y a quoi à chercher ?

28 juin 2017

2017

 

img084

LES FILMS SONT SOUVENT FAIT DE FRAGMENTS DE VIE CHARGES DE SIGNIFICATION.

Ils donnent une belle image du Cinéma.

*

Mes autres sites et blog:

http://antoniogramsci.e-monsite.com/ (biographie)

http://taftacroisade.canalblog.com/ (Politique)

 http://olympiensmarseillais2013.e-monsite.com/  (sport)

 

*

 52 930 VISITEURS au 28 JUIN 2017. 

(67 720 pages vues) :

Liste des 120 Pays Visiteurs: France - Usa - Belgique - Canada - Allemagne - Corée du Sud - Russie - Tunisie - Maroc - Espagne - Algérie - Royaume Uni - Italie - Luxembourg - Monaco - Afrique du Sud - Japon - Taiwan - Egypte - Guyane - Bresil -  Grèce - Israël - Suède - Ile Maurice - Colombie - Bulgarie - Mexique - Guadeloupe - Norvege - Pologne - Irlande - Madagascar - Ukraine - Benin - Rwanda - République Tcheque - Argentine - Turquie - Suisse - Côte d'Ivoire - Guinée - Thailande - Portugal - Nouvelle Zélande -Chypre - Mali - La Barbade - Hongrie - Polynésie Française - La Réunion - Sénégal - Finlande - Hong Kong (Chine) - Croatie - Togo - Congo - Géorgie - Cameroun - Macedoine (ex Yougoslave)- Mauritanie -Ethiopie -Emirats Arabes Unis - Equateur - Liban - El Salvador- Venezuela- Arabie Saoudite- Roumanie- Chine- Haïti- Lettonie- Chili- Pays-Bas- Philippines- Zambie- Albanie- Malte- Vanuatu - République de Corée- Martinique - Nicaragua- Vietnam - Iraq - Australie - Gabon - Kazakhstan - Costa Rica - Singapour- Estonie- Lybienne jamahiriya- Qatar - Slovaquie - Bolivie- Koweït - Bélarus - République arabe Syrienne - Jordanie - Mauritanie - Pérou - Paraguay- Burkina faso- Inde- Kénya - République Dominicaine - Bangladesh - Uruguay - Autriche - Tanzanie - Panama - Bahreïn - Indonesie - République de Moldova - Niger - Danemark -Cambodge - Djibouti - Malte - Lituanie -

MERCI A TOUTES ET TOUS !

*

PS: Après avoir lu ces commentaires, sachez que si vous êtes allé voir un film votre commentaire ou critique est toujours le bienvenu. 

 

 

Posté par alex-6 à 13:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


CINEMA - ENTRE 2 RIVES: DANS LES FILETS DES ETATS

2R 2

2R 9

 

La Corée fait plus que jamais l'objet de l'actualité internationale avec une menace de guerre nucléaire qui fait le jeux des grandes puissances américaines, chinoises, japonaises, russes qui ont trouvé - là l'occasion de justifier leurs dépenses d'armenents astronomiques en vue d'une prochaine guerre mondiale. La paix et le bien être des humains est le cadet de leurs soucis. La Corée du NORD et du SUD est le terrain d'entrainement politique sur le quel les habitants servent, de part et d'autre, de bouclier nucléaire humain.C'est ce que pense aussi le réalisateur Coréen du Sud KIM KI-DUK :" le conflit nucléaire rend cette situation encore plus extrême, placé au coeur des intérêts conflictuels des grandes puissances américaines, chinoises, japonaises et russes. L'avenir de la péninsule coréenne demeure incertain. Il est sacrifié aux profits des intérêts militaires des grandes puissances. Je voudrais que mon film encourage les deux Corées en tant qu'acteurs indépendants, à régler leurs différents. Je souhaite profondément qu'elles puissent tourner la page, se comprendre mutuellement et se pardonner pour enfin vivre unies et réunifiées....Je voulais mettre en relief la réalité tragique entre le Nord et le Sud, à travers l'histoire d'un homme ordinaire piégé dans le filet symbolisant l'Etat au nom des idéologies des deux côtés; montrer à quel point l'Etat formé lui même par des groupes d'individus et des familles, sacrifiait l'individu en son nom. Je considère que la relation Nord /Sud l'Etat fait subir la violence à l'individu alors qu'on devrait au contraire être le garant de la liberté et de la paix".

 

2 R 13

 

kim-ki-duk-710x431

kim ki-DUK est né en décembre 1960 (57 ans)dans un village de montagne du Sud. A 9 ans, il déménage à Séoul avec ses parents; à 17 ans il travaille dans l'agriculture puis en usine avant de s'engager dans les Marines. Un temps, il songe même à devenir prêtre, mais son amour pour la peinture le pousse à venir en France pour suivre, pendant deux ans, à Paris des études d'arts plastiques et de peinture. Découvrant le Cinéma il retourne vivre en Corée en 94 et se fait remarquer pour la qualité de ses scénarios dans ses films qui obtiennent un grand prix du scénario des films coréens. Sa carrière au Cinéma est lancée, mais il devient réputé pour être un réalisateur poétique et confus avec des films étranges. Ce n'est que 7 ans plus tard, qu'il connaîtra le succès public et symbolisera la nouvelle mouvance du cinéma Coréen. Ça reste un réalisateur à part qui a ses propres aspirations artistiques. La consécration viendra du festival de Venise en 2010 avec le Lion d'or pour son film "la PIETA" qui rappelle un des chef d'oeuvre de Michel-Ange. Aujourd'hui il en est à une trentaine de films (en grande partie des drames) et plus de quarante nominations.

