" C'est avant tout une histoire d'amour entre deux  jeunes parents qui se retrouvent projetés dans une responsabilité d'adulte façe à la maladie, pas celle d'un enfant malade" dit VALERIA DONZELLI la réalisatrice de " la guerre est déclarée", avant d'ajouter: "le rire est un moyen de se protéger, un réflexe de survie finalement".

Son film dont elle a écrit le scénario avec son mari Jerémie ELKAIM est un film qui s'inspire certe de leur vécu lorsqu'ils ont découvert que leur bébé avait un cancer car c'est toujours plus simple de partir de ce que l'on a connu, "mais je ne voulais pas montrer la maladie ... la vérité ne m'intéresse pas...le cinéma c'est l'émotion, le ressenti, on vibre, on rie... J'ouvre une fenêtre pour que les gens observent des personnages façe à leur destin....  j'apprécie qu'on y croit mais il existe une forte poésie, une part de fantasme, j'observe sans sombrer dans le réalisme, j'aime ce mélange;.... c'est un film sur la solidarité, on est plus fort à deux que seul dans l'épreuve... montrer comment des parents sont devenu une machine de guerre en faisant au mieux pour sauver un être cher....c'est devenu du cinéma avec des personnages dans un univers aux couleurs pop, ce n'était plus notre vie.... Le cinéma refrabrique du réel mais ce n'est pas la réalité... l'important c'est qu'au final le témoignage reste. J'ai voulu donner à mon film un rythme de Comédie"

 Son film a été présenté au dernier festival de Cannes. Valéria Donzelli a déjà participer à plusieurs films mais même si elle reconnait s'être intéressée toute jeune à l'écriture elle n'a pas la pétention d'être déjà une réalisatrice de cinéma confirmée " je bidouille, je tourne de manière intuitive..... Grâce au numérique on voit arriver une nouvelle vague...ce film appartient désormais aux autres, chacun apporte sa pierre à l'édifice".

Elle a tournée dans l'hôpital quelle a connue qui était sans doute pour elle et son mari une façon d'être plus à l'aise dans leurs rôles d'acteurs, mais aussi pour remercier le personnel hospitalier et se féliciter du système de soins encore en place "où on nous demande notre carte vitale, pas notre carte bleue".

Le tître "la guerre est déclarée" illustre bien ce qui se passe quand il n'est plus temps de se poser des questions mais d'agir pour être à la hauteur et rester maître de son destin. Dans de pareils moments, la solidarité est primordiale comme la détermination à se battre :" notre énergie est alors déculpée, plus rien ne compte" c'est cette succession d'épreuves qui finssent par nous construire , comme elle dit, pour aller le plus loin possible, jusqu'à la victoire.

C'est  bien  si par moment on pleure mais qu'à la fin on ne sort pas déprimé. De ce point de vue déjà on peut dire que c'est un film réussi pour cette fin de vacances....il ne fait jamais beau partout en même temps. 

*