec un personnage qui était un bon père de famille qui élevait des chevaux. Quand le prince lui retourne les chevaux qu'il avait mis à sa disposition, maltraités, il réclame en vain justice et reçoit pour toute réponse l'assassinat de son épouse. Comme c'est un homme simple qui croit en la justice, il ne voit que dans la vengeance réparation de son honneur bafoué; sa haine devient furieuse au point de lever une armée pour détruire les villes et villages et massacrer des innocents. Comme le rappelle un religieux:"si tous faisaient comme lui, il n'y aurait plus d'ordre ni de justice possible" et un autre de lui demander si les hommes en armes qu'il a levé savent ce qu'ils vont faire?. Lui le croyant perd les derniers repères qui lui restent en refusant, comme le dit la bible, de pardonner à ses ennemis. C'est un monde du16 è siècle où seule compte le rapport de force.

Pour incarner ce héros particulier ARNAUD a finit par trouvé Le Danois MADS MIKKELSEN,  acteur au visage froid, tranchant comme une lame de couteau, au physique qui impose le respect d'où ressort une grande énergie. Cet acteur qu'ARNAUD a découvert a tenue des roles de personnages singuliers : voir mon commentaire du film "la chasse" (11/11/2012) : "j'aimais la radicalité et l'exigence du scénario comme du personnage, régit par des valeurs telles que l'honneur et le sacrifice; fidéle à ses principes qui réclame une chose simple : la justice. Avec son obsession aveugle, il est prêt à tout sacrifier à son idéal". Il a été jusqu'à apprendre le Français pour les besoins de ce film. Mads Mikkelsen n'a pas cherché à lire le livre mais s'est contenté du scénario pour composer son rôle.

Côté décor, voulant tranposer la forêt allemande en France, sur les conseils d'un ami, ARNAUD a opté pour les CEVENES qu'il a découvert à cette occasion.

Voilà pourquoi ce film de création française mérite d'être vu cet été, même si on trouve que c'est pas un film à grand spectacle, maigre en émotion. A l'inverse des jeux télé de la rentrée, il n'a pas cherché à nous en mettre "plein la vue" 

Durée du Film: 2h 02

michael-kohlhaas-2-6ccc4

*