 

2 R 8

 

L'Histoire d'"entre 2 rives" est celle d'un modeste pêcheur Nord Coréen Nan chul-woo (RYOO SCUNG -BUM)qui pour aller pêcher avec son canot à moteur sur le lac doit passer chaque jour un contrôle d'identité par les soldats Nord Coréens. Au milieu du lac sa barque tombe en panne, l'hélice s'étant prise dans ses filets. Il se voit contraint de se laisser dériver par les courants qui l'entrainent près de la frontière Sud Coréenne. Arrêté et questionné par l'armée et la police, on essaie sous la contrainte, de lui faire avouer qu'il est un espion du Nord.Dans la police il y a ceux qui voient des espions partout et ceux qui pensent qu'il dit vrai et qui veulent le convaincre d'abandonner tout et d'oublier le nord pour vivre ici au pays de la liberté, mais une prostituée obligée de vendre son corps, lui rappellera que même au Sud la liberté ne sert à rien sans argent. Entre les deux il y a le policier qui est chargé de le surveiller qui se demande si on peut vivre séparé des siens? Malgré sa détention, NAN ne songe qu'à une chose, rentrer chez lui et retrouver sa famille, mais la police des deux Corées n'est guère différente d'un côté ou de l'autre de la rive....Sur la rive Nord, les soldats guettent le retour de celui qu'ils considèrent comme un déserteur mais qu'importe pour CHUL-Woo la famille est plus importante que l'idéologie.

 

2R5

2 R10

 

Une fois encore ce réalisateur Coréen surprend par son audace et son courage; la situation qu'il évoque n'a rien d'ydillique pour aucun des camps.Il a choisi aussi d'être le directeur de la photo pour mettre en avant ses qualités d'artiste et un montage judicieux.

Durée du film : 1 h54

 

2R 8

 

Corée du NORD capitale Pyonyang - Population 25, 16 millions d' hab.

Chef suprême :KIMJONG UN  - Frontière avec la Chine

Corée du SUD capitale Séoul -Population 50,62 millions d'hab.

Président :MOON JAE IN

Fin de la guerre de Corée et partition du territoire 27 juillet 1953 (64 ans)

*

Posté par alex-6 à 13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juin 2017

CINEMA - WALLAY : VACANCES AVANT L'HEURE, JE TE JURE!*

 

WAL 1

Les vacances approchent à grand pas; que diriez-vous d'une petite escapade au BURKINA FASO ? Le réalisateur BERNI GOLDBLAT nous offre, à moindre frais, ce petit voyage initiatique en afrique. D'origine Helvético- burkinabé, on peut comprendre que quand on ne dispose pas d'un gros budget pour son premier long métrage, le sujet retenu soit en lien avec ses racines, histoire de ne pas se retrouver à devoir filmer dans un milieu totalement inconnu avec des personnages qui sont étrangers. Le choix des décors à son importance si on veux captiver d'entrée l'attention du public. Alors, histoire de le rassurer un peu et de le laisser s'installer tranquillement, on fait démarrer son histoire dans un milieu de vie, sinon plus accessible, du moins qui nous parle un peu plus même si on reste sur ses gardes... disons dans la banlieue, une citée de Vaux en Velin, confrontée à la société de consommation et à la pauvreté.

W16

Golbat a fixé son dévolu sur un père franco- burkinabé divorcé d'une Française qui élève, seul, son fils de 13 ans dont il a le plus grand mal à le garder sur le droit chemin. ADY (MAKAN NATHAN DIANA), livré à lui même pendant que son père travaille, est plus facilement attiré par la délinquance et le vol que par l'ecole et les études. Quand son père découvre qu'il vole et qu'il se rebiffe contre lui, plutôt que de renoncer et de baisser les bras, il contacte son frère qui est resté avec la famille au Burkina Faso et lui demande de le prendre au pays pour en faire une grande personne qui se comporte en adulte. A son fils, pour éviter toute dispute il lui dit qu'il l'envoie pour les vacances chez son oncle...

wallay_2

ADY ignore tout du pays de son père, son pays est la France. L'Afrique qu'il découvre le surprend, c'est un tout autre univers, un autre mode de vie: on se lave dehors derrière des canisses avec un seau d'eau qu'on a puisé dans un puits pour se rincer, l'électricité n'est pas partout et on a bien du mal à se servir des objets électroniques. La vie des habitants n'a rien a voir avec celle de la banlieue parisienne.

