momifloue

 

XAVIER DOLAN est un jeune QUEBECOIS de 25 ans qui, pour l'heure veut gagner la bataille du cinéma pour exprimer sa reconnaissance à sa mère qui l'obsède. Aussi il est question d'elle dans chacun de ses films, il analyse, décortique, explore ses relations mère fils qui est aussi une façon de se situer lui même.

 

mobydic

 

Son troisième long métrage met en scène un fils qui souffre d'une maladie du comportement qui le rend violent dès que quelque chose ou quelqu'un le contrarie et comme on dit il pourrit la vie de son entourage. pour le rendre un peu plus stable il faut lui faire prendre des médicaments qui font qu'il redevient un garçon adorable avant de redevenir un être pervers:"C'est pas parce qu'on aime quelqu'un qu'on peut le sauver" dira un médecin à sa mère.La mère qui jusque-là avait placée son fils dans un centre d'éducation surveillée décide de le reprendre avec elle après qu'il ait mis le feu à l'établissement et brûlé un camarade pour lui éviter qu'à 16 ans il finisse en hôpital psychiatrique. Cette mère courage qui vit seule a déjà du mal à garder un travail régulier, avec un ado qui souffre d'hyperactivité ça devient une double peine qu'elle assume bien que ça lui coûte la perte de son emploi.Heureusement que sur son chemin se trouve une voisine institutrice en arrêt de maladie qui souffre d'un bégaiement traumatique qui accepte de s'occuper de son fils pendant son absence. Cette aide inespérée et acceptée permet que pour un temps la situation soit moins tendue; la voisine prend peu à peu le rôle du père absent.

Xavier DOLAN reprend pour ce film les acteurs avec qui il a l'habitude de travailler comme son amie ANNE DUVAL qui l'a aidée à démarrer sa carrière de réalisateur:"elle est ma complice, ma soeur; avec Olivier PILON et SUZANNE CLEMENT ils forment un trio magnifique. Pour "MOMMY" j'ai voulu réaliser un grand film d'amour".... "j'ai voulu retourner à la simplicité des personnages, où les sentiments sont ressentis,aller vers une direction moins "latine", moins exacerbée, moins cérébrale; qu'ils ne soient pas des personnages théâtraux ni en spectacle, mais très hauts en couleurs et cohérents avec leur milieu, leur histoire"(la voisine vient d'un milieu policé alors que la mère est à l'opposé avec des jurons pleins la bouche quand elle s'invective avec son fils).

 

mom

 

Pour donner encore plus de caractère à son films Xavier n'hésite pas à avoir recours à l'image format 1/1 (carrée à l'ancienne):"C'estl'idéal en terme de portrait, ça évite les distractions, les affectations possibles afin que le sujet reste indéniablement le personnage au centre de l'image; les yeux du spectateur ne peuvent l'éviter".

 

mimie

 

C'est un jeune réalisateur qui commence à tirer les ficelles du métier:"je pense en terme d'efficacité et de fonctionnalité sans me soucier de quelle catégorie doit dépendre mon film".Par exemple question musique il en met partout en faisant un grand mix des musiques de variétés françaises de Céline DION à OASIS avec DIDO et sarah McLACHLAN et une pointe de Bocelli; c'est ce qu'on appelle ratisser large car forcément chaque spectateur a été sous leur charme par le passé: "je pense que la musique fait avec chaque individu un invisible commerce visant à mettre sa propre histoire à contribution".

 

school

 

IL dénie que son film soit autobiographique sur sa mère mais reconnaît qu'il y a beaucoup de lui dans le personnage central; il se sent en souffrance comme lui, il pense que ça vocation de cinéaste lui a un peu volé une part de sa jeunesse, mais continue de vouloir brûler les étapes en acceptant mal de ne pas avoir la reconnaissance du monde officiel du cinéma: "j'ai si peur de ne pas avoir assez de temps. Ce monde est politiquement et sociologiquement en transformation.Dans 35 ans je ne pense pas que je ferais encore des films. La civilisation telle qu'on la connaît est en train de s'effondrer. Les priorités vont changer"

Durée du Film : 2h 18

 

mommyschut

lire "chez sentinelle" le commentaire de ce film:

http://livresque-sentinelle.blogspot.be/

*