mysweet

 

Le KURDISTAN est reconnu officiellement comme une entité fédérale autonome depuis 2005. Sa capitale est ERBIL. C'est un pays en grande partie montagnard qui vit de l'agriculture, du tourisme et de la vente de son pétrole (10 milliards de barils). La grande majorité des habitants est de confession Musulmane Sunnite. Il est bordé au nord par l'IRAK, à l'Est par la Turquie et la Syrie à l'Ouest (beaucoup de syriens sont actuellement réfugiés dans le Kurdistan). Le peuple Kurde n'a toujours pas accès officiellement à la culture même s'il y a 300 écoles et plusieurs hôpitaux de campagnes (l'armée du PDKI enseigne dans son école militaire la musique et la danse et l'alphabetisation des soldats en Kurde). Il existe des communautés Kurdes principalement en Turquie 600 000 et en Allemagne 400 000. L'administration centrale Kurde et la Justice sont liées aux conseils de villages. Le peuple Kurde a mis des années avant de s'unir pour devenir un pays indépendant et actuellement il y a encore des distensions entre les différents groupes armés dont les plus emblématiques restent les "PESHMERGA". Alors que la Capitale ERBIL se modernise et s'ouvre au monde, les régions montagneuses qui ne bénéficient pas de l'argent du pétrole, sont encore sous la coupe des conseils de familles aux traditions ancestrales avec une forte implantation des trafiquants de drogues et de faux médicaments (remplis de farine).

 

MY+SWEET+PEPPER+

hiner saleem

C'est dans ce contexte que HINER SALEEM a voulu renouer des liens avec son pays natal qu'il avait dû fuir à 17 ans (naturalisé Français). Il n'a jamais caché son engagement pour la reconnaissance du peuple Kurde (son dernier film"si tu meurs je te tue" Traite de l'immigration des Kurdes en Europe). Depuis le début de carrière de Réalisateur le style de SALEEM s'adoucit avec des sortes de comédies qui traite sous forme de burlesque et d'absurde, sans doute pour le rapprocher de la réalité du monde dans le quel il nous est donné de vivre, plutôt que d'imager son côté sordide:" Je voulais filmer les somptueuses montagnes du Kurdistan au fil d'un suspens qui ne soit pas trop lourd techniquement". Pas étonnant donc que "MY SWEET PEPPER LAND" soit décrit par la critique comme un western au Kurdistan:"Au Kurdistan tout est en chantier; Quand je fais un film sur la France, je peut traiter le sujet sous la forme d'un drame car c'est un pays où on est heureux, au Kurdistan tout est une tragédie, j'ai donc besoin d'un peu d'humour pour pas désespérer tout le monde...Le Western est un langage pour un public plus large, il a son efficacité".

 

PEPPER

 

L'histoire est celle de deux personnages du Kurdistan moderne. Lui , Baran (KORKMAZ  ARSLAN) est un ancien soldat qui s'est battu pour l'indépendance de son pays;Il se réengage dans la police pour échapper à sa mère qui veut qu'il se marie; il est envoyé, seul, dans un village réculé près de la frontière Turque comme chef de commissariat qui est sous la coupe d'un chef tribal corrompu Azi AGA (TOUK A KREYI) avec une population qui ne veut pas que l'on bouscule ses traditions ancestrales. ELLE, c'est GOVEND (GOLSHITEH FARAHANI) une jeune et belle femme qui a fuit sa famille et ses frères qui voulaient la marier de force pour respecter la tradition et le pouvoir des hommes sur les femmes. Elle retourne dans un endroit où elle a déjà enseigné. C'est  une maîtresse d'école qui aime les chansons françaises et qui joue du Hang Suisse (lui est fan d'ELVIS PRESLEY). On comprend vite que faire régner l'ordre et la justice et éduquer les enfants est une chose qui sera très difficile quand le shérif ne dispose que d'un adjoint qui pense que son chef est fou d'être venu et que la maîtresse d'école se heurte à l'incompréhension des familles opposées à toute modernité et au droit des femmes. Entre elle et lui va naître la confiance et le respect mutuel pour pouvoir venir à bout de tous les nombreux obstacles entachés de larmes et de rire. Les deux vont se révéler des combattants (Dans la lutte contre l'opprésion turque 60% des combattants sont des femes).

 

sweet

 

La musique de MIROSLAV BOBIC montre le décalage entre ceux qui restent sur leurs acquis ancestraux et ceux qui pensent qu'il faut s'ouvrir aux autres pour faire du kurdistan un Etat indépendant moderne.

 

PEPPER DIN

 

On saluera la prestation convaincante des acteurs et de la bellissime Farahani iranienne interdite dans son pays.

Pas étonnant non plus de savoir que le producteur de ce film n'est autre qu'un réalisateur engagé : ROBERT GUEDIGUIAN.

Ce n'est pas un fim pour découvrir le KURDISTAN car, comme le dit le réalisateur :"c'est un Etat neuf où tout est flou et possible, la démocratie laique, la théocratie, la dictature".

Un Western qui rappelle que le filon renferme encore des pépites.

Durée du film : 1 h 35

 

pepper land

 

*