y a quoi à chercher ?

26 août 2016

 SPECIAL ETE

img010

LE CINEMA AVANCE DES REFLEXIONS POUR FAIRE AVANCER LES GENS ENSEMBLE!

Mes autres sites et blog:

http://antoniogramsci.e-monsite.com/ (biographie)

http://taftacroisade.canalblog.com/ (Politique)

 http://olympiensmarseillais2013.e-monsite.com/  (sport)

http://deixis.art.e-monsite.com/ (art)

http://lesclefs.e-monsite.com/

(politique : élection présidentielle 2017)

*

 41320 VISITEURS au 26 Aout 2016. 

(53950 pages vues)

MERCI A TOUTES et TOUS

Liste des 110 Pays visiteurs: France - Usa - Belgique - Canada - Allemagne - Corée du Sud - Russie - Tunisie - Maroc - Espagne - Algérie - Royaume Uni - Italie - Luxembourg - Monaco - Afrique du Sud - Japon - Taiwan - Egypte - Guyane - Bresil -  Grèce - Israël - Suède - Ile Maurice - Colombie - Bulgarie - Mexique - Guadeloupe - Norvege - Pologne - Irlande - Madagascar - Ukraine - Benin - Rwanda - République Tcheque - Argentine - Turquie - Suisse - Côte d'Ivoire - Guinée - Thailande - Portugal - Nouvelle Zélande -Chypre - Mali - La Barbade - Hongrie - Polynésie Française - La Réunion - Sénégal - Finlande - Hong Kong (Chine) - Croatie - Togo - Congo - Géorgie - Cameroun - Macedoine (ex Yougoslave)- Mauritanie -Ethiopie -Emirats Arabes Unis - Equateur - Liban - El Salvador- Venezuela- Arabie Saoudite- Roumanie- Chine- Haïti- Lettonie- Chili- Pays-Bas- Philippines- Zambie- Albanie- Malte- Vanuatu - République de Corée- Martinique - Nicaragua- Vietnam - Iraq - Australie - Gabon - Kazakhstan - Costa Rica - Singapour- Estonie- Lybienne jamahiriya- Qatar - Slovaquie - Bolivie- Koweït - Bélarus - République arabe Syrienne - Jordanie - Mauritanie - Pérou - Paraguay- Burkina faso- Inde- Kénya - République Dominicaine - Bangladesh - Uruguay - Autriche - Tanzanie -

*

PS: Après avoir lu ces commentaires, sachez que si vous êtes allé voir un film votre commentaire ou critique est toujours le bienvenu. 

Posté par alex-6 à 09:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


CINEMA - DIVINES : LES CLITOS DES BANLIEUES SE REBIFFENT

 

 

 

MOB DIV

Décrocher une "CAMÉRA D'OR" pour son premier long métrage n'est pas donné à la première venue. HOUDIA BENYAMINA est une française de la banlieue parisienne diplômé de l'ERAC (École régionale d'acteurs de Cannes). Avec son diplôme en DNSPC et le I an d'aide de la FIJAD, elle crée en 2006: 1000 visages, un atelier d'écriture à la grande Borne pour démocratiser le cinéma. Dès la réalisation de son premier court métrage elle est repérée par un producteur (Marc BENOIT CREANCIER) ce qui l'encourage à poursuivre avec un moyen métrage (Sur la route du Paradis) primé dans plusieurs festivals. Normal qu'elle envisage après ça un film long métrage mais déjà rien que l'écriture du scénario prendra 3 ans avec l'apport de ROMAIN COMPINGT qui l'aide à préciser les scènes qui incarnent le coeur du sujet: "C'est pour moi le véritable scénariste de mon film; il a su s'approprier les thèmes, les lier à la narration pour faire une véritable universalité de mon histoire. Il est intervenu à toutes les étapes du film jusqu'à réécrire des passages dans la salle de montage". Tout ça, pour bien comprendre que bien débuter au cinéma c'est possible mais ça demande quand même pas mal d'études en amont.

 

NOIRE ARABE

 

 

REAL DIVINE

BENYAMINA pense que le cinéma est un art complet qui peut servir à poser des questions pour déboucher sur la réflexion. Au départ son idée de film part toujours d'une situation qu'elle trouve injuste: "Il faut avoir une structure narrative forte puis avec l'émotion et le mouvement on peut faire naître la Réflexion...Le cinéma doit être aussi  un acte politique, car pour moi la politique doit rester individuelle".

Pour "DIVINES", au départ, ce sont les émeutes des banlieues de Paris de 2005 qui lui ont inspirée l'idée de ce film: " J'ai raisonné mes proches mais j'avais moi aussi envie de sortir et de tout défoncer. Ensuite je me suis demandé pourquoi cette colère n'avait pas abouti à une véritable révolte? Mon film est un constat pas une révolte. Mon besoin de créer vient toujours d'un sentiment d'injustice."

 

DIV TATOU

 

L'histoire de ce film est celle de quatre personnages qui résument l'image de la banlieue. Ici c'est Evry où se côtoient Les trafiquants et la religion.

A 15 ans Daunia en a marre de vivre dans un taudis avec les ROMS et d'être considérée comme une "bâtarde". Elle rêve comme beaucoup de jeunes de son âge d'une vie de rêve au soleil, d'un long séjour paradisiaque au volant d'un bolide décapotable. Mais elle sait que pour arriver à ça il va lui falloir grimper tout en haut de la face illégale de la société. Alors avec  sa meilleure amie Maïmouna elle décide de tout faire pour changer de vie. Pas question de continuer à zoner en BEP d'accueil en se contentant de faucher des sodas dans le super marcher de la cité pour les revendre pendant la récré. Elle ne supporte plus d'être dressée dans ce centre d'apprentissage pour devenir une hôtesse d'accueil à 1300€ maxi par mois; ce quelle veut c'est :"MONEY,MONEY, MONEY". Elle refuse pareillement de se tourner vers la mosquée qui ne promet que du vent. Ce quelle veut c'est du cash tout de suite. La sortie passe par la case apprentie dealer. Elle décide donc d'aller offrir ses services à REBECCA qui est une dealeuse respectée qui se paie de beaux mec et qui roule en décapotable. Comparée à REBECCA qui présente une grande autorité et sait se faire respecter dans son trafic en plein jour, DAUNIA parait bien frêle et son amie qui ne la lâche pas: Maïmouna est une femme corpulente mais d'un gentillesse absolue si bien que ce duo donne l'impression d'être les LAUREL et HARDY féminin d'Evry. Rebecca va vite se rendre compte que Daunia a "du clitoris" Comme elle dit. Daunia devient même une boxeuse pour apprendre à se faire respecter avec les poings. Elle ne tarde pas à gravir les échelons de ce marcher souterrain et à se faire beaucoup de fric en menant un début de belle vie. Cela jusqu'au jour où elle découvre un beau garçon qui s'entraine à danser le hip hop dans une salle locale.:" il m'a mâté comme si j'étais un big mac au milieu du ramadan". Ce coup de foudre va déclencher en elle un dilemme entre faut -il continuer  de chercher à s'enrichir par tous les moyens et par la violence si nécessaire où l'amour qui mêle musique et danse doit -il prendre le dessus sur les amis ? Avec cette question: l'ART est-il plus fort que l'argent ? 

