colere

 

Voilà un film que le jury de Cannes à snobé sans doute parce qu'il dit des vérités sur le cinéma  qu'on ne doit pas encourager si on veut continuer de prendre les spectateurs pour des incultes qui vont uniquement au cinéma pour se divertir, sans réfléchir à ce qui se passe dans la vie, afin de leur donner l'illusion que ce n'est qu'un produit de commerce et rien d'autre.

 

film

 

 

_l-acteur-et-realisateur-nanni-moretti-

Le réalisateur italien NANNI MORETTI a toujours fait des films qui parlent de choses vécues sans chercher à en faire quelque chose de thérapeutique; il montre simplement que quelque soit ce qu'il arrive, qu'il faut toujours penser aux lendemain car s'il y a des moments douloureux il y aura aussi des moments amusants à vivre. Son cinéma vise simplement à maintenir en vie en restant lucide. La fiction ne doit pas masquer la réalité. Nous sommes qui? Voila pourquoi il répète toujours qu'à côté du personnage il veut voir l'acteur (il n'a pas dit le comédien). D'où l'idée aussi de faire un film dans le film avec une réalisatrice comme personnage pivot.

 

clinique

 

Dans MIA MADRE:Marghérita est une réalisatrice qui vient d'avoir une rupture douloureuse avec son amant qui lui reproche son attitude passée, sa cruauté émotionnelle. Elle est la mère d'une ado en pleine crise qui prépare son émancipation en exigeant l'achat d'un scooter et qui dit ne pas comprendre pourquoi il lui faut continuer d'apprendre le latin qui est une langue morte, mais comme elle adore sa grand-mère qui est une ancienne enseignante du latin, elle aime bien allait chez elle pour se faire aider. Pour cette grand mère, l'apprentissage du latin est légitime comme étant nécessaire aux mots vivants et il faut en passer par cette loi universelle si on veut transmettre. Elle lui fait travailler ses déclinaisons latines et détecte chez sa petite fille des peines de coeur que sa mère accaparée par ses problèmes personnel ne perçoit pas. Pour l'heure cette réalisatrice est accaparée par le tournage d'un film à caractère social qui traite d'une usine où les ouvriers sont en conflit avec leur patron. Pour tenir le rôle du patron on a fait venir un acteur d'Amérique qui va vite se révéler un comédien mauvais et mythomane qui ne maîtrise pas l'Italien et qui en plus pour chaque scène interrompt le tournage parce qu'il a oublié son texte, ce qui met marghérita dans une colère folle. Alors qu'elle se débat pour que le tournage de ce film  se poursuive, elle engueule tout le monde:"mais pourquoi vous faites tout ce que je vous dit? le réalisateur est un con à qui vous permettez tout" quand elle sent qu'elle est submergé par la pression. C'est à ce mauvais moment qu'elle apprend que sa mère a été hospitalisée en urgence pour son problème cardiaque; son frère et les médecins l'informent qu'elle en a plus pour longtemps, mais contrairement à son frère elle refuse obstinément d'affronter cette réalité; lui s'est libéré de son travail pour rester auprès de sa mère, elle retourne finir son film. Mais elle perd pied et se trouve désemparée avec un désarroi et une profonde souffrance face à un tel évènement auquel elle ne s'était pas préparer. Ellle va devoir faire des aller-retour entre le plateau de cinéma- la clinique et la maison; mêler le travail, la mort et les souvenirs (la maison de sa mère, ses effets personnels, ses livres...) ; la réalité avec la fiction. 

 

moqueur

 

Moretti qui était passé par là pendant le tournage d'"ABEMUS PAPAM"(2010) voulait garder une certaine distance avec son vécu pour donner à son film un caractère d'universalité. Il précise " marghérita a beaucoup de moi mais pas tout, son frère lui maîtrise la situation; il est peut être la personne que je voudrais être" (il a donc choisi de tenir ce rôle). Pour la grand mère, il a gardé le souvenir de cette mère enseignante qui vivait son métier comme une mission et que ses anciens élèves venaient voir pour lui parler politique. le rôle qu'il a confié à son ami le génial JOHN TORTURO lui donne l'occasion d'équilibrer son film entre rires et larmes; montrer que la vie, même professionnelle, est une comédie chaotique, pleine d'imprévus où se mélange la mélancolie et la vitalité, la tristesse et l'amour, les moments tragiques et amusants, les rires et les pleurs. Au passage il se moque de ces acteurs qui se plaignent tout le temps même pour une moustache qu'ils portent qui les démange et qui ont un ego sur dimensionné et peu de talent même si on les traite comme des stars. Il ne cache pas que lui même à vécu cette sorte de malaise éprouvé par Marghérita lorsqu'il lui fallait gérer son travail et sa situation personnelle; voilà pourquoi dans ce film il désacralise la profession de metteur en scène qu'il est encore: "le réalisateur est un con" et il dénonce en même temps l'absurdité des exigences de certains producteurs qui empêchent d'atteindre à la vérité des choses (un peu comme l'a fait le jury de Cannes). Il invite à porter une regard critique sur la réalité et la fiction qui truque la réalité.

 

moral

 

Chaque plan de son film est une tranche de vie avec des émotions qui vont du rire jusqu'aux pleurs; il montre les conséquences des peurs incontrôlés quand on laisse la comédie fiction recouvrir le réel qui exige de réagir.Pour l'écriture du scénario dans lequel un trio de femmes domine:la réalisatrice (MARGHERITA BUY) - La grand-mère (GUILIA LAZZARINI) - et l'ado (BEATRICE MANCINI) Moretti qui s'est octroyé le rôle du gentil frère s'est fait aidé par 3 femmes: GAIA MACINI -CHIARA VALERIO - VALIA SANTENELLA. La musique est de ARVO PART qui est la part funèbre du film qui mêle les souvenirs et la jeunesse pour aider à anticiper cette mort annoncée.

La critique a souligné les qualités de cette mise en scène; sa justesse et sa légèreté- sa sobriété et sa délicatesse.

Du VRAI CINÉMA qui fait Rire et pleurer et pour lequel on ne regrette pas l'argent déboursé.

Durée du film: 1h 47

 

idiot

 

*