Ady qui ne sait pas ce qui l'attend et qui ignore tout du pays de son père, est dans un premier temps surpris par ce village d'Afrique qu'il n'a pas l'électricité dans toutes les maisons ; la réalité est tout autre que son milieu de vie parisien. Il découvre que la vie quotidienne est dictée par des traditions ancestrales que tout le monde respecte. Il découvre que tout est source de surprise et que ce que chacun fait est différent de ce qu'il a l'habitude de faire. Et quand on lui explique qu'ici c'est pas les vacances mais qu'il va devoir travailler pour rembourser ce qu'il a volé et qu'il va devoir apprendre ce qu'est la sagesse et se soumettre aux rituels, Ady se croit assez fort pour continuer à n'en faire qu'à sa tête et pense que si on l'embête trop son père le fera revenir chez lui. Pour pouvoir se payer son retour, il est même prêt à vendre tous les objets de la modernité qui ici ne lui servent plus à rien. Mais il découvre vite que c'est pas aussi facile qu'il le croit. Le grand père qui l'observe en fumant sa pipe dit à son cousin Jean qui lui sert de guide que pour le guérir de son insolence il faut le conduire chez sa grand-mère qui habite dans un village perdu dans la brousse. MAM est contente de faire la connaissance de ce petit blanc même si elle va devoir lui faire la guerre. Ady se fait ami avec une fille de son âge YETI mais elle non plus ne se laisse pas faire par ce  petit rouleur de mécanique. ...

berni_goldblat

Goldblat a confié l'éciture du scénario à DAVID BOUCHET; c'est donc vers lui qu'iront nos reproches de ne pas avoir assez travaillé le personnage principal qui ne va guère évoluer jusqu'à la fin, non que ce jeune acteur manque de charisme mais on ne sent pas grand chose de l'idée force du changement qui est en train de s'opérer en lui (Ça reste un ado qui donne l'impression de revenir comme il est parti. Il semble que le réalisateur aurait dû prolonger de quelques minutes la fin de son histoire). Il ne comprend pas quand on lui explique qu'il va être soumis à l'initiation ancestrale et à la circoncision qui fera de lui un homme adulte.

W12

Par contre le traitement de tous les personnages dit "secondaires" est une totale réussite, de l'Oncle Amadou (HAMADOUM KASSOGUE), à JEAN (IBRAHIM KOMA) le cousin qui sert de guide à ADY, sans oubliée la Grand mère de Rève Mam (JOSEPHINE KABORE). Grâce à eux, à leur sincérité et à leur authenticité où se mêle humour, émotion et gentillesse, le Burkina faso ne restera pas une "terre inconnue".

W13

Plus que l'histoire d'un jeune ado qui découvre le sens caché de ses origines, le réalisateur nous met en présence de deux mondes que les cultures opposent. La vie en Afrique dépend de peu de chose, ce n'est pas parce qu'ils sont pauvres que les gens ne sont pas attachants: même s'ils mènent un vie de labeur pour vivre au quotidien, ils savent aussi trouver des moments de bonheur. Ils ont un mode de vie et des rapports humains qui souvent ont disparu dans nos sociétés dites "modernes". Personne détient la vérité de ce qu'il faut faire ou pas faire pour vivre heureux. Il faut apprendre à respecter les différences. C'est à ce voyage initiatique du dialogue et de la sagesse que BERNI GALDBAT nous invite.

Durée du Film : 1 h 28

W14

*

* "Je te jure" traduction de "WALLAY" mot très usité au Burkina Faso pour convaincre que ce qu'on dit est vrai.

*

Posté par alex-6 à 22:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2017

CINEMA- LES DERNIERS JOURS D'UNE VILLE: DU VRAI GRAND, BEAU CINEMA

 

der 2

 

tamel el s

TAMER EL SAID, retenez ce nom. Cet Egyptien, né au Caire en 1972, nous offre avec son premier film long métrage  "LES DERNIERS JOURS D'UNE VILLE" un film qui ne sera pas le dernier de ce réalisateur plus que prometteur (Il a déjà obtenu plusieurs récompenses dont le prix du jury jeunes au festival des 3 continents). Pour le scénario, il a travaillé avec RASHA SALTI.

Il avait commencé par étudier le cinéma et le journalisme au High institute du Caire. Puis s'est préparé en réalisant plusieurs documentaires et courts métrages avant de fonder, en 2007,"Zero production" afin de produire des films indépendants. Pour son premier long métrage, Il a commencé à tourner des images du Caire en 2008; deux ans avant le début du mouvement protestataire alors que le Caire commençait déjà à être  étouffé par l'autorité du régime de HOSNI MOUBARAK après 30 ans de règne.Pris dans le tourbillon de la fête et de la violence, "il lui fallait trouver la force de continuer de vivre la douloureuse beauté des "Derniers jours de la ville", comme il dit.

 

DER 5

 

L'Histoire est celle d'un cinéaste - Documentariste de 30 ans: KHALID (KHALID ABDALLA). C'est encore l'hiver, KHALID semble s'être un peu écarté du chemin qu'il s'était tracé et il essaie de le retrouver sans trop savoir comment il doit faire. Il filme sa ville le Caire, ses proches et il collectionne des images qui pour lui font ressortir l'essence de cette capitale Egyptienne avant qu'elle vienne à disparaître comme son père qui est décédé et sa mère en train de nourrir aussi. De plus, la femme qu'il aime tant a décidée de le quitter et de quitter l'Egypte.Il doit donc trouver un appartement dans cette ville encombrée et en plein chaos ou partir.

