proces

Ayant fait mon service militaire en Allemagne alors que se terminait le procès d"AUSCHWITZ", je dois dire que la curiosité a été pour quelque chose dans le commentaire de ce film Allemand. Les personnes qui habitaient cette petite ville, non loin de la frontière française où se trouvait ma caserne, avaient pour beaucoup passé la quarantaine et on pouvait mesurer qu'ils appréciaient guère notre présence même s'ils la toléraient le dimanche où on remplissait les magasins de souvenirs et les tavernes qui nous changeaient de la cuisine quotidienne; de ce point de vue les jeunes étaient beaucoup plus disons "modernes"et "ouverts".

instruction

Le procès d'Auschwitz avait commencé en fin d'année 1963 et avait duré jusqu'en aout 1965. 22 accusés sur les 6500 militaires allemands qui avaient été présents pour encadrer ce camp d'extérmination étaient sur le banc des accusés mais aucun des hauts responsables de ce génocide si ce n'est ROBERT MALKA le dernier commandant du camp, des infirmiers et des Kapo. Le Chancelier ADENAUER avait longtemps espéré, avec une grande majorité d'Allemands, pouvoir "Tourner la page" après  18 ans d'amnésie collective (la RFA avait été crée en 1949 et Adénauer avait fait réintégrer les Allemands en exil comme Bauer mais sans rien dire sur les anciens nazis). 360 témoins de 19 pays différents dont 211 survivants sont venus témoigner de l'horreur qu'ils ont vécu. Au final, 6 accusés furent condamnés à vie, 13 à des peines légères et 3 acquittés faute de preuve. Aucun n'avait éprouvé le moindre remord. Si ce procès, qui avait été quand même une bonne chose pour l'histoire de mémoire de l'Allemagne, avait pu avoir lieu c'est surtout parce qu'il y avait eu cinq ans au paravent des Allemands pleinement conscients de la nécessité de reconnaître et assumer le passé plutôt que de vouloir l'oublier au risque de voir commettre à nouveau les mêmes erreurs criminelles.

dossier

ricciarelli

De ce point de vue, le film de  GIULIO RICCIARELLI n'est pas de trop pour resituer le contexte du procès de FRANCFORT. A 40 ans, Ricciarelli continue a exercer son métier d'acteur engagé commencé au théâtre puis à la télévision avant de passer au cinéma. C'est à partir de 2000 qu'il a commencé à produire et réaliser des films. Il vie actuellement à Munich.

L'histoire de son film se base sur une histoire vraie, celle d'un procureur général de Francfort qui avec l'aide de 3 assistants procureurs ont décidés de poursuivre les auteurs des atrocités commises dans les camps d'exterminations, même si c'était les ordres des dirigeants:"Personne n'a le droit d'être obéit" et même si les Allemands se demandaient si c'était bien utile que les jeunes se demandent si leurs père avait été un meurtrier pendant la guerre? ce premier procés en Allemagne devait se tenir. Sachant que le sinistre docteur MENGELE médecin du camp d'AUSCHWITZ, qui avait tué tant de pauvres gens pour ses expériences humaines, était revenu tranquillement en Allemagne pour l'enterrement de son père et le bourreau nazi ESCHMAN avait été jugé en Israël après avoir été traqué pendant des années, le procureur Fritz BAUER refusait cet oubli de mémoire dans son pays où étaient encore de nombreux criminels en liberté. Pour mener à bien leurs enquêtes ces procureurs qui assistaient le procureur général en charge du dossier ont dû résister à toutes sortes d'obstacles, aux intimidations et aux menaces de mort. Arrêté en 1933 en raison de ses origines juives, BAUER avait du fuir au Danemark puis en Suède après avoir été libéré 2 ans plus tard. EN 1949, il était revenu travailler en Allemagne pour faire réhabiliter les résistants qui avaient eu le courage de s'opposer à Hitler et qui étaient considéré comme des criminels et des traites". A la fin de la guerre 9000 SS et 8 millions du parti Nazi continuaient à mener une vie tranquille en Allemagne. Certains continuaient à faire carrière dans la police et l'administrations. Ils étaient intouchables; un ancien de la Waffen-SS étaient devenus une star de feuilletons télévisés diffusés dans plusieurs pays d'europe (Inspecteur Derrick). Mengélé réfugié en Amérique du sud revenait tous les hivers en Allemagne faire du ski.

larchives

RICCIARELLI de père Italien et de mère Allemande voulait que tous les allemands regardent le passé en face:"Je sais que mon grand père n'était pas membre du parti nazi. Mais j'ai grandi dans un pays entaché par une honte qui ne s'en ira jamais, qui fait partie intégrante de son identité. Même si le fardeau est lourd à porter il faut savoir regarder le passé en face".

Pour ce film il a préféré la fiction au documentaire tout en respectant la réalité des faits et en se faisant assister pour le scénario par ELISABETH BARTEL et un historien WEIRNER RENZ. Le procureur jOHANN RADMAN joué par ALEXANDER FEHING est un concentré du collectif qui ont mené l'enquête. le Procureur Général BAUER (GERT VOSS) était réellement un humaniste avec de fortes valeurs morales que  l'on surnommé "le Shérif" pour se moquer de ses méthodes jugées brutales et sa détermination à toute épreuve. Au début, il s'était obstiné dans la recherche des hauts responsables mais avec le temps il avait retrouvé son humilité et décidé d'élargir les recherches aux seconds rôles pour que se tienne le procès "d'AUSCHWITZ" . On retrouve dans le film de nombreuses citations extraites des documents d'archives. Le journaliste Thomas GNIELKA est joué par ANDRE SZYMANSKI.

gala

RICCIARELLI a fait un film classique dans sa conception en soignant les cadrages avec des images émouvantes des témoins sur fond de musique d'opéra. Pour le côté fiction thriller romantique, il a ajouté une petite histoire d'amour et une séquence où le procureur sombre dans l'alcool quand il doute de ne pas pouvoir mener à bien son enquête. Ce film est un questionnement sur la responsabilité individuelle et jusqu'où doit aller l'obéissance aux ordres, même en temps de guerre?. Comme l'a dit le réalisateur: "le nombre de condamnés de ce procès peut sembler dérisoire, mais il s'agit d'un véritable exploit à valeur d'exemple qui a provoqué une onde de choc et ouvert la voie".

Durée du Film : 2h 03

recherches

*

DASOLA blogueuse cinéphile a vu le film en version originale et n'a pas été déçu lire son blog qui donne aussi à lire des livres intéressants:http://dasola.canalblog.com/