LASSEDES GUERRE

 

Vu tout ce qui alimente les médias en faits divers, il y a de quoi se faire un sang d'encre quand on nous présente un polar tourné à Marseille, sutout si on sait qu'il va être question de gangs corses et quartiers nord qui se partagent le territoire des trafics. On craint le pire en matière de clichés qui va nous être servi. Oui, c'est vrai que dans certaines citées où le chomage a mis en place le commerce souterrain des trafics de toutes sortes, on assiste a des règlements de comptes à la kalachnikof entre truands (les gangs qui ont investi le territoire se débarrassent, à la sortie de prison, des anciens caïds, grands et petits, qui ressortent après avoir purgés leur peine). Mais rassurerez-vous c'est des endroits très ciblés, alors que le reste de la ville continue de vivre sa vie de façon si non la "plus belle" comme dans le célèbre feuilleton, disons tranquille, appréciée des touristes.

 

lasse guerre

 

Mais le premier Long métrage d'OLIVIER PANCHOT:" DE GUERRE LASSE" n'est pas une biopic de Marseille la tueuse, c'est un film "fiction" , noir, violent, rugueux, qui est avant tout un drame familial comme on en racontait avec les tragédies de la Grèce antique de qui nous descendons (olivier dit l'avoir modernisé pour en faire un western mafieux). Vous remarquerez qu'il n'a pas tourné les scènes en plein"cagnard" l'été mais en hivers quand l'horizon est "crépusculaire" comme l'ambiance que dégage cette population anonyme qui entretient la paranoïa dans ses déplacements.

 

de guerre

 

Il y a beaucoup d''éléments qui nous donnent à comprendre que le retour d'ALEX, déserteur de la légion étrangère dans laquelle il s'était engagée pour éviter d'être tué par le gang des corses qui avait mis un contrat sur sa tête pour avoir tué un corse quand son père régnait en Caïd, ne va pas se passer de manière aussi tranquille qu'il le souhaite. Lui pourtant, traumatisé par la guerre en Afgnanistan au point d' être victime du syndrome de la paranoïa, ne souhaite qu'une chose retrouver sa petite chérie et l'enmener en Algérie. Mais en matière de crime il n'y a jamais prescription, même chez les criminels et quand on se croit rangé des affaires comme le père, le passé réveille les mensonges. Famille - Amour - Vengeance , tout est là. Les intrigues s'entremèlent, trahison et réconciliation, rancoeur, représailles se succèdent et compliquent les relations familiales, TOTAL CHEOPS va devenir Total Chaos.

 

lasse

 

Olivier Panchot a mené son affaire de main de maître, y a pas beaucoup de dialogues mais beaucoup d'actions physiques et de sang versé de tous les côtés et du suspense jusqu'au bout. Il s'est entouré d'acteurs qui tiennent la route :TCHEKY KARAYO (le père d'alex), SABRINA OUAZANI ( Raissa la Chérie d'alex), OLIVIER RABAUDON (Marchiani chef corse), MHAMED AREZKI (Rachid) et bien sur JALIL LESPERT (Alex à la carrure du "bête à tuer" mais vulnérable, il est hanté par les atrocités de la guerre, et pleure de rage plus facilement qu'il ne parle).

 

De-Guerre-lasse-

 

Le titre renvoie en sous entendu à la guerre et aux drames qui durent toujours comme entre les Algériens dont est originaire Jalil par sa mère et Français par son père; cette lassitude vient après une longue résistance quand on tarde à se réconcilier :

"Ce qui m'a plu dans ce film c'est qu'il est à la fois un fim de genre et un film d'auteur; Il y a du fond; c'est une vraie tragédie...OLIVIER est extrêmement habile, il sait exactement ce qu'il veut faire, il est très doué pour la mise en scène, même pour les scènes compliquées il s'en sort extrêment bien alors qu'il n'a pas un gros budget. Il est parti sur un sujet intime qui est une allégorie de la France et des rapports qu'elle entretien avec ses guerres et entre autre avec celle d 'Algérie. C'est  un film risqué mais on a pu le faire en étant totalement libre. ...J'ai tendance à aller vers des films dont l'histoire est tournnée vers le social. J'aime bien les histoires un peu sensibles. Au cinéma j'incarne souvent une sorte d'animal sensible, il y a une part animle en moi qui vient de mon vécu, mais je ne suis pas comme ça dans la vie." -jalil LESPERT -

Le compositeur est ERIC NEVEU.

Durée du film : 1h 34

 

alex

 

*