 

der9

 

A l'occasion du festival du film du CAIRE, KHALID va retrouvé trois amis, réalisateurs eux aussi, qu'il n'avait pas revu depuis longtemps : Le premier  s'était réfugié à BERLIN, HANAN (HANAN YOUSSEF) de BAGDAD et BASSEM (BASSEM FAYARD) de  BEYROUTH. Pour fêter ces retrouvailles, ils décident tous d'aller faire une virée nocturne dans les rues du centre ville. Chacun raconte son histoire et celle de leur ville et ils rient de leurs destins. khalid est obligé de reparler de ce qu'il a mis en chantier depuis 3 ans sans avancer. Il leurs explique ce que serait son film et le pourquoi de ce titre. Ses amis sentent que peut être il ne va pas abandonné comme il en avait l'intention. A leur retour, chacun envoie des images de sa ville où on se bat aussi ; ils espèrent ainsi que ça va lui donner envie de finir ce qu'il a commencé. Les images des villes de ses amis montrent aussi que les divisions du monde arabe font que partout on est en errance et en décomposition.

 

DER 8

 

Le réalisateur laisse le doute sur les derniers jours de la ville: s'agit-il du Caire ou parle -t-il aussi de ses derniers jours à lui  avant de quitter le Caire ?

Sommes nous en train de vivre la dissolution apocalyptique de la société civile égyptienne ou est-ce la veille d'un renouveau de la vie? On regarde cela comme un double mouvement itinérant celui de la rue et celui de la vie intérieure de KHALID: "Vous vivez dans le désespoir mais ne désespérez  pas de la vie".

 

DER 6

 

Tamer el Said pose des questions avec son film et il y répond par d'autres questions, sauf qu'au final on ressort convaincu qu'il faut partout, quelque soit la situation à laquelle on est confronté, trouver la force de continuer à vivre. Il semble avoir conçu son film en voulant montrer ce qu'a été ce parcours cinéma. Pour lui, son propos n'était pas de livrer une lecture personnelle politique de ce qui est en train de se passer car il est dans le doute et l'incertitude totale; le tumulte demeure.

DER 3

Comme les jeunes de ce pays, il en est encore a chercher sa place, les désillusions ont tuer l'espoir et aujourd'hui il a peur du vide: "Tout ce que je sais c'est que je veux filmer. Il y a quelque chose d'insaisissable: les gens dans la rue, les foules, le bruit. J'ignore si c'est quelque chose que j'adore ou que je hais? Tout ce que je sais, c'est que je veux vivre pour le présent et l'avenir". A travers son film il ne cherche pas des réponses, il veut seulement questionner le public pour susciter la réflexion.: "Ce n'est pas ma vision qui compte, c'est la perception du public". Il refuse à expliquer la réalité des images afin de ne pas s'enfermer dans cette fin du monde où tout serait Noir, ni transformer son histoire en une romance où tout apparaîtrait comme étant Blanc. C'était impossible pour lui d'écrire son scénario comme une lettre d'amour dans la situation dans la quelle il se trouve et dans laquelle se trouve sa ville natale, l'Egypte toute entière, le monde arabe aujourd'hui.

der &

 

Durée du Film :1 h 58

*

 

Posté par alex-6 à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2017

CINEMA D'ANIMATION- LE GRAND MECHANT RENARD

 

R4

Vous avez peut - être acheté pour vos "pitchouns" un de ces trois livres de BENJAMIN RENNER , trois contes qui mettent en scène des animaux de ferme hors norme ? C'est ce même zouzou-là qui en 2013 avait réalisé un long métrage sur "ERNEST ET CELESTINE" qui avait été jugé "MEILLEURS  FILM D'ANIMATION -2013 avant d'être sélectionné aux OSCARS l'année suivante. Le savoir faire Français avait frappé avec un film d'animation entièrement dessiné à la main. Alors ne boudons pas notre plaisir et celui des pitchouns avec ce nouveau long métrage qui est une adaptation des livres pour grand écran. Le scénario a dû être bien évidemment revu et corrigé pour le cinéma par BENJAMIN RENNER et JEAN REGNAUD; c'est devenu trois contes de 26mn chacun. Avec PATRICK IMBERT à la mise en scène. Je ne vous parle même pas du collectif de petites mains pour dessiner les animations de tout ça et en faire au final une sorte de triptyque.

 

R8

 

Ne pas avoir recours à la 3D stimule l'imaginaire et le fait que le style soit épuré avec des couleurs chatoyantes de douceur rend l'animation encore plus dynamique gorgé de gags désopilants avec des dialogues qui le sont tout autant. Laissez vous emporter dans cet univers ludique qui risque de réveiller en vous quelques souvenirs pas si lointains d'un passé que vous serez heureux de ne pas avoir totalement oublié. Si vous avez encore besoin d'être rassuré pour aller voir ce film d'animation, dites-vous que, mine de rien, il traite à travers ces contes de problèmes Humains sans aller jusqu'au "KO" mais d'une manière légère et douce.

Il est temps à présent de vous dire quelques mots sur les trois histoires :

 

R10

 

1- Le GRAND Méchant RENARD

Ça se passe dans une ferme à la campagne. Un renard plus maladroit que méchant; un peu naïf, tente d'abord de dévorer une poule sans succès car la poule en question à un fort caractère de mère poule qui aime bien profiter de son temps de libre pour lire. Fatigué d'être humilier, il se laisse convaincre que ça serait peut -être plus facile de simplement voler des oeufs, puis d'élever les poussins pour les manger ensuite. Il commence par en voler trois mais ce qu'il n'avait pas prévu c'est que quand les poussins sortent de leur coquille ils prennent le renard pour leur mère...

