EN JOUE

realisateur

Le cinéma espagnol va de l'avant et le public espagnol en redemande. Pour son 6 ème long métrage le réalisateur ALBERTO RODRIGUEZ nous sert avec "La isla minima" un THRILLER estival accompagné d'une réflexion sociale sur une période transitoire qui perdure.

voiture 1

Le scénario avait commencé d'être écrit en 2005 puis repris ces dernières années avec l'aide de son ami RAPHAEL COBOS pour évoquer d'une manière plus profonde et subtile cette période de transition post Franquiste qui se poursuit aujourd'hui encore car bon nombres des problèmes qui se posaient à la sortie du Franquisme, au début des années 80, semblent revenus même, si comme le précise Rodriguez"on sent moins la présence militaire" et le terrorisme de l'époque fasciste. "Avons-nous (les Espagnols) vraiment avancé?" demande -t-il...Avons nous vraiment avancé sur cette époque post franquiste où les familles avaient du mal à faire exhumer les corps de leurs parents fusillés, jetés dans des fosses communes sans autre forme de procès pendant la guerre de 36 ? Que devient l'idée de la justice; le compromis est-il la bonne solution? Les politiques de tous bord sous prétexte qu'il fallait "aller de l'avant", comme les médias ont eu tendance à jeter un voile sur ce passé douloureux mais quand on regarde ce qui se passe aujourd'hui encore; on sent bien que tout n'est pas réglé, que des tensions demeurent mêmes elles sont sous jacente à ce qui se passe. C'est un peu le sens de ce film Espagnol qui a reçu un chaleureux accueil du public et plusieurs récompenses (10 "Goya 2015"César espagnol).

FAMILLE

champ

L'intrigue policière se déroule en 1980 dans la partie de l'ANDALOUISE qui est une enclave humide et marécageuse où l'on cultive le riz sur les rives de Guadalquivir. Vu du ciel ce paysage ressemble à grand puzzle avec des rues qui sont des labyrinthes pour aller d'un endroit à un autre. Il symbolise l'état d'âme rempli d'émotion à travers lequel on doit circuler pour trouver la sortie (la solution). C'est une région où le silence et la beauté contraste avec La solitude et la violence humaine. ( pour bien s'imprégnier de cette ambiance le réalisateur s'est servi de drones avec des plans qui ont été retouchés numériquement :" ce sont des signes de ponctuations  dans le récit qui dévoilent la beauté cachée et mystérieuse du paysage").

reflechir chambre

Deux policiers ont été dépêchés par Madrid pour aller enquêter sur place sur la disparition de deux jeunes adolescentes qualifiées de filles faciles pendant les célébrations locales; Le premier inspecteur est un ancien qui était déjà dans la police du temps de Franco et qui traîne avec lui des secrets inavouables comme on traîne des casseroles avec parfois des comportements violents alors que c'est aussi un bon vivant; le jeune lui est un progressiste idéaliste qui va devenir père et qui a une ambition dévorante. Aucun des deux n'est tout blanc ou tout noir, mais pour mener à bien cette enquête qui s'annonce complexe, où même les parents et voisins font figure de suspects, où il est difficile d'obtenir que les langues se délient, dans un milieu gangrené par la corruption et un passé douloureux, ils vont devoir se serrer les coudes. Perquisitions, interrogatoires vont finir par remettre en question leurs certitudes, les méthodes et leurs principes. C'est un milieu tellement vicié et corrompu qu'un assassinat sauvage de deux ados dans un milieu machiste tourne vite au tueur en série avec la disparition inquiétante de jeunes du coin sur fond de violence sociale avec la révolte des ouvriers dans la région. On franchit plus facilement les limites de l'égalité et ce que l'on qualifie de licite quand on est sur la piste d'un éventuel tueur en série?

PASSAGE

 

Le réalisateur s'est servi pour faire ressortir ce paysage des photos du photographe andalou ATIN AYA afin de mettre en relief cette violence qui depuis la dictature de Franco a dénaturé la société espagnole et la démocratie. Il nous offre là un Polar glauque qui met en opposition deux Espagne à travers les deux inspecteurs dont l'un progressiste à été muté pour insubordination et l'autre qui s'est fait une mauvaise réputation à cause de ses méthodes douteuses et la réputation peu flatteuse d'un passé qui le précède et entrave sa rédemption. Ce film a été bâti avec une grande rigueur et une narration du déroulement de l'intrigue précise; reste au spectateur de faire preuve de lucidité car le final risque d'être apocalyptique...

police

l

Les acteurs JAVIER GUTIERREZ et RAUL AREVALO n'ont pas dans ce film des rôles faciles; ils devaient surtout éviter que le spectateur prénne parti pour l'un ou l'autre et il ne fallait pas qu'ils se transforment en héros; de ce point de vue ils ont parfaitement réussi le travail. la composition musicale de JULIO DE LA ROSA est elle envoutante comme doit l'être la musique d'un polar.

Durée du film:  1h 45

TELEPHONE

*