REPAS

XAVIER D

XAVIER DOLAN fait parti des jeunes pousses du cinéma qui suscitent des controverses sur la qualité de ses réalisations alors qu'il est le petit protégé du festival de Cannes. Son dernier film a été gratifié d'un "grand prix du jury" comme pour se faire pardonner le loupé précédent qui, d'après les critiques, était de meilleure facture (MOMMY").

Son film "Juste la fin du monde" est un film inspiré par la dernière pièce de théâtre de JEAN LUC LAGARCE mort du SIDA à 38 ans en 99 : "je voulais respecter l'oeuvre originale en faisant comme lui un travail précis sur les mots avec des mots dits comme Lagarce les avait écrit, sans compromis pour ne pas le banaliser".

vincent aigri

L'histoire, en partie biographique de LAGARCE, est celle de LOUIS ( GASPARD ULLIEL) écrivain de pièces de théâtre, infecté par le SIDA, d'un caractère doux, qui sentant sa fin prochaine, décide à 34 ans de revenir auprès de sa famille, douze ans après l'avoir quitté.

MARION XAVIER

 

Il envisage de racheter dans le village, la maison de la grand mère abandonnée depuis longtemps, mais son projet est surtout d'annoncer à sa famille qu'il va repartir à nouveau mais que ce sera sans retour. Très vite, il va se rendre compte qu'il lui est impossible de communiquer avec ce qui lui reste de famille: Sa mère  Martine (NATHALIE BAYE) est une femme qui se maquille et s'habille avec des couleurs criardes qui est obnubilé par sa personne mais qui essaie de rester attentive aux siens en masquant sa folie intérieure par une apparence de fofolle. Antoine (VINCENT CASSEL), le frère aîné est un prolo aigri, plein de rancoeurs à l'intérieur qui met mal à l'aise tout le monde et en premier Catherine (MARION COTILLARD) sa femme. Suzanne (LEA SEYDOUX) est la petite soeur que Louis a à peine connu mais qui défend ce frère retrouvé à la moindre occasion.

 

TETE 0TETE

 

Le repas de famille qui devait marquer la réconciliation et l'apaisement se révélera juste pour Louis comme la fin du monde familial à qui il est impossible d'expliquer la raison de ce retour passager. On est à l'époque où l'hémophobie et le Sida sont des sujets tabous.. Névrose d'un côté, frustration de l'autre, créent un climat de chaos total, de fin du monde. Ce repas est, comme dit un critique, une réunion de famille dysfonctionnelle à huis-clos. Tous les participants sont vulnérables et s'enferment dans une solitude radicale où chaque regard échangé est un signal de détresse. Cela ne parviendra pas à éviter la violence et les relents de colère avec un mélange de fébrilité, de curiosité, de méchanceté, de jalousie ou de rancoeur. Louis devient fantomatique avec une gène absolue de s'être trompé en voulant revenir une dernière fois pour faire ses adieux

 

JUSTE BAYE

 

La façon de faire son 6ième film diffère guère des précédents. DOLAN veut tout montrer, tout dire, tout expliquer avec de nombreux retour en arrière (flash-back) et sans se ménager des petits instants de silence; et surtout il cherche a démontrer qu'il connaît toutes les ficelles du métier qui permettent de se mettre les membres de jury des festivals dans la poche pour rentrer dans la cour des grands réalisateurs, metteur en scène. Et c'est là que ça divise. Pour les uns il est un enfant gâté, un avorton prétentieux qui se contente de refaire toujours pareil sans beaucoup creuser se méninges de créateur, et pour les autres c'est un jeune réalisateur exubérant en devenir qui nous offre des flamboiements d'émotions qui a juste besoin qu'on continue de l'encourager pour que la chrysalide devienne papillon.

 

JUSRE GASPARD

"Cannes est un endroit qui est dur et sevère; souvent les gens aiment détester, hair. Leur instantanéité est faite pour vous blesser; c'est comme une guerre. Je veux dénoncer cette culture de la haine sous l'influence des réseaux sociaux....L'émotion n'est jamais facile à partager et à faire partager. Tout ce qu'on fait dans la vie c'est pour être aimé, acceptés par les autres. Plus je grandit, plus je me rend compte qu'il est difficile d'être compris".

Reste à savoir si le prix du jury oecuménique lui permettra de se propulser vers d'autres horizons, un autre genre de cinéma plus risqué et novateur?

Durée du film : 1 h 35

 

JUSTE LA FIN

 

*