 

ARGENT DIV

 

Le  casting a pris deux années et s'est passé la plupart du temps dans son atelier 1000 visages. Au départ elle a beaucoup hésité à confier le premier rôle à sa jeune soeur même si celle -ci suivait des cours de théâtre et de danse depuis l'âge de 12 ans. Mais OULAYA (AMAMRA) est têtue, elle a abandonné l'école catholique pour suivre le travail avec sa grande soeur et se mettre à la boxe; au bout d'un an, elle à remporté le rôle qui ne sera sans doute pas le dernier.

Pour son amie, HAIDA voulait une femme forte avec des formes à l'écran ;"j'ai testé DEBORA (LUKUMUENA) qui venait régulièrement à l'atelier pendant un an son endurance et son engagement, puis je l'ai préparée pendant neuf mois pour ce rôle avant de lui confier".

Quand au rôle de Rébecca (Jessica KALVANDA) Au départ elle avait pensé à un homme mais sa rencontre avec HABIBA une dealeuse elle découvre que le caïd était une meuf une femme de caractère  et d'une autorité fascinante;"je me suis beaucoup inspirée d'elle pour le rôle de Rébecca". KEVIN MISCHEL est le danseur DJIGUI).

Le film est loin d'être parfait, par moment, les critiques ont relevé qu'il manquait de justesse mais l'ensemble à bien mérité sa caméra d'Or. Il ne reste plus à HOUDA de nous montrer dans son prochain film qu'elle est capable de se sortir de son milieu des banlieues pour nous offrir une création où elle même découvrira autre chose: les injustices sont partout, ce sont elles qui engendre la violence.

Durée du film 1 h 45

BAGNOLE DIV

*

Posté par alex-6 à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2016

CINEMA - BLOOD FATHER : LA VIOLENCE PEUT ELLE ETRE UNE VALEUR QUI LIBERE?

 

RETROUVAILLE

 

RICHET

Quand on est une vedette comme MEL GIBSON qui a besoin de relancer sa carrière après quelques ratées de films, on peut supposer qu'on ne choisit pas son réalisateur par hasard, surtout s'il est étranger, Français en l'occurence. JEAN FRANCOIS RICHET a été catalogué "meilleur réalisateur" en 2008 avec son film en deux parties "MESRINE" alors qu'il avait réalisé son premier film en 1995 ( "ETAT DES LIEUX") c'est dire qu'avec 8 longs métrages c'était pas certain qu'il soit le meilleur choix pour relancer un acteur dans un film d'action d'autant que l'histoire de ce "PERE DE SANG" est tirée d'un roman moyen de PETER GRAIG (même si SYLVESTER STALLONE avait, un temps, envisagé de tenir le rôle de JOHN LINK) Et pourtant, il semble bien que ça se présente bien en salle ; peut être parce que pour beaucoup de spectateurs ça marque la fin des vacances et qu'il va falloir très vite se remettre dans le bain en continuant de vivre avec cette "violence" qui semble s'être installée un peu partout dans le monde de façon durable.

L'auteur romancier GRAIG a accepté de réécrire un scénario avec la dernière partie de son livre et avec ANDREA BERLOFF comme co-scénariste.

Le casting étant complété avec ERIN MORIATY qui joue Lydia la fille de John Link, et DIEGO LUNA (Jonah) son petit ami.

 

BLOOD DEBUT

 

Ce qu'on peu remarquer d'entrée c'est que pour Mel GIBSON côté muscle des bras il y a encore du répondant. Par contre les maquilleuses ont fait un gros travail sur son visage pour en faire un ex taulard (pour protéger son père adoptif) en liberté préventive qui pour se ranger de son ancienne vie de motard bike alcoolique, au lourd passé de violent, est allé s'installer dans une grande caravane en dehors de toute habitation pour mener une vie de reclus qui se contente de faire des tatouages pour gagner sa nouvelle vie de repentance. Il fallait pour cela que son visage soit non seulement buriné par le soleil mais avec des rides aussi profondes que les sillons dans la terre. Un vrai visage de sauvage repenti avec une barbe poivre et sel. On pourrait reprendre ici ce qu'écrivait  SAÜL STEIBERG  sur les femmes :" Ce qui fait qu'une femme moins belle est plus intéressante  c'est qu'elle a sur son visage et dans son corps l'empreinte de la société à laquelle elle appartient". Ça semble exactement l'effet recherché par le réalisateur sur le visage de Mel Gibson et c'est très réussi.

 

blood-father-richet

 

L'histoire est assez classique : Une jeune ado qui a longtemps vécue loin de son père se retrouve dans une sale affaire à cause de son petit ami, drogué notoire, qui l'a entraîné dans un braquage qui tourne mal lorsqu'il a voulu arnaquer un cartel de la drogue. En cavale, elle n'a d'autre dernier recours que d'appeler son père pour qu'il l'aide à échapper aux membres du cartel qui veulent sa peau et celle de son ami. En père repenti de sa négligence passé, il décide d'accepter pour se racheter. Pour cela il va devoir oublié sa conditionnelle, sa vie pépère de tatoueurs et renouer avec la violence des armes à feu. Et pour commencer essayer de renouer d'amitié avec ses anciennes mauvaises fréquentations pour déjouer le plan du cartel : "LA CAVALE c'est la SURVIE". C'est dans la violence totale qu'il espère sauver sa fille en lui transmettant le goût de cette violence qu'il pense libératriceet qui l'aidera à devenir elle même.

 

LA RAGE BLOOD

 

Dans ce film d'action, il est question de survie, d'émancipation, d'amour et de sacrifices avec partout cette même Violence; on tue pour ne pas mordre la poussière, c'est la société qui veut ça pour le réalisateur: " j'ai voulu rendre à l'image une ambiance sauvage qui mette en valeur la nature; c'est aussi un conflit dramaturgique Père/ Fille installés dans leur monde respectif" Pour lui, la vie de ce père n'a été faite que de sacrifices (alors que pour moi c'est surtout un sale égoïste qui n'a longtemps pensé qu'à lui) sans rien obtenir en retour ! Presque il l'excuserait de reprendre goût à la violence comme si cela allait le soulager à défaut de le libérer.

 

BLOOD 3

 

Certains critiques expliquent l'attitude du Réalisateur par le fait qu'il est issue des quartiers ouvriers et qu'il a débuté dans la vie en étant lui même un ouvrier qui fait que son cinéma est lié à ce vécu social et sociétal  qui a la violence en fond de décor?