 

R6

 

2- LE LAPIN et la CIGOGNE

Un lapin fantasque et un peu irresponsable et un canard s'avance sous un pommier dans l'espoir de croquer quelques pommes , ils sautent sur les branches mais une se casse et entraîne la chute d'une cigogne qui porte dans ses bras un bébé qu'elle doit porter à ses parents. Dans sa chute (elle est un peu éméchée) elle semble s'être cassée une aile mais comme elle n'est pas du genre travailleuse, elle en profite pour laisser le bébé, le biberon et l'adresse des parents avant de partir en courant ; c'est au lapin de faire la cigogne aidé par son ami canard pour trouver la bonne adresse....

 

R3

 

3 - Il FAUT SAUVER NOEL

En se réveillant un matin, le cochon qui est un animal joyeux et débonnaire trouve devant sa porte le canard râleur et le lapin tout excité à l'idée que ça va être noël. Ils veulent construire un bonhomme de neige à côté du sapin décoré mais soudain ils croient voir le père noël qui risque de tomber de la fenêtre, ils tentent de lui porter secours sans voir que c'est un faux décoratif et bien sur quand ils le font tomber il se casse. Nos deux excités pensent avoir tué le vrai père-noël. Le cochon se moque d'eux mais à sa grande surprise il va découvrir qu'ils sont adultes et responsables; c'est eux qui vont remplacer le père noël et livrer les jouets....

 

 

RR16

 

Il y a d'autres animaux comme le chien paresseux, un loup impassible et des poussins qui pensent que leur mère renard est plus forte que le loup, ils sont donc, eux aussi, des poussins -renard plus fort que le loup dans la bergerie....

Terminons sur l'accompagnement musical de ROBERT MARCEL LEPAGE qui a mis l'humour en musique.

Durée du Film : 1 h 20

 

R17

 

*

Posté par alex-6 à 08:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 juin 2017

CINEMA - KO : PLUS DURE SERA LA CHUTE

 

 

KO5

 

 

ko real

Au départ, disposant de 6 millions de budget pour son deuxième long métrage, après un premier qui avait reçu les encouragements de la critique ("SIMON WERNER A DISPARU")sans convaincre le public(moins de 90 000 spectateurs),FABRICE GOBERT, qui avait mieux réussi à la télévision avec la série "Les revenants", cherche, à présent, à confirmer son statut de réalisateur de cinéma. 

Un bon point pour lui, il n'a pas choisi de faire dans la facilité. Aidé par sa compagne VALENTINE ARNAUD, ils se sont lancés dans l'écriture d'un scénario qui a pour cadre le monde des sans scrupules de la télévision où aussi vite que vous vous trouvez propulsé comme la personnalité star du petit écran, aussi vite vous retombez dans l'anonymat le plus complet, rejeté par tous vos soit disant anciens amis et admirateurs (c'est un peu pareil au cinéma). leur idée était de traiter de façon indirecte de la violence au travail, des rapports de pouvoirs, du mépris par l'argent et de l'incapacité à se mettre à la place des autres: "Mon plaisir de faire un film réside dans le fait de trouver comment traduire en image une idée de scénario, même, au besoin, en modifiant complètement une scène ou un personnage".

 

KO 9

 

C'est vrai que la télévision aide à fabriquer des personnages qui croient facilement être ce qu'ils ne sont pas dans la vie réelle.La chute n'en sera que plus dure...

Les élections politiques de ces derniers temps illustrent bien, elles aussi, que les Politiques avaient eux aussi tendances à se prendre pour des vedettes indéboulonnables.

Au travail, même si c'est pas aussi médiatique c'est pareil avec ces nouveaux gardes-chiourmes que l'on nomme Directeur des Ressources Humaines. Bref, un peu partout, le rêve de gloire et d'immortalité a mis en place une sorte de monde parallèle réservé à une élite de super héros imaginaires.

 

KO 3

 

Monsieur Antoine (LAURENT LAFITTE)est un directeur de programmes de télévision qui assume ses pouvoirs de maître absolu, arrogant et dominateur qui n'a que mépris pour les subaternes. C'est sans doute ce même comportement dans sa vie privée qui fait qu'il traverse une crise de couple avec sa femme Solange (CHIARA MASTROANNI). Un matin pourtant,il se réveille sur un lit d'hôpital avec un gros pansement sur le thorax.Il ne sait pas trop combien de temps il a été plongé dans le coma, ni comment c'est arrivé; du côté médical on dit que c'est dû à une attaque cardiaque mais lui a le sentiment plutôt qu'on lui a tiré dessus. Le fait est, qu'il a été complément KO et il va découvrir en sortant de l'hôpital pour reprendre ses activités que plus rien n'est pareil. Au KO succède le chaos. Antoine n'est plus rien, sans pour autant comprendre ce qui lui arrive. Plus personne ne le reconnaît et il est rejeté comme un inconnu. Même ce qui pense être son chez lui et au travail son bureau, il a été remplacé. Il vit ce moment comme un cauchemar éveillé et un complot de tout son entourage contre sa personne.Il cherche quand  même à comprendre ce qui lui arrive mais plus il avance et plus les pistes se brouillent, sans qu'il parvienne à tirer les leçons du pourquoi cela se passe ainsi? Il a un sentiment d'impuissance et le désespoir n'est pas loin avec la fatigue qui s'accumule, fatigue physique et psychique qui résulte d'un épuisement que certains qualifient de "Burn-out" professionnel.

