auscu

Bien sur que ce n'est pas le "succès story" des frères DARDENNES, mais son intérêt est tout autre: les marginaux ont-ils encore droit à leur dignité de vie dans la réalité quotidienne de notre monde?

On vit dans une société où tout va de plus en plus vite et où est de plus en plus violent, de plus en plus basé sur l'individualisme et le chacun pour soi. Au cinéma, les frères LUC et JEAN PIERRE DARDENNES ne veulent pas renoncer pour autant à traiter le fond social de tout cela en faisant, film après film, un cinéma humaniste et révolté sur cet état des lieux avec son lot de drames sociaux. Il nous offrent un film simple sur leur manière de réfléchir à la vie.

 

cafe

 

Avec "la fille inconnue" ils auscultent l'état de santé et ce que chacun(e) peu apporter pour sinon guérir du moins soulager patients et soignants par l'écoute du corps humain. C'est une enquête qui n'a pas grand chose a voir avec une enquête de police et beaucoup plus, dirait-on, avec le travail d'un médecin légiste du vivant. Le médecin généraliste retenu pour cette enquête est une jeune femme (HADELE HAENEL) qui a quitté son appartement pour aller vivre sur son lieu de travail dans un quartier de banlieue en face d'une berge de la meuse dont elle est séparée pour une voie rapide. Elle a refusée un poste plus lucratif pour rester une généraliste de quartier au contact d'une population qui n'est pas des plus aisée et qui va consulter en toute dernière extrémité. Son cabinet est devenu une sorte de refuge où en auscultant le corps du patient qui se présente, la doctoresse JENNY DAVIN, recherche, écoute la douleur pour pouvoir les soulager. Pour en comprendre les causes, elle sait qu'elle doit rester plus forte que ses émotions afin d'établir le bon diagnostic de santé. Mais elle sait aussi que les émotions, lorsqu'elles sont sincères, peuvent aider à communiquer avec l'autre; à obtenir d'abord des bribes de vérité puis la vérité qui confirme ce qu'à dit le corps avant.

 

portable

 

Comme tout film repose sur une intrigue (prétexte), ici ce sera "la JEUNE FILLE INCONNUE" qui après avoir sonné, en vain, au cabinet du docteur Jénny après sa fermeture, est allée se suicider dans le courant d'eau (ne voulant sans doute pas se jeter sous une voiture qui passe à grande vitesse pour ne mêler personne à sa décision liée à sa déprime). JENNY que la police est venu interroger comprend que cette malheureuse inconnue était venue, avant de passer à l'acte, sonner à la porte de son cabinet; elle se sent quelque part responsable de sa décision de ne pas avoir ouvert quand elle a sonné; moralement ça la questionne et comme la police ignore tout de l'identité de cette morte, elle décide de mener sa propre enquête afin que si elle découvre son identité, elle puisse avoir un autre enterrement que celui d'une marginale qui sera disparue dans l'indifférence générale. Quelque part, cette attitude n'est comme le disent les frères Dradennes "ni narcissique, ni morbide".Elle ne s'enferme jamais dans la culpabilité et la complaisance ou l'apitoiement; elle n'accuse personne et ne fait la morale ni aux gens qu'elle soigne, ni aux spectateurs qui regardent. Quand ça avance et qu'elle progresse dans son enquête , on sent de la joie en elle". C'est comme ça que chacun(e) progresse et retrouve sa dignité, la dignité du corps, celle du coeur...JENNY se soigne aussi un peu en soignant les autres car en dehors de sa fonction de doctoresse Jenny est elle même une fille inconnue.

 

port

 

Le Casting est aussi une affaire de rencontre et d'amitié:

JENNY ADELE HAENEL

JULIEN OLIVIER BONNAUD

BRYAN  LOUKA MINNELLA

Le Père de Bryan JEREMIE RENIER

La Mère CHRISTEL CORNIL

Durée du film : 1 h 46

 

med

 

Après le passage à Cannes et la déception engendrée, les frères Dardennes ont essayés de réparer une partie de leurs erreurs en raccourcissant le film de 7 mn pour le recentrer sur l'essentiel au montage. Ce qu'il était impossible à changer c'était l'influence négative d'un ancien médecin sur ADELE HAENEL par souci de vérité en lui mettant la froideur des médecins généralistes chevronnés qui dictent au patient leur verdict sans appel en négligeant l'émotion.

 

dard

 

*