 

BLOOD MOB

 

Pour ma part, je trouve que son histoire de film a été bâtie avec beaucoup de rigueur dans les nombreuses actions sans omettre une certaine justesse  avec ici et là de l'émotion. Bref, un bon film d'action de rentrée qui va très certainement faire remonter la côte de MEL GIBSON qui même dans un rôle de paumé comme celui-là reste un grand acteur de talent qui n'en a pas fini avec le cinéma.

 

BLOOD FILLE

 

Durée du film: 1 h 28

*

Posté par alex-6 à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2016

CINEMA - MIMOSAS : LA TRAVERSEE DE L'ATLAS

 

mimosa LINCEUL

Il y a trois ou quatre livres qui sont toujours en tête des éditions et que la plus part des familles possèdent même si ils savent que peut être ils ne les liront jamais en entier avec facilité et plaisir: LA BIBLE des juifs et chrétiens, Le CAPITAL de Karl MARX, la DIVINE COMEDIE de DANTE et le CORAN des musulmans.

Pourquoi je pense à ça au moment d'écrire mon commentaire sur le Film "Mimosas" ? Sans  aucun doute parce que je trouve que le jeune réalisateur OLIVIER LAXE a fait avec son film une version cinéma moderne Marocain de la "Divine Comédie" et que les quatre ouvrages que j'ai cité avec ce film traitent du même sujet : La FOI.

atlas 1

Et je pense encore que si le film a reçu le "GRAND PRIX  NESPRESSO" à la semaine internationale de la critique à Cannes 2016 c'est aussi parce que sa structure cinématographique est comme celle de la Divine comédie :" sans elle, il n'y aurait pas de poésie" comme dirait Gramsci (il a écrit dans sa prison mussolinienne un commentaire sur le 10éme chant de "l'enfer").

ATLAS 4

L'histoire de ce film est assez simple:

Un CHEIK (chef de tribu chez les bédouins arabes,respecter pour son grand âge et ses connaissances) organise une caravane pour son retour au pays à SIJILMASSA. Sentant que les jours lui sont comptés, il décide de faire traverser à sa caravane les montagnes du Mont ATLAS. Mais la plus part des caravaniers prennent peur et refusent de continuer. Seuls deux voyageurs SAID et AHMED sont d'accord pour continuer en disant qui connaissent un route.

Dans un taxi au milieu du désert, un Patron (Dieu?) explique à Shakib qu'il l'a désigné pour être le Guide de la Caravane qui doit traverser l'Atlas. Ce nouveau Guide qui ne sait pas trop de quoi ça retourne accepte l'offre du patron et se met à la tête de la caravane car le Cheik est décédé. On veut le mener à destination dans son linceul blanc malgré le trajet qui risque d'être périlleux et sans changer l'itinéraire choisi par le cheik. Le patron dans le taxi a demandé, sans dire pourquoi, de veiller particulièrement sur AHMED. Le voyage va vite se révéler très difficile, le paysage est de plus en plus menaçant: passage de lacs, de moraines, sol caillouteux et même un goulot étroit et vertigineux où il va falloir se passer le linceul qui renferme le cheik de main en main: "Nous sommes dans la gueule du géant endormi". A un moment ils penseront même avoir perdu le corps qui est tombé à l'eau;aussi quand ils le retrouvent on entend crier "ALLAh AKBAR". Quand quelqu'un doute d'arriver au bout comme par exemple Ahmed, Shakib lui dit simplement:" tu dois avoir la foi... Il y a toujours une solution", "même si elle est folle ou tient du miracle;l'acceptation du problème est une forme de foi" ajoute le réalisateur.

ATLAS 2

O LAXE ATLAS

OLIVIER LAXE est diplômé du cinéma (Université de Pompeu Fabra). C'est le fils d'une famille d'immigrés galliciens. En 2010 il avait fondé un atelier de créations cinématographiques pour enfants "DAO BYED". C'est d'ailleurs avec les enfants du centre social de TANGER que cette année là il tourne un film en 16mm :"vous êtes tous des capitaines", nomminé pour la Caméra d'or".

Et voilà son second film "Mimosas":" Je fais des films avec l'envie de me transformer un peu, de découvrir des choses, de voyager de plusieurs façons.... Ce film est un conte, une histoire épique ; les personnages ressentent la foi et parlent directement d'elle. La condition d'idiot de SHAKIB lui confère une légitimité aux regards des septiques.... C'est la détermination, la grâce et l'innocence qui transmettent l'idée ou plutôt la sensation de ce qu'est la foi. Le divin se manifeste beaucoup sous la forme du paradoxe et à travers l'amour qui le fait. Mimosas est un film ouvert qui peut parler à des publics différents du point de vue des cultures et des idéologies. C'est un film "d'interritorialité" dans un sens positif ; un film d'aventures physiques et métaphysiques".

ATLAS 6

Son film n'est en rien un film religieux, pas plus que ne l'était en son temps le livre de "la divine Comédie". Seule les intéressent la Foi. Et c'est pas la société dans la quelle il nous est donné de vivre à présent qui peut donner à penser qu'on pourrait s'en passer.  Tout est question de foi pour changer le monde en un meilleur. il faut la foi d'un Karl Marx pour croire que cela était possible c'est pour cela qu'il a voulu donner à comprendre ce qu'était le " capital". Les plaisirs de ce film sont: Physiologique (sensation et perception sensorielle du corps), sociologique (relation avec les autres), Idéologique (les valeurs, les aspirations, la foi), psychologique (réaction mentale,émotionnelles). SHAKIB remplace Virgile, le guide de Dante qui lui, ici, est représenté par le cheik défunt. Dans Mimosas, ils ne descendent pas en enfer mais ils montent et c'est pareil compliqué pour arriver dans leur paradis. Le film comme le livre de Dante est un récit de voyage.Dans le chant introductif Dante raconte son égarement spirituel dans une forêt obscure; Laxe fait démarré son film dans un taxi au milieu de nulle part. Virgile est l'envoyé de Béatrice pour libéré son être aimé du pêché alors que Shakib est missionné par un patron-Dieu. Dans les deux cas la foi est nécessaire. Dans les deux on trouve un fleuve infernal qu'il faut traverser. Les ravins qu'ils traversent sont tout aussi escarpés...

Laxe vit depuis quatre ans à Tanger au sud du Maroc.

ATLAS 3

MOHAMED SHAKIB BEN OMAR est Shakib

AHMED HAMMOUD est Ahmed

SAÏD AAGLI est Saïd, l'homme au turban vert

composent le casting.

ATLAS 8

Ce film nous dit aussi qu'il faut croire au Cinéma.

