obsession

 

laurent

La jeune MELANIE LAURENT a pour son second Long métrage décidé de sortir définitivement ? de son portrait lisse d'actrice pour nous offrir un long métrage sur les relations psychologiques complexes entre être humains qui parfois tournent au narcissisme pervers (estime de soi jusqu'à agir et vivre à travers quelqu'un d'autre, jusqu' à lui voler sa vie pour exister, quitte à l'étouffer). l'idée de ce film remontait à 2001 après la lecture du livre d'ANNE SOPHIE BRASME sur la manipulation psychologique entre adolescentes.Elle avait alors 17 ans et se sentait pleinement au coeur du problème (Aujourd'hui elle est en Troisième année d'étude à la fac des "sciences économiques" sans intention de se lancer, ultérieurement, en politique où les pervers ne manquent pas, quoi qu'au cinéma aussi ce genre de narcissique foisonne).

 

ecole

Elle a écrit le scénario et les dialogues avec Julien LAMBRES CHINI mais dans le personnage de la victime Charlie (JOSEPHINE JAPY) elle ne nie pas avoir mis des souvenirs de cette période de sa vie d'étudiante et aussi de ses débuts dans le milieu du cinéma: "le personnage de Sarh reflète mon vécu, mes expériences condensés dans une jeune fille diabolique...Un(e) pervers narcissique ne s'excuse jamais; il ne dit ni "pardon" ni "merci", pour lui seul les faibles s'excusent.... Quand je réalise un film, je suis moi, j'ai l'impression de servir à quelque chose....J'ai mis deux mois pour écrire le scénario. Pour moi être metteur en scène c'est un truc de maman; tout le monde se tourne vers vous, il faut être présente. Je ne m'énerve jamais sur le plateau de tournage, ni avec les acteurs ni avec l'équipe des techniciens....Il faut s'aimer pour jouer le désamour, ça ne tient pas dans un univers tyrannique, sur un plateau de cinéma tyrannisant" (en écoutant ses dires, on ne peut s'empêcher de repenser à l'enfer qu'à été le tournage "d'ADELE). 

fac

 

"Les amitiés entre filles peuvent vraiment tourner à la fascination quand on a 18 ans" dit  JOSEPHINE JAPY (CHARLIE).

"Le comportement du pervers narcissique est compliqué, il s'écroule ou devient un monstre froid, glacial, coupée d'elle même, de son essence pure pour continuer de vivre; sincère, elle se croit heureuse en vivant à travers les autres, elle leurs vole leur vie pour exister" (LOU DE LAAGE).

boire

La force de ce film c'est de ne pas en rester au drame psychologique affectif des adolescents mais de le faire glisser peu à peu sur la pente du polar à la manière d'HITCKCOCK dans "psychose". Le tournage a duré 6 semaines mais avec, avant ça, 4 mois de préparation entre la réalisatrice et les deux actrices principales, à la campagne, pour apprendre à bien se connaître et se faire suffisamment confiance pour pouvoir, y compris, improviser sur le tournage et se sentir à l'aise dans des scènes plus compliquées comme celle dans une caravane :"Lou s'est éclatée à jouer Sarah, un personnage odieux, alors que Joséphine japy a plus de points communs avec son personnage. On est en empathie alors qu'on pourrait être en colère contre elle de la voir se laisser manipuler. J'ai pris un plaisir fou à filmer l'évidence et le talent de ces deux jeunes femmes...Même avec ce film oppressant, on a pris du plaisir, on a ri. Elles se sont tellement emparées du film que je n'ai pas eu besoin de les épauler tant que ça."

branches 

"On a tous (tes) un petit côté Charlie ou Sarah; on vie les choses de manières contradictoires, compliquées avec le manque de confiance en soi, les difficultés à la maison..." (Josphine Japy).

 

danse

 

"RESPIRE" est une histoire d'amitié entre deux ados pendant l'année du bac. CHARLIE voit arriver dans sa classe SARAH, une fille belle et au tempérament culotté qui semble sortir d'un univers bourgeois, très vite elle s'éloigne de son amie victoire pour se lier d'amitié avec sarah sans se rendre compte que peu à peu l'autre prend l'ascendant sur elle et elle devient de plus en plus soumise. Elle l'enmène chez ses parents. Seule la tante (CLAIRE KEIM) à un mauvais pressentiment sur cette sarah; sa mère (ISABELLE CARRE) par contre devient vite proche de l'amie de sa fille, ce qui rend charlie un peu jalouse. Malgré son assurance, on comprend que Sarah cache une fragilité liée à un trop lourd passé famillial. Quand l'amitié bascule dans la perversion narcissique l'amitié se transforme en un gachis....

Ce film a été présenté à la semaine internationale de la critique pendant le festival de Cannes et a été ovationné  longuement par le public présent.

Durée :1 h 32

 

respire mer

 *