iris0

Au départ, ce devait être les américains qui devaient faire un remake du film "CHAOS" du Japonais NAKATE RING de 1990 qui en France était sorti uniquement en DVD avant de trouver le scénario de l'Australien ANDREW BOVILL trop trouble et sulfureux pour en faire un film policier grand Public. Le réalisateur Français JALIL LESPERT est connu pour être un touche à tous les genres et le Thriller n'était pas encore à son palmares (4 films dont le peu glorieux "YVES SAINT LAURENT" avec GALIENNE et NINEY). A 40 ans il a donc accepté de relever le défis avec comme Co-Scénariste JEREMIE GUEZ. Ils se sont mis au travail pour réaliser un scénario à tiroirs avec de multiples rebondissements pour retarder aux maximum le moment où le spectateur sentira qu'il a saisi les tenants et l'aboutissement de ce polar noir : "Je voulais faire un film atypique en jouant avec les codes du thriller tout en les déjouant. Au  premier degré de lecture, les personnages subissent les retournements de situations mais ils n'évoluent pas comme on pourrait l'imaginer; tout se passe à travers un jeu de miroirs. Au second degré, c'est une sorte d'hommage au cinéma avec, à priori, un film de genre thriller classique dans lequel les personnages sont des archétypes mais qui dévient de leur route pour acquérir une singularité parlant d'amour, de plénitude et qui sont dans l'introspection alors qu'ils sont embarqués dans un thriller. Ils se croisent du regard dans le silence mais ils ont aussi un rapport au corps plus sensuel que dans les films d'action.

iris 5

Le couple d'inspecteurs (CAMILLE COTTIN  et ADEL BENCHERIF) est comme une caisse de résonance sur l'aspect amoureux, sur le rapport à la vérité et au mensonge; ils ont une fonction dramatique, mais alors que l'enquête devrait faire avancer les choses, eux ce sont les rebondissements qui les font évoluer, ils sont excentrés par rapport à ce qui se passe, mais ils en imposent par leur caractère.

Le rôle de Claudia est physique avec un côté femme fatale et inaccessible avec une beauté froide. Quand on entend "Action!" il ne faut pas trop réfléchir, il faut jouer, foncer; CHARLOTTE LE BON est hyper doué pour ça . C'est une femme dans la vie avec un côté garçon manqué; j'avais envie aussi d'explorer cette palette dans un personnage multi facettes...Max LOPEZ (ROMAIN DURIS) est un rustre entre ex-femme et enfant qui a fait de, la boxe, un vieux boxeur usé, qui est toujours sur ses gardes, prêt à répliquer; il lutte pour gagner de l'argent et il veut comprendre qui lui a fait cette mauvaise blague. C'est un revanchard mais pas un raté".

iris -6

Comme pour ses pécédents films, LESPERT aime les personnages qui sont torturés : "Mais le point commun avec mes films précédents c'est l'Intégrité".

IRIS 1 

Un mot sur l'histoire:

CLAUDIA-Iris est une belle jeune femme mariée à un riche banquier Parisien mais qui parait désespérée . Un soir elle rencontre un mécano qui a travaillé pour son mari et elle lui demande de l'enlever et de réclamer une rançon à son mari de 500 000 €. Max finit par accepter car il est endetté avec son garage de banlieue (il doit de l'argent à la banque d'Antoine Doriot) il accepte le risque malgré que par le passé il a déjà goûté à la prison. Le banquier a appelé la police. CLAUDIA est une impulsive paranoïaque qui lui assure que son enlèvement est au point, sauf que le mari refuse de verser la rançon et un soir tout va déraillé. Sensations, désirs, trahisons, séductions et fausses pistes vont se succéder avec une pointe de perversité morale et de sexe dans une boite de nuit de luxe.

iris4

jalil

Lespert à soigné la mise en scène qui est par moment trop prévisible et bancale en sacrifiant la vraisemblance pour augmenter l'impact sur le spectateur à chaque rebondissement. LE CHEF OPERATEUR PIERRE YVES BASTARD a joué, lui, avec le Clair obscur pour augmenter les sensations du spectateur.

Au final , c'est loin d'être un chef-d'oeuvre du genre, mais c'est pas non plus "chiant" comme l'a dit un spectateur.

Durée du film : 1  h 39

 

iris-jalil-

*