Durée du film: 1 h 33

ATLAS 5

*

 

 

Posté par alex-6 à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2016

CINEMA D'ANIMATION : IGBAL L'ENFANT QUI N'AVAIT PAS PEUR : L'ESCLAVAGISME N'est pas mort.

tim-iqbal-masih

C'est bien qu'un film d'animation empêche que l'on oublie que l'esclavagisme des enfants continue dans le monde et que cette bataille est loin d'être gagnée, y compris dans nos pays dit civilisés où des enfants réfugiés, non accompagnés, sont utilisés par des "mafias" de pays européens comme voleur à la tire dans les endroits les plus touristiques. Ailleurs quand ces enfants ne sont pas traités comme des esclaves du travail dans leur propre pays, on les recrute pour en faire des soldats de guerre kamikazes...

IGBAL MASIH (1983 -1995)

C'était un enfant de paysan Pakistanais. La famille s'était endettée pour célébrer le mariage du fils ainé. Dans l'incapacité de rembourser la dette on avait vendu Igbal 4 ans à la "mafia" de l'industrie du tapis d'Orient qui exploite plus de 8 Millions d'enfants confinés dans des ateliers pendant 12 heures, tous les jours à partir de 4 heures du matin, enchaînés à leur métier à tisser. On les utilise pour la finesse de leurs doigts jusqu'à ce que leurs mains soient ravagés.

IGBAL aurait connu un peu de répis grâce au Président ESHAN KAN de la ligue contre le travail des enfants (BLLF) qui en fera le porte parole et un orateur hors pair dans de multiples conférences à travers le monde avec un seul slogan: "N'ACHETEZ PAS LE SANG DES ENFANTS !".

Après La Suede et les Etats -Unis, IGBAL avait reçu un prix de REEBOK et avait déclaré vouloir consacrer cet argent pour faire des études d'avocat; Lorsque sous la pression internationale le PAKISTAN avait décidé en 1993 de faire fermer des dizaines de ces ateliers et libéré plus de 3000 jeunes pakistanais, IGBAL était retourné à l'école dans son village. Mais alors qui roulait sur la route en bicyclette le matin du 16 Avril 95 en compagnie de deux copains, Il sera tué de plusieurs décharges de plombs sur la route de CHAPA KANA MILL. IL avait 12 ans. La police conclura dans son rapport que c'était simplement un assassinat entre un Paysan et IGBAL.

 

IGBAL 2 V

 

 

igbal velo

LIVRE

  l'Histoire d'Igbal a d'abord été relaté dans un livre par l'écrivain Italien FRANCESCO D'ADAMO en 2005 (Edité en 2007 en livre de poche 192 pages).

MICHEL FUSILLIER est un artiste de l'animation au cinéma qui avait débuté en 1970 en fondant un groupe studio INK pour réaliser des films publicitaires et de série TV. Dix ans plus tard,il poursuivra en fondant le STUDIO QUICK SAND PRODUCTIONS indépendant pour réaliser plus de 300 films d'animation:

"Face à ce fléau des enfants exploités, j'ai ressenti cette proposition de film sur IGBAL comme un impératif éthique mais mon intention n'était pas de faire un documentaire mais de raconter un histoire pour toucher un jeune public. Il est important de donner un caractère universel et donc de transplanter sous forme d'une fable dans un pays imaginaire. Notre but n'était pas de dénoncer telle ou telle culture mais de raconter aux jeunes une histoire d'enfant prodige, un petit paysan qui comprend tout seul l'immoralité de l'exploitation des enfants et dénonce les pratiques odieuses et malheureusement universelle de la société des adultes."

 

iqbal_2-

 

Il a eu la bonne idée de s'adjoindre pour co-réalisateur BABAK PAYAMI un réalisateur Iranien qui lui a apporté des informations sur les cultures de ces pays en lui évitant les clichés:" j'ai éliminé du scénario toute trace de dialogue apitoyé ou moralisateur; aux discours pompeux j'ai préféré que l'on mette en avant l'action avec des rebondissements de sentiments qui réconfortent la soif de justice, afin de permettre aux enfants de s'identifier et de partager l'aventure du héros. On a introduit le symbole visuel du PHÉNIX, oiseau mythique qui renaît de ses cendres, symbole de la révolte d'IGBAL".

 

phenixtapis

 

Au final, ce film d'animation est un vrai film de création artistique avec un qualité originale des dessins, et un choix judicieux de n'utiliser la 3 D que pour l'animation des personnages (les décors sont en 2D). IGBAL est ici représenté sous les traits d'un enfant joyeux, espiègle qui a l'âme d'un artiste pour tisser des tapis qui sont comme des tapisseries. Au début il passe son temps avec sa jeune chèvre qui est sa confidente et qui lui donne force et courage.Quand la vie devient une dure réalité, il trouvera quand même la force de se séparer de sa chèvre, pour aller travailler dans un atelier de tissage de tapis afin de pouvoir gagner de l'argent pour payer les médicaments dont a besoin son grand frère malade. Mais il se retrouve exploité et maltraité par la famille du marchand avec d'autres enfants. Quand il rêve, il lève les yeux au ciel et regarde les petits nuages bleu pastel (symbole de la vie) dans lesquels il imagine un monde meilleurs fait de toute sorte d'animaux dont un superbe Phénix qui prend son envol. Pour garder une trace de ce rêve, il se sert de son talent de dessinateur-tisseur pour mettre ce rêve sur un tapis. Les petits copains avec qui il travaille dans l'atelier le prenne pour un rêveur et ne pensent pas qui soit possible de sortir de cette prison du MARCHAND DE TAPIS GIZMAN et de sa femme (ils ont surtout peur qu'on les punisse en les mettant dans un trou noir creusé dans le sol de la cour) IGBal réussit à s'enfuir par un trou dans le toit et à rejoindre la ville pour chercher de l'aide afin de rendre la liberté à ses amis....

 

ig 1

 

Un film d'animation qui justifie l'utilité du cinéma en divertissant.

Durée du film : 1 h 20

 

iqbal-4

 

*

 

 

 

Posté par alex-6 à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 août 2016

CINEMA -TONI ERDMANN : UN GAND SOUFFLE DE FRAICHEUR

 

wil 1

 

Il y a comme ça des surprises qui bousculent bien des certitudes. On pensait le cinéma allemand renfermé derrière les murs de son passé, obnubilé par sa réussite économique, incapable d'audace et de liberté et voilà que mine de rien une jeune réalisatrice Allemande (elle est née en 1976) vient balancer une grosse berta à la crème sur Cannes et son jury en costume paillette avant de repartir avec le Prix de La CRITIQUE INTERNATIONALE pour laisser le Festival dans sa notoriété de magistrat suprême du Cinéma mondial d'aujourd'hui. 