PIO MARMAI est BORIS.

 

KO 6

 

Vous l'avez compris,on va devoir assister à une histoire tragico-fantastique avec du suspens jusqu'au bout pour connaître le fin mot de tout ça, même si au départ la victime est un personnage antipathique au possible avec qui c'est difficile d'éprouver de la compassion. On reste juste parce qu'on a envie de savoir. Le metteur en scène a cherché à entretenir le suspense mais il a un peu trop forcé sur les interrogations qui font que le récit tarde trop à laisser entrevoir une piste qui évite cette impression de faire du sur place à partir du milieu du film. Le scénario finit par être bancal et peu intéressant. La fin ne sera pas une apothéose : Tout ça pour ça !. Pas sur que tous les "scrooges" de la société moderne qui viendraient à regarder ce film ouvrent enfin les yeux sur les problèmes sociaux qu'ils nous imposent.

Durée du film: 1h 55.

 

KO 4

 

*

 

 

Posté par alex-6 à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juin 2017

CINEMA - LA MOMIE : NE DERANGEZ PAS UNE MOMIE QUI DORT

 

MOC

Cette semaine on va faire dans les films d'actions de divertissement. Le premier sera consacré à un super héros alors que le deuxième sera avec des personnages disons plus normaux...

"LA MOMIE" est le fruit de la volonté d' Universal de développer les films d'horreurs autour de personnages célèbres, FRANKESTEIN, DRACULA,  etc. Au départ "la Momie"tournée en 1999, il n'était pas prévue que ça devienne une saga, mais l'idée leurs est venue de faire une série avec les grands monstres du cinéma:"Monsters cinématic universe". Pour la première, on a donc choisi de fait un "reboot" de la version 99,c'est a dire de redémarrer avec un nouvelle version sur de nouvelles bases (et non pas un REMAKE de film ancien). L'ancienne relatait l'histoire qui était celle d'un chasseur de trésor qui avait ouvert un sarcophage découvert dans les entrailles d'Hamunaptra (la cité des morts) et ressuscité le prêtre Imolys qui avait été momifié pour avoir tué le pharaon. Le chasseur de trésor était accompagné par une Égyptologues et son frère. Ils s'appercevront vite que cela a réveillé 3000 ans de rancoeur et de vengeance. Ils sont devenus la cible de la momie qui va aussi vouloir se venger du monde entier.

 

MO3

 

La Version tournée entre Avril et juillet 2016 est disons une version moderne qui se situe dans le présent. Le super-heros Nick MORTON (TOM CRUISE) fait partie des membres d'élites de l'armée Américaine avec Jenny HALSEY (ANNABLLE WALLIS) ils sont envoyés en mission pour détruire une base terroriste dans le désert et ils découvrent par hasard le saprophage d'une momie qu'ils décident de rapatrier dans leur gros avion. Ce qu'ils ignorent c'est que le sarcophage renferme la momie de la princesse AHMANET (SOFIA BOUTELLA) qui avait été momifié vivante et enfermée dans le sarcophage à cause de son arrogance envers le pharaon. Cet enlèvement par les airs lui a redonné vie et elle aussi n'a plus qu'une idée se venger du monde entier et tout détruire à commencer par l'avion et ses occupants qui sont attaqués par une nuée de chauves souris. Jénny est sauvée par un parachute mais Nick est victime du crash sauf qu'à la morgue lui aussi ressuscite comme si lui même était devenu un super héros pour empêcher que la Momie ne détruise tout.

 

MO11

 

Pour toutes ses actions spectaculaires on a, bien évidement, dû recourir aux effets spéciaux , mais on connaît le côté "casse-cou" de TOM CRUISE qui a demandé à ce que les cascades dans l'avion en train de se crachés se passent sans effets spéciaux. On a donc fait un modèle d'intérieur de cargo et on a tourné la scène à l'interieur de la cabine d'entrainement:  la VOMIT COMET de la Nasa qui sert habituellement à habituer les astronautes au manque de pesanteur; ainsi tout le monde flotte en tous sens avec des hauts et des bas de 20sec (vomissements garantis). Le tournage de cette scène s'est faite en 4 vols avec 16 Chutes et 6 chutes libres.

 

MO 11

 

L'autre personnage important de cette histoire est HENRY JEKILL interprété par RUSSEL CROWE; Ce spécialiste de l'Egypte ancienne connaît lui les origines et la malédiction de cette momie féminine.

 

MO6

REALISATEUR

Alexander KURTZMAN est un réalisateur -scénariste - producteur américain de 44 ans qui, depuis "Mission impossible 3" et "The Island", est qualifié "d'arme secrête d'Hollywood" à cause des milliards que ses films rapportent au box office même si tous sont loin d'être des chefs d'oeuvres. Il a longtemps collaboré avec l'autre réalisateur ROBERTO ORCI.

Côté technique on regrettera les actions qui s'enchainent les unes après les autres avec un vitesse qui ne donne pas le temps au spectateur d'apprécier et le montage qui visait à maintenir le film dans une durée ne dépassant pas les 2 heures qui a obligé à des coupures brutales pour passer à l'action suivante ce qui enlève au scénario une fluidité qui aide à mieux suivre ce qui se passe dans une continuité logique.

