S 11

Les Héros ne sont jamais tout seul; ils sont ceux qui sont mis en avant pour avoir pris les bonnes décisions au bon moment et qui ont permis d'éviter le pire; certains sont mort en se sacrifiant, d'autres deviennent des légendes vivantes. Tous rentrent dans l'Histoire de l'humanité mais aucun n'est immortel. Un jour où l'autre, ils s'effaceront de la mémoire collective. C'est pour cela que le travail de mémoire doit se perpétuer de génération en génération le plus longtemps possible et tant mieux si le cinéma peut y contribuer.

clint

On ne présente plus CLINT EASTWOOD cet américain de 86 ans qui après une longue carrière en tant qu'acteur ayant incarné nombre de héros s'est reconverti en réalisateur avec autant de succès.

"SULLY" est basé sur l'histoire vraie que  le pilote SULLY SULLBENBERGER a vécu le 15 janvier 2009 à bord de son Air-Bus 352 et qu'il a raconté dans un livre de CHER LEY et ZEFFREY ZASLOW en 2009: "HIGHEST DUYY" ("LE  DEVOIR LE PLUS HAUT").

CHESLEY S

 

Comme tout réalisateur de film qui doit faire aussi dans le divertissement afin de plaire au grand public et aux producteurs, le film doit faire la part aux bons et aux méchants; alors il arrive que pour faire durer le suspens on s'écarte de la vérité historique lorsque le (les) méchants viennent à manquer. C'est un peut ce qui s'est passé avec "Sully" concernant la deuxième partie sur l'enquête menée par le conseil national de la sécurité des transports comme cela se fait après tout incident ou catastrophe. Les méchants se sont ces fonctionnaires de la NTSB, bien sur. Peu importe que dans la réalité par leurs analyses pointues et les solutions apportées, la sécurité des passagers continue d'augmenter; eux ne sont que les soldats de l'ombre, inconnus.

Cette remarque faite, l'histoire de ce sauvetage qui a nécessité la mobilisation spontanée de 1200 bénévoles et professionnels mérite d'être racontée au cinéma aussi.

S12

SULLY (TOMS HANKS) a été un pilote de jets militaires pour l'US AIRWAY de 1980 à 2010; reconverti dans l'aviation commerciales, il pilote à présent des Air-Bus 320. Ce matin du 15 JANVIER 2009, son co-pilote est JEFFE SKILES (AARON ECHART). A bord se trouve 155 passagers. L'avion décolle de l'aéroport de la Guardia mais alors qu'il est en plein ascension un troupeau d'oies arrive en sens inverse et endommage les deux moteurs et en bloque un complètement. L'avion perd de l'altitude. CACTUS 1549 lance un appel de détresse pour expliquer à la tour de contrôle ce qui se passe. SULLY doit envisager les moyens de secours qui lui restent, à savoir faire au plus vite un atterrissage de fortune. Deux solutions se posent à lui: tenter de retourner à l'aéroport de la Guardia sans savoir si un des deux moteurs est encore opérationnel, ou se poser au plus vite ailleurs. Connaissant Manhattan, il se rappelle qu'il y a les terminaux de Ferry entre NEW-YORK et  NEW JERSEY et que grâce à eux les sauvetages des passagers rescapés peut être assez rapide bien que le fleuve ne soit pas une eau calme et chaude en cette période de l'année. Contre l'avis de la tour de contrôle qui veut qu'il revienne se poser à la Guardia, SULLY et son co-pilote JEFFE décident de tenter l'amerrissage au milieu de l'Hudson en sachant que cela va condamner l'avion qui coûte plus de 64 millions de dollars. Les passagers sont informés par les hôtesses et le pilote. Avec un peu de chance et une grande maîtrise, l'avion finit par glisser sur l'eau et s'immobliser à la surface; les ailes sont restées au niveau de la surface grâce à l'équilibre stable à l'amerrissage ( à peine 1°1/2 de différence entre l'inclinaison des deux ailes). Les 155 passagers sont répartis sur les deux ailes en attendant l'arrivée des secours. Cela prendra guère plus de 24 mn pour que tout le monde soit évacué sur les ferry et par hélico jusqu'à terre grâce à la formidable mobilisation des secours. SULLY sera salué comme un héros.

S2

Cette première partie a été traitée par le réalisateur avec le plus grand sérieux sur la base du scénario de TODD KEMARSCKI;  Sully et sa femme Lorrie (LAURA LINNEY) est la famille qui rassure toute l'Amérique de cette époque qui est passée par l'effondrement des tours jumelles, la guerre en Irak et le crack boursier de 2008.

Pour cette première partie le metteur en scène a disposé de 5 caméras: 1 à l'intérieur et 4 à l'extérieur.

S3

La deuxième partie, qui sert au suspens, est elle consacrée au moment où après avoir été salué comme un héros national qui a fait la une de tous les médias alors que SULLY pense n'avoir fait que son travail pour sauver les passagers et son équipage, commence l'enquête du conseil national de sécurité. Clint traite ces enquêteurs comme un groupe de bureaucrates uniquement soucieux de trouver des failles en faisant de SULLY un pilote qui a fait de mauvais choix qui ont détruit l'avion qui a coulé : ce qui met Sully en colère: " J'ai 40 ans de vol et je vais être jugé sur 208 secondes". Les enquêteurs pensent qu'il aurait très bien pu prendre la décision d'écouter la tour de contrôle en retournant se poser sur l'aéroport de la GUARDIA car pour eux le moteur gauche continuait de fonctionner et rien dans l'état de l'avion pouvait empêcher qu'il atterrisse normalement. Clint fait des enquêteurs des gens insensibles, uniquement préoccupés par leur enquête à charge. Le vrai travail pour comprendre ce qui s'est réellement passé ne semble pas être leur priorité alors que dans la réalité renforcer la sécurité et tirer profits des incidents ou accidents est une absolue nécessité pour tout  le monde quand on ne veut pas vivre dans la peur permanente. A contre coeur, on conviendra à la fin que SULLY a pris la bonne décision, la seule et que il aurait été très risqué de vouloir sauver aussi l'avion. qui au demeurant a montrer qu'il pouvait flotter un certain temps si les conditions météo le permettait et si l'état de l'avion laissait possible un amerrissage .

(Pour les besoins du film, le pilote et le co- pilote sont interrogés ensemble, ce qui dans la réalité ne se fait pas, et dans le cas de Sully, compte tenu du soutien du public et des médias ce qu'on appelle "interrogatoire" était plutôt une suite d'entretiens dont il ne semble pas que le vrai héros se soit plaint afin de mieux comprendre ce qu'il s'était passé et quel était dans ce cas "le plus haut devoir").

S10

C'est cette deuxième partie qui pose un problème d'éthique qui fait qu'on regrette que le grand réalisateur se soit laissé aller à la facilité alors que l'idée de rendre hommage à SULLY SULLENBERGER reste une très bonne et courageuse idée.

Durée du film  1h 36.

S4

*