AR 3

On attendait de GUY RITCHIE une version qui fasse oublier les deux précédentes versions avec un film au rythme endiablé. Hélas, déjà le scénario de JOBY HAROLD - GUY RITCHIE -et LIONEL WIGRAM n'a rien apporté de nouveau pour conserver un rythme élevé sans longueur. Pour cela, encore aurait-il fallu sortir le film de son univers médiéval classique et faire preuve d'un peu d'imagination créative; hors, dès le départ, ils se sont contentés de faire une compilation des récits de THOMAS MALLORY "LA MORTE ARTHUR" de 1485. Seul le caractère du personnage d'ARTHUR a changé; c'est devenu, selon la volonté de Richie, un homme ego-centrique, mal élevé et violent et un peu dangereux qui se contente de tenir les faubourgs de LONDONIUM avec sa petite bande armée (Arthur est le fils du Roi UTHER PENDAGRON qui,, avant d'être assassiné, avait fait sauver son fils. Il a grandi dans la rue sans savoir qui il était vraiment). Il ne se sert jamais d'un épée. Il faut attendre qu'il sorte l'épée d'Excalibur de son rocher pour le voir prendre conscience qu'il va devoir donner une autre orientation à sa vie de vagabond et devenir un être plus viril au service d'une bonne cause : libérer le royaume du tyran VERTIGERN qui s'est accaparé de la couronne et qui a établi le pouvoir du glaive.

AR 4

Quand il n'y a pas d'action, ça traîne en longueur, GUY RITCHIE ne donne pas l'impression de bien savoir ou il veut aller. Par contre, dès qu'il y a affrontement où est mis en avant le côté force physique de l'apprenti héros armé de son épée qu'il a appris à maîtriser, tout devient plus dynamique et moins languissant. Les décors costauds et les nombreux effets spéciaux boostent l'interêt, le film reprend de la vigueur.

AR 15

Reste que si on connaît un temps soit peu cette légende, l'histoire du film est, comme l'a dit un critique, "cousue de fil blanc" et la pauvre GENIEVRE n'y changera rien, pas plus que la bonne et agréable musique de DANIEL PEMBERTON. Le spécialiste du Polar n'arrive pas à dégager beaucoup d'émotion pour ce genre malgré les 102millions de dollars de budget qu'on a mis à sa disposition. Pour l'originalité, on repassera. En voulant faire un film sérieux,  il a délaissé l'humour qui aurait pu émoustillé les papilles des spectateurs. Au final ça reste un film assez terne malgré la méchanceté de l'efficace JUDE LAW. Pour le super héros on repassera, même l'idélologie héroïque des "Mousquetaires" n'apparait pas. Richie ne parvient pas à faire de son Arthur le personnage romanesque de légende de la littérature populaire. Comme aurait dit Flaublert, ce film ne vaut même pas la peine de discuter du talent, pourtant avéré, de RICHIE réalisateur en se souvenant qu'il a été dans les années 2000 le compagnon de Madona (il a eu un garçon avec ).

AR5

RITCHIE

Ce Britanique de 48 ans avait commencé sa carrière avec des clips et des spots publicitaires, puis il était devenu metteur en scène d'un premier court métrage en 1995 avant de s'attaquer au long métrage en 98 avec un film de gangsters. On a retenu sa remise au goût du jour de SHERLOCK HOLMES, puis il a comblé les vides avec des clips de pub pour DIOR et entamé une série d'espionnage à la télévision.

AR 16

Pour le Casting, le choix de CHARLIE HUMAN (ARTHUR) - ASTRID BERGES FRISBEY ( Guenièvre) - et de JUDE LAW (Vortigein) n'était pas mauvais.

Un film de divertissement familial pendant la semaine qui suit "les seins de glace".

Durée du Film 2h 07

AR9

*