Bref, la Momie ne restera pas dans les anales du cinéma et aura bien du mal à motiver pour la suite.

Durée du film: 1 h 51

 

mo1

 

*

Posté par alex-6 à 20:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]

CINEMA - FREE FIRE: CA TIRE DANS TOUS LES COINS...

 

F7

Appelons-ça un Thriller à huis-clos de divertissement avec plus de 6000 coups de feu et 500 explosions; le tout sans effet numérique . En Amérique il a déjà rapporter plus de 2, 6 millions de dollars de recette; mais c'est vrai que là bas on est habitué à ne pas ménager les armes à feu.

 

F2

 

benw

BEN WHEATLEY est un réalisateur britannique de 45 ans qui n'a pas froid au yeux. Son choix de situer l'histoire dans les années 70 lui a permis de se passer des téléphones mobiles, ce qui rend le hangar, ancien entrepôt vide en mauvais état, comme un lieu totalement clos et dangereux, pendant les 6 semaines de tournage.  Il avait prévu un nombre d'actions individuelles incalculable mais uniquement avec des effets physiques et pas d'effet numérique. Sa décision était de tourner toutes les séquences dans l'ordre chronologique ce qui a demandé une préparation minutieuse. C'est au tout début qu'il vous faudra respirer l'air ambiant extérieur et bien sur au final quand on verra les lumières rouges des voitures de police et qu'on entendra hurler les sirènes au loin.

 

F4

 

L'histoire est une affaire de ventes d'armes clandestines entre deux groupes et une femme qui doit servir d'intermédiaire. Quand tout ce beau monde est arrivé on rentre dans le hangar où doit se faire la transaction avec le marchand d'armes pour les représentants de l'IRA. Sauf que les armes sont de très mauvaises qualités. Les armes repartent dans la camionnette et l'argent de l'Ira est remis dans la mallette. Un des Irlandais reconnaît dans le camps des marchands d'armes un qui la veille l'a battu alors qu'il voulait défendre une femme maltraitée par son cousin. A partir de là, il y a un échange de coup de poings qui dégénèrent vite en bagarre rangée à coup de feu mais comme les tireurs ne sont pas toujours bien entraînés ça dégénère dans du grand n'importe quoi; le porteur de la mallette prend une balle dans la tête et la mallette qui s'ouvre...les fusils de tous  calibres entrent en action, morts et blessés ne se comptent plus...Quand le téléphone se met à sonner en haut dans un bureau, certains pensent qu'il vont pouvoir appeler des renforts. Justine qui tente de se mettre à l'abrit est contrainte de tuer celui qui voulait se débarrasser d'elle; un des tireurs qui avait échappé aux balles et gravement brûlé en tombant dans un piège. Certains sont tellement en panique qu'ils se mettent à tirer sur leur propre groupe. Celui qui reçoit la mallette est tué à son tour. Dans le bureau on continue de s'entretuer pour pouvoir se servir du téléphone. Un des membre de l'Ira finit par rentrer dans le hangar mais se fait aussitôt tuer. Un autre cherche à s'échapper à bord de la camionnette avec la mallette mais se fait descendre à son tour alors que se déclenche un incendie. les derniers survivants de ce carnage se battent pour  avoir l'argent en attendant l'arrivée de la police. C'est Justine qui en fin de compte sortira avec le pactole. On a une impression de chaos et d'horreur.

Si avec tout ça vous n'êtes pas convaincu qu'il s'agit d'un film d'action dans lequel on passe son temps à s'entretuer ça ne sera pas faute de  ne pas vous avoir prévenu....

 

F8

 

Au casting on trouve:

BRIE LARSON qui est Justine

CILIAN MURPHY est Chris

ARNIE ARMMER est Ord

SHARLKO COPLEY Vernon

SAM RILEY Stevo

JACK REYNA Harry

 

F3

 

Vous vous demandez peut-être pourquoi je veux vous envoyer dans cette galère? C'est que voyez-vous j'ai vu qu'un des producteurs  exécutifs n'était autre que MARTIN SCORSESE et que j'ai pour ce grand réalisateur beaucoup de respect pour ses jugements.

"Quand Scorsese tournait "Hugo Cabret" il s'est intéressé à plusieurs films britannique dont le mien "KILL LIST". Il m'a donne rendez-vous à New-York. Il est tel qu'on l'imagine, une boule d'énergie, une culture cinématographique époustouflante; c'est un grand cinéaste vivant. Par la suite, je lui ai envoyé le scénario de "Free Fire", il a aimé et a souhaité participer. On a profité de ses précieux conseils d'un bout à l'autre du tournage; on peut dire qu'il avait toujours raison. C'était tout bonnement extraordinaire".

" Pour mon film je me suis un peu inspiré de mon jeu vidéo de tir à multiple joueurs "Counter strick". Pour moi, le cinéma d'action c'est le cinéma à l'état pur. Avec ce film, je voulais quelque chose de dynamique, de cinétique qui joue à faire tout ce que j'aime dans un film.

Pour le préparer, j'ai lu énormément de récits de fusillades pris dans les annales du FBI où étaient impliqués des agents et des pilleurs de banques. Dans ces rapports, on relatait ce qui se passe au coup par coup avec des détails sur qui avait tiré, quelle balle et sur qui, les blessures car on ne meurt pas forcément tout de suite et dans les échanges de coups de feu on notait que la plus part des tireurs n'étaient pas bien entraînés. J'ai donc voulu reprendre ça tout en restant dans le cadre d'un divertissement.... J'ai fait appel pour la musique au duo GEOFF BARROW et BEN SALLSBURRY: une grande partie de mon film est sans musique mais quand on l'entend, ça prend le dessus de manière efficace".