 

WIL 2

 

maren ade

Pour son troisième long métrage MAREN ADE s'est, dit-elle, inspirée des relations compliquées avec sa famille. Elle a situé son film hors d'Allemagne, en Roumanie: "Parfois tourner ailleurs aide à se sentir plus libre vu que l'on manque de repères.... Pour les scènes comiques et pour pouvoir les filmer dans leur globalité, il fallait s'assurer que Toni (PETER SIMOISCHEK  un acteur de Théâtre) était crédible sous son personnage, tout en laissant paraître qu'il s'agit bien de Winfried le père de Ines. En amont du tournage, on préparé minutieusement et travaillé, mais les acteurs avaient leur part de liberté (même si pour la scène du bar on a fait 3 jours de répétition). Quand les choses prenaient un autre cours et que cela en valait la peine, on était prêt à modifier l'éclairage à 180°; On passait énormément de temps sur le plateau à travailler chaque scène mais on pouvait tout changer le jour du tournage... J'ai créé cette situation qui fait que les personnages donnent le sentiment de jouer dans un film car je suis attachée à un certain réalisme dans la narration. Ça apporte, me semble-t-il un sentiment de fraîcheur dans la vie d'Ines et de WINFRIED, de l'espièglerie, de l'audace et de la liberté. Cela permet de se ré-approprier d'une autre manière cette idée loufoque de WIN que tout redevient possible".

WIL 9

Avec ce film Ade pose la question: C'est quoi le Bonheur aujourd'hui ? A partir d'un film qui est le récit burlesque d'un père et de sa fille; INES (SANDRA HÜLLER) incarne l'esprit de cette Allemagne d'après le mur qui s'est investi dans l'économie mondiale au dépend de la vie individuelle et familiale pour réussir à tout prix sans savoir vraiment quel est le sens de cette vie, et si en fin de compte c'est pas trop cher payé (la natalité est en forte baisse)? WINFRIED son père est tout ce qui reste de cette Allemangne contestataire et libertaire de Jadis qui à la retraite est resté un artiste idéaliste qui organise des spectacles comiques dans les maisons de retraite. Divorcé d'une femme qui a oubliée ce qui jadis a motivé leur union et la naissance de leur fille, il refuse aujourd'hui de laisser l'amour qu'il porte à sa fille se perdre car il est certain que  la vie qu'elle mène, entièrement et uniquement consacré à son travail de cadre supérieur dans un cabinet d'audit international qui prodigue des conseils en externalisation des entreprises pour dit-elle s'assurer un plein essor économique  commercial, ne la rend pas heureuse. Il veut, pendant qu'il n'est pas encore trop tard pour elle (elle n'est plus toute jeune), la faire sortir de sa bulle et lui faire comprendre que même si elle est arrivé à un stade où elle gagne bien sa vie en donnant des ordres à son personnel et passant nuit et jour à élaborer des stratégies pour assurer sa réussite professionnelle, à un moment il faut oser saborder cette vie pour espérer, un jour, pouvoir savourer pleinement le bonheur de la vraie vie.

 

WIL 4

 

Au départ, il pense simplement lui rendre visite à Bucarest car il sait qu'elle ne viendra pas le voir, à cause de son travail, pour son anniversaire. Il se rend vite compte que cette visite impromptue lui fait peur; elle connaît son père qui adore faire rire avec des blagues et qu'il est imprévisible. Elle redoute surtout qu'il lui fasse honte sur son lieu de travail alors qu'elle a organisée une grande réception pour convaincre des Clients potentiels. Elle est un cadre rigide et froid qui a le souci des convenances. Heureusement,  son père se fait expulser, mais alors quelle se croit soulagée après cette fin de semaine cauchemardesque, le lendemain soir, le voilà qui revient en ayant revêtu une perruque et un dentier qui est loin de le mettre en valeur. il se présente devant sa fille qui l'a reconnu comme étant TNONI ERDMANN Consultant et coach.

 

WILL 12

 

On comprend la que sa visite ne doit rien au hasard, qu'il a quelque chose derrière la tête et qu'il ira jusqu'au bout pour faire ouvrir les yeux à INES. Comme le rire et les blagues sont les dernières armes qui lui restent, il va faire en sorte que sa fille, qui n'a rien oublié de ses rires d'enfants pendant les pitreries de son père, finisse par comprendre ce qu'il est venu chercher.

WIL 5

A partir de là, les scènes comiques vont atteindre une très haute intensité avec des quiproquos dévastateurs  entre la fille et ce père bout en train qui n'en loupe pas une. La critique sociale devient rageuse  dans le rire entrecoupée par des moments de silence suggestifs sans sombrer  dans le parti pris démago et quand on organise un brunch très professionnel pour que l'équipe se ressoude ça finit que tout le monde se met à nu même sa fille qui pourtant à beaucoup de mal pour se sortir de sa robe moulante qui la serre et l'oppresse, donnant l'impression d'une chrysalide sortant de son cocon pour devenir papillon.

Pour habiller le tout WINFRIEND se déguise en géant poilu à longue tête qui déambule dans les rues le jour de l'An Bulgare et pendant le carnaval pour faire fuir les esprits malveillants et faire d'INES UNE FEMME LIBRE qui a retrouvé son père.

 

WIL 3

 

Avec ce film MAREN HADE confirme que la sensibilité est la qualité principale des femmes pour évoluer dans le monde actuel ; comme l'a dit  YOURCENAR : " sans la sensibilité l'idée reste au plan du problème abstrait ou statique" et plus encore que même pour une Allemande la sensibilité n'interdit pas le rire.

C'est le film qu'il faut absolument voir pour bien mesurer ce que s'ignifie le nouveau cinéma.

 

wil nue 

Durée du film : 2 H 42

*

 

 

 

 

Posté par alex-6 à 06:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 août 2016

CINEMA - STAR TREK : 50 ANS DE SAGA

 

ST d

JUSTIN LIN

STAR TREK est de retour!. Les Vaisseaux partent toujours de la base spatiale de YORKTORWN ; Le vaisseau vedette pour les missions lointaines reste le bon vieux USS ENTREPRISE avec l'équipage commandé par le toujours jeune James t kirk (CHRIS PINE) avec bien sur l'inoubliable SPOCK aux oreilles pointues (ZACHARY GRUNTO). La Fédération qui regroupe les terriens avec d'autres galaxies confie la mission de 5 ans à  KIRK d'aller jouer la carte de la paix avec une galaxie ennemie en offrant à son chef un "ARTEFACT" qui est une arme biologique destructive puissante mais le chef ennemi refuse ce cadeau qu'il pense empoisonné pour le tromper et soumettre son peuple à la Fédération.... Après cet échec comme ambassadeur KIRK décide de se porter au secours d'un équipage en perdition mais au delà de la ceinture d'astéroïde le vaisseau est attaqué par une multitude de petits vaisseaux qui s'incrustent dans le Vaisseau avec à sa tête le terrible extra terrestre à la forme Humanoïde KRALL (IDRISS ELBA) qui veut récupérer l'ARTEFACT (Il faut 5 heures de maquillage pour transformer IDRISS et 2 heures après les scènes de tournage pour le libérer).

