fol _8

Quand vous allez dans une école Française à une époque où l'allemand n'est pas aimé et l'arménien considéré comme un réfugié de plus et que vous parlez allemand comme votre mère et quelques mots d'arménien par votre père, on comprend que la vie d'un jeune garçon n'est pas des plus simples et que par la suite il mette son appartenance ethnique au second plan pour se réclamer fils d'ouvrier internationaliste.

fol 1

guedi vert

ROBERT GUEDIGUIAN s'est tourné assez vite vers le cinéma engagé sans être trop attiré par la cause Arménienne même si chez lui, le père et son grand-oncle qui avaient vécu le génocide en parlaient entre eux en se disant qu'ils avaient vécu un "truc de fou" et que c'était un miracle qu'ils soient encore en vie.Il ne se doutait pas qu'un jour il deviendrait un des porte-parole au cinéma de la cause arménienne et de ses déchirements avec un film de fiction qui a l'éthique pour moteur.

 

FOL 3

 

"Une histoire de fou" n'est pas un film de plus sur le génocide, c'est une fiction documentée et juste du point de vu historique inspirée par la lecture de "la bombe" le livre de JOSE ANTONIO GURRIARAN qui a perdu l'usage de ses jambes dans un attentat à Madrid en 81 et qui après avoir tout lu sur le génocide et la négation Turque,a voulu comprendre en rencontrant les poseurs de bombes de la résistance Arménienne; puis, est devenu un ambassadeur de la cause arménienne: "Je lui dois ce film. La fiction permet d'universaliser le propos  auprès des spectateurs, elle possède un pouvoir d'impact plus fort. Je voulais filmer des lieux mais aussi des langues, des accents, des lumières,la morphologie de la ville.Je m'en suis tenu au principe de mettre le récit au premier plan et non de filmer des décors avant la narration. Éviter les reconstructions"

FOL 4

Son film est une histoire de familles, de diaspora, de culture et de racines qui vivent dans l'attente de la reconnaissance du plus ancien des Génocides modernes:"Ils ont tous les mêmes caractéristiques, déporter des gens, les regrouper, les exiler, les mettre en camp de concentration et trouver la manière de les tuer". Depuis 100 ans l'Etat turc mobilise des moyens énormes pour faire campagne afin de mieux nier le génocide de manière directe; il fait un encerclement diplomatique pour faire pression sur les pays. Beaucoup n'ont pas encore reconnu ce génocide. Pourtant un rapprochement avec la société civile turque et la reconnaissance du génocide ferait énormément de bien à la Turquie. Ce qui ne va pas là-bas procède du déni originel, c'est la mère de tous les tabous.Les arméniens ont besoin d'être visuel, d'exister, de montrer qu'ils sont restés vivant. Mon film permet ça car c'est l'histoire autour du père et de sa fille qui ne s'entendent pas".

 

FOL2

 

Le film s'ouvre par un petit rappel d'histoire après le génocide. EN 1921 à BERLIN un allemand arménien SOLHOMON TEHLIRIAN (Robinson STEVENIN) qui assassine TALAAT PACHA organisateur principal du génocide et surprise, la justice allemande l'aquite et il  devient le héros de tout un peuple:"il a tué le monstre". 50 ans plus tard,  ARAM (SYRUS SHAHIDI)le fils d'une famille arménienne (le père Hovannes SIMON ARBKARIAN) qui s'est réfugiée à Marseille décide d'entrer en Résistance comme Thélirian. Il commet un attentat qui va tuer le diplomate turc mais aussi blesser gravement  Gilles (GREGOIRE LE PRINCE RINGUET)un cycliste au Jambes avant de rejoindre le groupe terroriste arménien de l'ASALA basé à Beyrouth.lorsque la mère (ARIANNE ASCARIDE) apprend que c'est son fils qui est l'auteur de cet attentat elle se rend dans l'hôpital où est soigné le cycliste qui ne remarchera plus pour lui demander pardon. En se rapprochant de la victime, elle voudrait l'aider pour qu'il accepte d'aller à la rencontre de son fils afin de le pousser à déposer les armes....

 

FOL 6

 

Comme toujours avec GUEDIGUIAN c'est une film engagé qui pose des questions et donne à réfléchir sur la vengeance et sur la réparation qui opposent les descendants des familles de survivants entre eux sur la façon de faire face au gouvernement turc, mais aussi pour convaincre la majorité de la société civile turque que la cause arménienne est juste et que tous les pays doivent contribuer à faire reconnaître ce génocide par la Turquie pour aller de l'avant.

 

FOL7

 

Malgré sa longueur, c'est un film pédagogique à aller voir!

Durée du film: 2h 14

 

robert gue