fuite

 

Il y avait longtemps que la science fiction des extra- terrestres se cachait. JEFF NICHOLS a donc décidé de réveiller tout ce beau monde qui pensent que les aliens existent comme le père noël. Dans quelques temps, on devrait voir débarquer sur nos écrans le nouveau King Kong mais en attendant je vous propose un rendez-vous avec un E T qui a les apparences d'un humain enfant et les pouvoirs destructeurs à longue distance.

LUNETTES

LUMI

 

 

jeffn

JEFF est un spécialiste du genre qui a partagé ses rêves de gosse avec La GUERRE DES MONDES et le cinéma de STEVEN SPIELBERG. Ses précédents films de Science-fiction:" "Take Shelter" (2011) et "MUD" (2013) avaient pour fond de commerce des problèmes de familles et pour mise en scène un gros travail sur la psychologie des personnages. Le premier traitait d'une mère et de son fils qui faisait des cauchemars alors que dehors la tornade se rapprochait. Ses visions d'apocalypse fragilisaient sa vie de famille et provoquaient l'incomprhension de son entourage qui ne comprenait pas qu'elle puisse être habité par une telle peur panique.

Mud lui était un homme qui vivait seul sur une petite île au milieu du Mississippi et qui demande à 2 ados de l'aider à construire un bateau pour pouvoir partir avec sa bien aimée. les gamins ont du mal à savoir qui il est vraiment et si c'est pas un criminel qui se cache (Il a une chemise blanche qui est son porte bonheur et un revolver à la ceinture).

berlinale-midnight-special-le-nouveau-jeff-nichols-

 

Pour MIDNIGHT, comme indiqué dans le titre c'est "spécial": peu de dialogues et pas d'analyse des personnages pour indiquer au spectateur comment ils en sont arrivés là?: " la plus-part du temps je mets peu de dialogues et donc j'ai besoin que les visages soient expressifs. Avec MICHAEL on n'a pas besoin de répétition, son jeu correspond parfaitement à mon écriture; il est capable d'exprimer avec son visage des émotions extraordinaires". Ici le metteur en scène laisse peu de place à la psychologie et côté action les effets spéciaux sont réservés pour la scène finale. Quel est la cause de cet enfant Alton (JAEDEN LIBERTHER) si différent ? mystère; tout ce que l'on découvre c'est qu'il a des super pouvoirs; avec ses yeux il peut détruire des satellites dans l'espace et il a peut être aussi la possibilité de communiquer avec les aliens comme il le fait avec son père.? On comprend qu'une secte d'évangélistes veuille se l'accaparer pour en faire un Dieu du profit  et que la NASA s'intéresse aussi à son cas car ils voient là aussi une arme qui peut mettre en danger la défense du pays. Ce qu'ils ignorent c'est que l'utilisation de son pouvoir affaiblit toujours plus l'organisme du garçon, d'où la nécessité qu'il porte en permanence des lunettes noires. Heureusement que son père veuille le protéger à tout prix et accepte sa demande de l'amener dans la forêt de Tallahanée en  FLORIDE sans chercher à savoir pourquoi. Pour les aider dans cette fuite depuis la frontière du nouveau Mexique en traversant le Texas, La Louisiane, le Mississippi et l'Alaska ils vont bénéficier de l'aide de Shannon (JOEL EDGERTON) un ami d'enfance car en face il y a non seulement les membres de la secte, mais aussi la CIA  pilotée par la NASA et la mobilisation des plus hautes instances du gouvernement fédéral.Bref, ce père de famille est en lutte contre la société entière et la paranoïa depuis qu'ils ont vu un satellite  s'écraser près d'une station service. Il feront une courte alte chez la mère (KRISTEN DUNST) et chez un scientifique (ADAM DRIVER) pour une explication sur ce phénomène (en vain). Au final, les rapports avec quelques humains sont relatés d'une manière extrêmement sincère.

8dMIDNGIT

NICHOLS est reconnu pour sa grande maîtrise de la mise en scène qui évite les effets superflus et inutiles, les scènes d'explication; il joue avec le spectateur et fait confiance à son intelligence. Il a pour la famille le sens de l' humanité.Son film a été tourné en une quarantaine de jours avec des caméras 35mm: "Ce format permet d'offrir la présentation de la vie la plus proche de la réalité pour les scènes de jour. Il n'y a rien de mieux. Le rendu est vivant,il respire et restitue le réel avec précision.

Quand on tourne de nuit, là il faut des éclairages et l'image devient artificielle car sans la lumière c'est noir. La caméra 35mm ne distingue pas les formes comme l'oeil humain. Du coup pour se film où plusieurs scènes se passent la nuit il m'a fallu éclairer les scènes nocturnes en donnant un aspect réaliste à l'image".

ENQUETE SPECIAL

 

 "Je voulais exploiter 2 pistes avec ce film: la science-fiction et la dimension émotionnelle que l'on traverse quand on devient parent. Je ne voulais pas faire d'exposition mais faire entrer le spectateur de plein pieds dans mon film"

Durée du Film: 1 h 51

LAMPE

*