MAN 4

Il arrive que pour la même semaine on trouve deux films qui traitent d'un même sujet de façon totalement différente. C'est le cas Ici pour "MANCHESTER BY THE SEA" et "PERSONNAL SHOPPER". Le sujet est le DEUIL; l'Américain KENNETH LONERGAN a choisi un Homme comme personnage principal, le Français OLIVIER ASSAYAS a lui préféré une femme....

MAN 1

"Manchester by the sea" (MANCHESTER PAR LA MER) est une ville du Massachusetts qui a pris cette appellation depuis 1989: " j'ai aimé passer du temps sur l'Océan et dans les criques même si la météo nous a obligée à accumuler des heures sup' (le tournage s'est fait de février à mai 2016)...Le processus dans lequel une histoire naît dans l'imagination personnelle du scénariste pénètre et s'installe dans l'affectif d'autres personnes en étant nourrie par les émotions et les idées des collaborateurs avant de s'épanouir sous leurs soins pour finir par devenir une sorte de fantasme partagé qui appartient à tous avant qu'elle soit transmise au spectateur dans lequel on espère qu'elle trouvera une place comme les films que j'aime qui font parti de moi."

KEN LONER

LONERGAN est un réalisateur de 54 ans né dans le Bronx. En 16 ans, il n'a produit que 3 longs métrages dont le "gang of New-York" (2002). Le scénario de Manchester dormait, lui, dans un tiroir en 2014 avec les meilleurs scénarios non concrétisés.

L'histoire est celle de la famille CHANDLER qui se déroule sur plusieurs années avec son lot de drames et de regrets et quantité de non-dits. Cette réalité fait volontairement dans l'ordinaire dans lequel chacun peut se reconnaître. l'émotion et la gravité du sujet ne verse jamais dans le mélodrame; comme l'a dit un des acteurs:" ça reste cru et vrai".

man12

LEE (CASEY AFFLECK) est parti de Manchester, un village de pêcheurs, pour s'installer dans la banlieue de Boston. Il fait le gardien dans un petit complexes d'appartements et loge au sous-sol; quand il ne boit pas une bière dans son local, l'hiver, il passe ses matinées à pelleter la neige, à réparer les fuites en évitant de se mêler aux conversations des locataires. Cette vie de solitaire lui permet de maintenir le monde à distance. C'est sa façon à lui de refouler et de camoufler une profonde blessure, celle précisément qui lui a fait divorcer de sa femme RANDI (MICHELLE WILLIAMS) et s'exiler loin de sa terre natale. En fait, LEE est un homme brisé qui ne fait qu'essayer de survivre à sa douleur qui ne le quitte jamais.

MAN 2

Et puis un jour on l'informe que son frère ainé JOE (KYLE CHANDLER) est mort subitement d'une crise cardiaque (c'est la seule similitude avec le film d'Assayas). Tous les deux souffrent des mêmes déformations. On lui demande de revenir à Manchester car c'est lui qui a la tutelle de son neveu PATRICK (LUCAS HEDGES) qui est à l'abri du besoin. LEE fait l'effort de venir dans l'espoir de trouver rapidement quelqu'un d'autre pour s'occuper de son neveu qui est plein de vie et qui tente de faire le deuil de son père tout en continuant sa vie normale d'ado. C'est un étudiant qui est apprécié et qui jongle avec le HOCKEY, un groupe de musique et deux copines. Autant dire qu'entre le solitaire muré dans son silence qui se trouve à nouveau obligé de se confronter avec son passé à ses fantômes, et ce neveu qui vit pleinement son présent malgré le deuil qui le touche, c'est pas l'entente cordiale tous les jours...

MAN 3

LONEGAN a du avoir recours à de nombreux Flash-back pour faire revivre le passé de LEE dans la réalité du présent: "En voyant tous les drames insupportables que les gens traversent, je me suis demandé comment ils faisaient pour continuer de vivre?". l'ex femme de LEE a peu de place dans cette histoire car elle aussi appartient au passé. Il traite du pouvoir de l'amour familial, de cette communauté ouvrière, du sacrifice et de l'espoir avec un genre de tristesse qui vous fait vous sentir vivant car l'humour est-là aussi pour empêcher toute réponse trop facile, pour parasiter le mêlo et en introduisant des petits détails par -ci, par -là qui font que les attentes du public tardent à arriver comme il le prévoyait. Et c'est sans doute cette habileté au montage qui fait que le public se surprend à rire et à sortir content. On fait son deuil comme on peut. On lui promet déjà avec plus de 4 millions 400 000 $ en bénéfice  des Oscars en récompense.

Pour la Bande annonce  Lornergan a fait appel à la compositrice LESLEY BARBER et à se morceaux de musique avec Piano et Violon;

Durée du film : 2 h 18

MAN 10

*