BARQUE

 

C'est ARAGON qui expliquait que l'activité d'un artiste est un drame qui montre que l'expression de ces êtres est une nécessité qui varie en fonction du pays et de la société dans laquelle il vit et que cela est "une sorte de combat contre les diverses contraintes sociales, l'ignorance et l'incompréhension, les nécessités quotidiennes, les préjugés, .etc...mais aussi contre lui même, contre toutes ces mêmes choses en lui, contre ce qu'il retrouve en lui-même de ces errements extérieurs de la création artistique...Le drame c'est le conflit des éléments disparates quand ils sont réunis dans un cadre réel où leur propre réalité se dépayse".

On pourrait qualifier en ce sens le film de DANIELLE THOMSON de drame. Au départ le titre retenu avait été " les inséparables" avant de devenir "Cezanne et moi". On ne comprend pas bien le sens de ce "Moi"? comme si c'était ZOLA qui racontait son drame avec le peintre.

 

BUFFET

 

Le Film résume 47 ans de vie et de travail de 2 artistes qui se sont rencontrés sur le banc du collège Bourdon à Aix en provence et qui sont devenus inséparables jusqu'à leur entré dans la vie active en partageant les jeux, la chasse, la musique (Zola à la clarinette et Cezanne à la trompette) avant de se disputer l'amour d'alexandrine (elle couchera avec Cézanne avant d'épouser Zola). Tous les deux deviendront des artistes créateurs: Cezanne dans la peinture et Zola dans la littérature. Le premier privilégiera son pays natal alors que Zola ira exercer à Paris. Le premier paradoxe (ça ne sera pas le seul) est que Cezanne est d'origine bourgeoise, son père était banquier, alors que Zola vient du milieu populaire.

Cezanne est comme dit Gallien un "Iconoclaste" intègre qui rentrera dans la mouvance "Bohème" avec un caractère un peu colérique; un maniaco-dépressif qui doute y compris quand il peint, d'où sa lenteur à finir ce qu'il entreprend. Il veut peindre la violence de la montagne et le vent dans les arbres pour exprimer des sensations.

ZOLA, lui, est un calme qui a des idées bien tranchées. C'est un homme de gauche, obsédé de Liberté et de reconnaissance sociale. Il encense FLAUBERT car c'est un bourgeois digne et respectueux qui quoique le plus rangé n'hésite pas, si besoin est, d'égorger le bourgeois ou le foudroyer à la moindre occasion avec un emportement lyrique. C'est ce qu'il qu'il veut devenir ; un styliste de l'écrit impeccable et philosophe; un écrivain populaire chargé des prestiges positifs du progrès et pas un vulgaire commercial qui ne recherche que le profit. Bref, un romancier créateur indépendant et digne qui oeuvre pour l'éducation populaire

Partant de là on comprend mieux les différences sociales et les affrontements entre ZOLA et CEZANNE.

 

PEINTURE

 

Pour ZOLA, l'argent doit servir à émanciper l'écrivain, c'est par l'argent qu'il peut s'affranchir de la dépendance des mécènes aristocratiques, même si pour cela il lui faut accepter de faire des romans psychologiques pour éviter d'être dépasser par des écrivains qui ne rêvent que du profit. Lui a des parents (italiens) et a été dépourvu de rente; pour s'assurer à Paris le minimum de ressource il a dû travailler dans la librairie  Hachette de 1860 à 1865. Pour ce qui est de la pratique artistique, il défend par exemple MANET: "comme je défendrais toute ma vie toute individualité franche...Je serais toujours du parti des vaincus." Manet incarne, pour lui, la révolution symbolique avec un art mené contre l'académisme.

 

ZOLA

 

Cezanne représente plutôt le peintre qui n'a pas un devoir de signifier autre chose que des émotions, qui est détaché de la politique du réel. Il rejette la politique car, pour lui,  ce n'est pas la vocation des artistes.

Même si certains clament que Zola s'est embourgeoisé, lui montre qu'il est capable de prendre ouvertement parti ("J'accuse") tout en étant le chef de file du mouvement naturaliste. Pour lui, son ami d'enfance Cezanne est un peintre aigri et raté:" tu est doué, lui dit-il, mais tes personnages n'expriment rien, tu te contentes de soigner l'expression". En effet, l'obsession de Cezanne est de trouver des volumes avec la modulation de couleurs. Pour lui le tableau doit servir à étudier et enseigner la nature afin de donner à la forme la puissance de la couleur, sa plénitude. Il mènera un semblant de carrière juridique mais profite de l'aide  financière du père. Membre du mouvement des impressionnistes, il travaillera à l'académie aux côtés de RENOIR, PISSARO, MONET, SISLEY... C'est seulement après l'exposition des Indépendants qu'il sera enfin reconnu comme un peintre créatif. Il craint (doute?) son père bienfaiteur et tardera à lui faire connaître sa femme et son fils.

Zola meurt en 1902, Cezanne lui survivra 4 ans. Ils avaient respectivement 62 et 67 ans.

 

AMOUR ALICE

 

 

DTHOMSON

On comprend toute la difficulté de la tâche pour la réalisatrice DANIELLE THOMSON et pourquoi elle s'est surtout consacré à mettre en scène une biographie commune en ciblant l'amitié de deux artistes que la vie et l'art ne pouvaient qu'être différents. La présence d'artistes comme GUILLAUME GALIENNE (CEZANNE), GUILLAUME CANET (ZOLA), ALICE POT (Alexandra ZOLA), DEBORRA FRANCOIS (Hortense CEZANNE), SOLENE AZEMA (Mère de Cezanne), GERARD MEILHAN (Père de Cezanne)... ne suffira pas à faire de ce film un chef-d'oeuvre.

Mais c'est courageux d'avoir essayé.

Durée du Film : 1 h 56

 

RICHE PAUVRE

 

*