Durée du film : 1 h 30

 

F10

 

*

Posté par alex-6 à 20:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

CINEMA - RETOUR A MONTAUK : C'EST PAS SON GENRE

 

M2

schonder

VOLKER SCHLONDORF est un réalisateur allemand de 78 ans qui s'est fait sa place parmi les bons réalisateurs internationaux.Vous me direz, il a été à bonne école en étant l'assistant de réalisateurs comme MELVILLE, RESNAIS,Louis MALLE. Son premier long métrage date de 1966, il était devenu un des représentants de la nouvelle vague Allemande en décrivant des personnages de la société contemporaine. En 1976, son film "le tambour" avait été palme d'or à Cannes ex aequo avec "Apocalypse Now". Son dernier "DIPLOMATIE" (2014) avait cartonné en France. Normal donc quand il sort un film que l'on pense que, même si l'âge est-là, on va avoir droit à du très bon SCHLONDORF, sauf qu'ici, poussé par son producteur, il a voulu sortir de son genre habituel de film historique centré sur l'histoire des gens autre que la sienne. Et c'est là que ça se gatte un peu, comme si arrivé en haut de l'escalier il s'était "viandé" (comme on dit en argot) sur la dernière marche... Bon, comme pour cette semaine j'avais pris sur moi de faire dans la violence à laquelle il semble que l'on va devoir s'habituer, il fallait bien que je rajoute un film un peu plus romantique qui se passe quand même au bout d'un monde fantôme: "Montauk" qui s'ignifie la fin des terres en amérindien est une île en bout de Long Island où les gens qui y viennent en touristes ont l'impression que la terre comme la vie s'arrêtent au bout sans que l'on puisse revenir en arrière.

M3

L'idée est parti du livre du Suisse MAX FRISH à la fois essai et roman biographique. Pendant 5 ans, Schlondorf a essayé d'en faire un récit cinématographique; il a même collaboré avec l'écrivain COLM TOIBIN pour écrire un scénario qui tienne la route à partir d'une trame de base avant que ça devienne un travail totalement indépendant du roman. Au final ils ont écrit un double portrait d'écrivain en intégrant les expériences de leurs propres vies personnelles. Dés lors, les décors sont devenus des toiles de fond avec deux personnages central qui partagent des émotions, des regrets sur les occasions manquées, alors que dans le livre l'écrivain raconte la passion qu'il a eu pour NEW-York, Montauk et pour son héroïne qui se prénomme REBECCA avec qui il a vécu une belle histoire d'amour 17 ans en arrière.

clar m1

A présent, MAX ZORN (STELLAN SKARSGARD)revient à New-York pour faire la promotion de son livre après que sa jeune femme Clara (SUZANNE WOLFF) l'ait devancé d'un mois pour tout préparer sur place. Alors que tout se déroule au mieux, Zorn ne parvient pas à oublier la REBECCA (NINA HOSS)de sa jeunesse.Heureux hasard, Rebécca le retrouve. Cette allemande de l'Est, installée à New-York depuis 20 ans est devenue une très bonne avocate, célibataire? Max qui est un homme égoïste, infantile et un peu mou, réussit à convaincre Rebecca de finir la semaine avec lui en allant passer deux jours à MONTAUK qui avait été le lieu de leur première rencontre.C'est l'hiver, Qu'espère-t-il? Rebecca ne semble pas, elle, vouloir revenir en arrière... CLARA de son côté n'est pas plus inquiète que ça, Max a l'habitude de vouloir s'isoler pour retrouver sa muse....

M6

On ne retrouve pas la fougue de ses films précédents. C'est une romance assez mièvre: "Ce qui est important pour moi c'est ce qui se passe entre les lignes, c'est pas le texte" ah, bon?

Durée du film : 1h 46

M5

*  

Posté par alex-6 à 20:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2017

LIVRE -L'ECOLE DU MONDE :Scenario d'un projet de film

 

NOUVEAU LIVRE DE L' AUTEUR DE CE BLOG

(Sur le Cinéma bien sur !)

l-ecole-du-nouveau-monde-bertussi-alexis

L’ECOLE DU NOUVEAU MONDE 

Le Pitch :

Avril 1505 : alors que la GUERRE est présente aux portes de Florence, le gonfalonier, assisté par son secrétaire MACHIAVEL, organise une exposition à l’intérieur de son palais, ouverte au public, avec les deux cartons de "Batailles" réalisés par deux grands artistes LEONARD DE VINCI et MICHEL-ANGE qui sont présent pour l’inauguration comme un certain nombre d’invités dont RAPHAEL. Trois journées plus que mouvementées avec beaucoup d’inattendues se déroulent…

la trame de ce film est la guerre qui est la maladie de l'humanité

Pour Commander:

LIVRE FORMAT 15x23 cm -126 pages

par l'Edition du net prix 16 € (frais d'envoi non compris)

ou me contacter par mail

à alexandre.bertussi@orange.fr 

Merci!

 

 

 

Posté par alex-6 à 01:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]