grand-central-rebecca-zlotowskiEn principe les histoires qui tournent autour des centrales se font quand surgit une catastrophe nucléaire. Là, pour une fois, La réalisatrice REBECCA ZLOTOWSKI (photo ci-jointe) s'est inspirée du livre "la Centrale" d'ELISABETH FILHOL avec le scénario de GAELLE MACE qui montre la vie réelle de ces nettoyeurs de surface sous traités à 1300 € par mois pour nettoyer l'interieur des centrales nucléaires, les décontaminer, afin que les personnels titulaires puissent travailler avec un maximum de sécurité.  Un ancien de ces  techniciens a servi de  conseiller CLAUDE DEBOUT qui avait publié son autobiographie : "j'ai particulièrement apprécié la vraisemblance des aspects techniques liés au secteur du nucléaire, les costumes, le décors et les prises de vue, car j'ai retrouvé là l'ambiance de ce que je vis depuis tant d'années".

Ce film à la particularité de s'attacher à la vie de ces personnels de l'ombre trop souvent sacrifiés: "j'avais le sentiment de réparer une injustice en suivant ces travailleurs sacrifiés comme les enrôlés à la fin de la guerre la guerre (ou des catastrophes) dont on ne sait rien. ...Ce n'est pas un film contre le nucléaire qui en dénonce l'état des lieux. C'est plutôt un film social.  Je voulais que ce soit le sentiment amoureux qui devienne subversif et vienne dérégler la micro société de la centrale dans un univers fort ou danger et spectacle se mélangent avec des rapports amoureux sophistiqués....J'étais sur la côte Ouest des états unis quand s'est produit la catastrophe de FUKUSCHIMA; cette tragique coïncidence m'a apportée la certitude que nous avions raison d'écrire ce film".

Grand central se déroule en trois lieux: 1- Le terrain où sont parqués ces familles de travailleurs précaires aux abords de la centrale. 2- Le salon/Bar où on vient se distraire après le travail et oublier sa peur. 3- l'intérieur de la centrale où il faut apprendre à travailler en équipe en étant solidaires les uns des autres car la vie en dépend.

Pour la centrale ZLOTOWSKI a eu la chance de trouver en AUTRICHE une centrale flambant neuve qui n'a jamais fonctionné et qui sert aujourd'hui de centre de formation pour les personnels de l'industrie du nucléaire et des ONG de l'écologie.

Grâce à ça, la réalisatrice a pu se consacrer entièrement à sa façon de filmer en utilisant tantôt le numérique pour la netteté des images en milieu à lumière artificielle et en 35 mm pour rendre  compte du soleil, de la chaleur , du climat et de la peau des personnages quand ils ne sont pas affublés des tenues de protection.

Côté acteurs elle ne s'est pas loupé non plus en prenant pour ces deux personnages principaux LEA SEYDOUX (elle venait de terminer "la vie d'adèle" ou le bleu est une couleur chaude de kechiche) associé à son complément naturel TAHAR RAHIM. Bien quelle soit costumé avec un short moulant et un body qui ne dissimule rien de sa jolie poitrine; KAROLE( LEA) assure dans le rôle de cette jeune femme qui travaille dans ce trou perdu et qui hésite entre le mariage avec un homme mur et un jeunot qui débute dans le métier. Comme l'a dit un critique c'est un film sensuel en milieu industriel. Les second rôles ne sont pas délaissés avec OLIVIER GOURMET,  DENIS MENOCHET et CAMILLE LELOUCHE dont s'était le 1er rôle au cinéma (elle était serveuse dans le bar où Rebecca allait pour travailler à son scénario).

Pour la musique elle a encore fait confiance à ROB du groupe PHOENIX est à sa musique électronique endiablée mais jamais agressive.

ZLOTOWSKI est une femme curieuse qui "aime aller voir ce qui se passe derrières les portes et dans les lieux secrets...une centrale nucléaire est un des derniers endroits où l'individualisme ambiant est battu en brèche. Face à la radio activité; jouer perso ne sert à rien. Contre cet ennemi invisible, mieux vaut se serrer les coudes". le cinéma lui permet d'assouvir ses fantasmes;

 C'est un film  d'amour et de vie qui vient à point pour se préparer à une rentrée sociale torride. (sensuelle?)

Durée du Film 1h 34

 

grand-central-