ST 2

Le personnage nouveau de cette saga est JAYAH joué par la franco algérienne SOFIA BOUTELLA qui a pratiqué 5 ans de danse et qui a accompagnée plusieurs célébrités pour leur spot -Madonna par ex en 2005. Elle va se révéler être l'alliée extra terrestre de l'équipage en perdition grâce à son agilité et à sa force redoutable dans les combats. Son maquillage blanc avec sur son visage des peintures de guerre  rendent son visage inoubliable (Elle aussi a dû se plier à 2 heures de maquillage avant chaque scène): "On voulait créer ce personnage indépendant. On l'avait appelé au départ Jennifer- Laurence, puis J-Law et pour finir JAYAH".

ST9

Pour compléter ce casting citons encore: Montgoméry Scooty ( SIMON PEGG) - Léonard Bones Mc Coy (KAR URBAN) et Uhura (ZOE SOLDANA).

ST 4

Le Scénario était au début août 2014 de Roberto ORCI ( Scénariste des 2 premiers volets) MC KAY et JO PAYNE, mais Orci ayant renoncé à le mettre en scène, le scénario a été revu par SIMON PEGG et DOUG JUNG pour le tournage qui a débuté en Juin 2015.

Un petit coup de chapeau aux habilleurs qui ont habillés 50 espèces d'extra terrestres pour ce film.

Pour "Sans limites" L'équipage  quitte la terre pour une mission qui va les propulser aux confins de la galaxie avec au final un affrontement qui met aux prises deux êtres qui ont des esprits totalement contraires et inconciliables. Entre il y aura pas mal de casse.

 

ST1

A la différence des autres films de science-fiction cultes  Les stark treck essaient de sous entendre une question  par ex "quelle est notre capacité à se préserver de menaces lointaines à l'intérieur et à l'extérieur? Ici on semble nous laisser entendre que plus on va loin plus c'est dangereux . Les précédents épisodes vantaient les mérites de la "fédération" pour se protéger contre les complots terroristes et militaires. Dans celui-ci il semble que la fédération n'a plu la côte et que "l'entreprise" est mise à mal. Spock amoureux se pose des questions sur son humanité, Kirk sur son devenir en repensant à son père disparu...

ST 6

Du côté de ce que les critiques ont le moins aimé on notera la caméra à l'épaule pour filmer les combats rapprochés qui deviennent illisibles, les images de synthèses pour la séquence mot-cross et de manière générale les mouvements intempestifs de la caméra qui tourne en tous sens. Alors que le vaisseau Entreprise à fini en pièces et que son équipage a été dispersé, il renaît de ses cendres, tout neuf, sans qu'on nous explique comment et le décor de la mystérieuse planète est tout aussi baclé, ça ressemble à une lointaines terre bis en jachère, caillouteuse et avec une maigre végétation, sans saveur ni mystère.

ST 5

Au final, ça reste quand même un assez bon film de science -fiction estival qui fera le bonheur des Ados  qui raffolent d'actions et de héros pour un futur sans limite, qui ne fait pas rêver. PINE pour son premier film de science-fiction ne nous aura pas surpris même si d'ores et déjà les propriétaires des droits commencent déjà à jeter les bases pour une suite.

Durée du film: 2 h 03

ST 3

*

Posté par alex-6 à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2016

CINEMA - L'ECONOMIE DU COUPLE

 

BORIS ET MARIE

 

LA FOSSE

C'est le réalisateur Belge JOACHIM LAFOSSE qui s'épanche sur un fait de société : la fin de vie en couple. Il va observer une cellule familiale qui après  15 ans de bonheur se désintègre avec à la clé un problème d'argent. Il se faufile de pièce en pièce et comme les filles jumelles du couple assiste dans un effroi silencieux aux prises de bec du couple entrecoupés de moments de lassitude qui rendent le malaise permanent. Le but du réalisateur: " amener de la complexité vers le plus grand nombre des spectateurs" et montrer les émotions d'un couple que sous tendent les conflits conjugaux qui se terminent souvent comme elles ont commencées par une question d'argent. Le dada du cinéaste est de faire des films sur les couples en danger.

 

PAPA JUM

Jadis et encore maintenant, même si on décide de vivre séparément beaucoup s'efforcent de ménager les apparences souvent parce que la femme qui a été confiné dans une vie recluse de mère de famille à la maison redoute de se retrouver seule, sans argent et sans travail. Ne parlons même pas des vieux cons qui attendent la retraite pour plaquer leur femme et se chercher un nouvel amour plus jeune....

DISPUTE

Pour cette  fiction qui relève de l'anti-comédie romantique, LAFOSSE a décidé avec MAZARINE PINGEOT d'écrire un scénario à 4 mains: MAZARINE PINGEOT et FANNY BURDINO Dans un coin et JOACHIM LA FOSSE avec THOMAS VON ZUYLEN dans un autre en s'échangeant, au fur et à mesure, des morceaux avec aux final le souci que les acteurs puissent s'emparer du jeu avec justesse tout en évitant d'en faire une émission genre "télé réalité". Pour la caméra, le choix s'est porté sur la caméra STAB-ONE dernier née, plus souple pour filmer dans les intérieurs où les espaces sont limités (tout le film se situe à l'intérieur de la maison).

BERENICE BENJO (Marie) trouve là un rôle pas facile dont elle se tire très bien. CEDRIC KAHN (Boris) de son côté assure avec les deux Jumelles JADE et MARGAUX qui apportent une touche d'espoir et MARTHE KELLER (Christine) à qui est revenu le rôle de telle mère, telle fille.

FAMILLE

15 ans que BORIS et Marie se sont mariés pour le meilleurs avec la venue de deux soeurs jumelles dans la famille. Elle est une universitaire de bonne famille qui a apporté dans la dot une maison avec un jardin. Lui, Boris, est un homme à la voix un peu particulière (étranger?) qui a gardé un petit côté infantile mais qui a côté de ça est un bricoleur qui a été capable de rénover la bâtisse du sol au plafond. Un jour sans crier gare, le grand amour s'est rouillé et patatras Marie qui s'est mis à ne plus supporter ce qu'elle avait aimée en BORIS au point de vouloir l'épouser: sa voix, son infantilisme et même sa démarche. Lui non plus ne supporte plus d'être considéré comme un moins que rien qu'on rabaisse et humilie sans cesse. Comme on dit, le divorce est consommé sauf qu'avant que la séparation se fasse il faut se mettre d'accord sur la séparation des biens, en l'occurence cette maison à la quelle tous les deux tiennent autant pour des raisons différentes ; BORIS qui n'a pas les moyens de se payer un autre logement entend bien continuer à vivre dans sa maison même si il n'a doit qu'à un tiers de l'habitation; on sent qu'il na pas encore fait le deuil de son couple, alors que pour Marie la page semble définitivement tournée. Comme dit Marie "chacun a ses jours". Les deux fillettes assistent impuissantes et silencieuses à ce jeu de massacre, les insultent fusent, la violence des mots a remplacé les rires. L'égoïsme a pris la place de l'amour déchu...

 

JUMELLES

C'est le genre de film où il est difficile d'échapper à la comparaison. Ici c'est sec comme une image de vie qui n'a rien de poétique, C'est un mode d'expression qui sous entend la comparaison et un rapprochement de situation passée ou présente (à venir?) "Morituri ti salutant". Personnellement, c'est le genre de film anti-poétique qui ne m'attire pas beaucoup, mais bon, c'est l'été et c'est bien de ne pas se cantonner à chercher que ce qui plaît à soi.

Durée du FILM: 1 h 40

 

BONHEUR

 

*

CINEMA - STEFAN ZWEIG ADIEU L'EUROPE :

En contre parti si vous éprouvez mon ressenti de célibataire je rajoute ici un film de la même semaine totalement différent: "STEFAN ZWEIG : ADIEU L'EUROPE" de la réalisatrice MARIA SCHRADER.

MARIA SCHRADER

 

 

parasol

 

 

zweig

ZWEIG est né en 1881 en AUTRICHE ,il était juif et après avoir été journaliste,ami de FREUD et de ROMAIN ROLLAND, a trouvé sa voix dans la traduction et dans l'écriture de romans "AMOSK", "LA CONFUSION DES SENTIMENTS" " PITIE DANGEREUSE" et pour finir un récit allégorique sur l'echec de la civilisation européenne et son age d'or: "LE MONDE D'HIER". ZWEIG était un  écrivain reconnu pour sa clairvoyance et son refus de simplifier son propos lorsqu'il ne partage pas le point de vue exprimé par quelqu'un d'autre mais c'es aussi un être qui se voulait prudent à cause de l'angoisse qui ne le quitte jamais et qui refusera de s'engager politiquement ce qui lui vaudra d'être abandonné par tous ses amis écrivains. Voyant le danger que fait courir la montée du nazisme et pas seulement pour les juifs, il décide de quitter son pays en 1934 contre l'avis de sa famille. il se réfugie à LONDRES, divorce de sa femme FRIEDERIKE et épouse LOTTE et aussi change de nationalité pour ne pas être considéré comme un réfugié politique car ils sont mal traités!. En 36, pour rester neutre alors que la guerre d'Espagne fait rage, ils partent au Brésil. 

CONGRES

 En 39, après avoir achevé "la pitié dangereuse", il fuit les bombardements de Londres, mais en Amérique on aime guère les Austro-Allemands. Devant ce climat hostile, ils partent encore pour le BRESIL épargné par la guerre où il est populaire. De temps à autre, il fait encore des courts voyages en Argentine et en Urugway et même à New-York pour donner une conférence (1941). Son angoisse ne cesse de grandir et l'ASTHME n'arrange rien ; aussi après avoir terminé sa biographie il écrit une dernière lettre testament pour explique pourquoi il a décidé de mettre fin à sa vie en se suicidant  au Barbiturique (Le Veronal) en compagnie de LOTTE qui n'a pas voulue l'abandonner (22 février 1942). Il  pense que l'europe de "l'âge d'or" agonise et va disparaître, mais seul ce vieil homme qui se voulait plus Européen que JUIF, peureux et malade, est mort à 60 ans en emportant sa femme dans son angoisse!.

 

APPART

JOSEF HADER est ZWEIG - BARBARA SURKOWA est FRIDERIKE- AENNE SCHWARZ LOTTE

AMOUR

Durée du Film 1 h 46

*

Posté par alex-6 à 16:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2016

CINEMA- JASON BOURNE : L'ESPION AMNESIQUE QUI AGIT

 

mob

 

Si vous êtes de ces spectateurs qui préfèrent les actions aux dialogues, avec la 5ème de JASON BOURNE  vous allez être servi. 200 véhicules (moto, auto, fourgon...) envoyés à la casse (50 conduits par des cascadeurs et 150 sans pilote), les scènes poursuites n'en finissent jamais, la traque menée par le méchant BAD GUY (VINCENT CASSEL) ne connaît aucun répit. Pour chaque cascade il a fallu pas moins de 15 caméras numériques ARRI ALEXA. Lorsque les scènes avaient lieu en plein jours et étaient un peu moins agitées on a opté pour la pellicule KODAK classique 35mm (on a seulement un peu raboté les grains au montage). L'inspirateur de cette longue série est le romancier ROBERT LUDUM qui à sa mort en 2001 a été aussitôt remplacé par ERIC VAN LUSTBADER qui depuis a encore sorti une dizaine de romans sur les aventures de JASON BOURNE. Faut comprendre que les adaptations au cinéma ont déjà rapportées plus d'un Milliards de $ de bénéfices et que cette 5ième suite a démarré fort  (120 millions de $  de budget) il a déjà rapporté les 2 premiers jours de sortis en Amérique seulement 58 Millions de $ de recette. JASON est un grand fugueur pour ce film il va devoir aller des îles Canaries, à Londres en passant par Las Vegas, New-York, Rio de Janeiros et Buenos Aires avec une nuit agitée à Athènes pendant les émeutes.

 

aux ordres

 

grengrass

On connaît PAUL GREENGRASS (60ans). Le réalisateur qui a conditionné la participation de MATT DAMON. Il aime filmer sur le mode documentaire avec une caméra de poche qui lui apporte l'esthétisme du réalisme dans une fiction en donnant l'impression de filmer la vie réelle. Il aime traiter les questions sociales et politiques du présent, d'où pour le dernier Jason Bourne la présence du héros au milieu d'une manifestation violente pendant la crise en Grèce.

 

cassel

 

Dans l'histoire de ce film, depuis 9 ans JASON avait disparu ne voulant plus avoir à faire à la CIA dont il avait été un espion car elle projetait de mettre au point une arme de destruction massive. A présent, il se contente de livrer des combats de boxe à mains nues en Grèce. Mais la CIA continue a vouloir mettre au point sinon une arme de destruction massive du moins une arme capable d'instrumentaliser la terreur grâce à un programme pour fomenter n'importe où des insurrections. Ce nouveau programme a été développé sans l'accord des politiques par une nouvelle organisation interne de la CIA. L' ancienne amie de JASON qui travaille toujours à la CIA comme informaticienne parvient à pirater ce programme et un autre document sur le recrutement de BOURNE dans l'opération TEADSTONE qui avait été ménée par le père de JASON. Le directeur de la CIA mis au courant du piratage grâce à un logiciel espion noyé dans les documents, lance la traque. On soupçonne Jason d'être mêlé à ça car MICKY PEARSON l'a rejoint en grèce pour le mettre au courant de ce nouveau projet et donc un tueur d'élite (la Ressource) qui avait été torturé en Syrie est chargé d'éliminer au plus vite JASON et PEARSON. Contraint à retourner aux affaires violentes, cela oblige Bourne à reconstituer le puzzle de son passé jusqu' à  la mort violente de son père il y a 20 ans.... Dans ce combat mortel il ne peut compter que sur l'aide d'une  femme (celles et ceux qui connaissent les épisodes précédents regretteront de devoir subir de nombreux Flasbacks sur son passé)

Pour le scénario GREENGRASS a fait appel au Co-scénariste CHRISTOPHER ROUX . Ils ont tenu à ce que le scénario soit en lien avec les derniers progrés technologiques et même aux "lanceurs d'alerte"

emmes feu

 

Côté CASTING on trouve:

MATTA DAMON (Jason BOURNE) - TOMMY LEE JONES ( Robert DEWEY le patron de la CIA) - VINCENT CASSEL (Asset le tueur d'élite) - JULIA STILES (Micky Parsons) - et ALICIA VIKANDER (Hearther Lee). Rappelez-vous de sa personne dans "Code U.N.C.L.E".

On note un effort sur le gente féminine.

 

manif

Dans ce film JASON essaie toujours de se souvenir de tout pour savoir qui il est mais ce qu'il se rappelle surtout c'est des mensonges ( y compris de son père) à son encontre qui font qu'il ne trouve jamais la paix (Eh oui, les producteur songent déjà au 6ème épisode!).

alicia ordi

Au final ça reste un bon film d'actions ; les dialogues. ne sont pas ce qui aura posé une quelconque difficulté aux acteurs. MATT DAMON assume bien son âge et sa très bonne condition physique; il sait être violent, pathétique et même tragique quand le besoin s'en fait sentir. Mais dans un tel film on ne peut éviter un grand nombre de morts violentes....

Durée du film : 2 h 03

alicia vik

*

Posté par alex-6 à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2016

CINEMA - SIERANEVADA : 40 jOURS PLUS TARD

LA MERE

Ce film du Réalisateur Roumain CRISTI PUIU a bousculé la tranquillité du dernier festival de Cannes par son titre, sa longueur et son sujet. Si on l'interroge, il dit avoir voulu donner corps à ses propres peurs; les gens qui ont des convictions lui font peur; c'est aux spectateurs qui verront son film à expliquer de quoi il s'agit. Son film est basé sur l'ineffable (ce qui ne peut être expliqué). C'est aussi ce qui ressort du choix du titre qui pourrait donner à penser qu'il s'agit là d'une sorte de Western.

CUISINE

Il a écrit un scénario précis mais s'est laissé la liberté de se contredire en introduisant en cours de tournage des personnages. Il ne s'est jamais posé la question de la durée mais du contenu de son film qui au montage faisait 3 h 30; il n'a laissé aucune place à l'improvisation; celles et ceux qui étaient impliqués dans le tournage ne sont pas des acteurs qui jouent en réfléchissant à ce que va penser le spectateur; "les gens qu'on filme sont tous des morts en sursis" dit Cristi " il faut toujours garder ça en tête". La caméra qui filme occupe la place du mort qui regarde ce qui se passe dans sa famille quarante jours après sa mort ; c'est une âme muette qui se ballade sans chercher à troubler le réel (Dans la tradition orthodoxe de son pays, l'âme du défunt est libre d'aller pendant 40 jours).

INTERNET

Ce film a bien sur un rapport avec l'histoire personnelle du réalisateur, mais à plus grande échelle, on y parle aussi POLITIQUE (on attend à la radio ce qui s'est passé très loin de là 3 jours après la mort du père :l'attentat de "Charlie HEBDO", la dispute autour de l'interprétation de l'attentat du 11 septembre sur internet où sont émis certains doutes conspirationnistes).Toutes les histoires sont des fictions et chacun(e) se construit sa propre fiction de ce qui se passe et retranscrit l'histoire de manière approximative. On ne peut trouver de réponse définitive à Rien. On vit dans un monde  dont on connaît les limites. PUIU raconte dans son film, de manière subjective, son ressenti lors du repas en famille après l'enterrement; c'est au spectateur de jouer avec ce qu'il voit, de se faire sa propre interprétation , de voir où il place ses repères et sa peur personnelle. Mais ce film est le miroir du monde clos à image réduite; c'est comme un appartement en vase clos dont on connaît géographiquement les limites mais dont on ignore tout ce qui se passe vraiment à l'extérieur au même moment; "pour comprendre, dit PUIU, il faudrait pouvoir changer le titre du film pour chaque pays, mais en fait n'importe quel titre convient. Avec la chute du Mur (BERLIN) par exemple une histoire a disparue, une autre a aussitôt surgie avec une version des faits différentes, moi qui aime l'Histoire ça m'a bouleversé."

FILLE

PUIU

Cristi PUIU est un réalisateur du cinéma Roumain qui éprouve beaucoup de difficulté à trouver des producteurs car en Roumanie il y a de moins en moins de salles de cinéma (une centaine dans tout le pays) il est donc heureux de trouver une protection dans les festivals comme Cannes (il a déjà obtenu plusieurs distinctions à "un certain regard") et le fait qu'il fait souvent des films à sketchs avec de longs plans séquences n'est pas la raison qui explique les réticences pour ce cinéma d'auteur. Diplômé des arts visuels de Genève après avoir étudié la peinture et le cinéma il s'est fait remarqué avec son premier court métrage (1995) puis a décroché plusieurs prix avec son premier long métrage en réalisant des films sur sa banlieue . Le cinéma devient alors pour lui "un médicament pour extraire de son corps le caillou qui lui fait mal".

LES MECS

Sieranevada (en un seul mot) se situe à BUCAREST; un médecin de 40 ans LARY (MIMI BRANESCU) passe après l'enterrement de son père un samedi en famille pour commémorer autour d'un repas le défunt. Les conversations vont vite tourner en débat vif et divergent. Cela le contraint de reconsidérer sa place à l'intérieur de la famille où chacun(e) exprime ce qu'il pense être sa part de vérité. Ça vire à des moments d'intensité d'une famille qui est au bord de la crise de nerfs et pas du tout à celle du recueillement. PUIU ne cherche pas à enjoliver la banalité du décor et se contente de refaire une retranscription en temps réel de là où se situe le drame. Comme l'a dit un critique "la vie est fait de hauts et de bas, celui-ci est en bas". Les personnes présentes (fils, filles, cousins, voisins) doivent attendre les popes qui doivent bénir les lieux et les présents avant de pouvoir passer à table. Et dans la tradition ancienne un fils du défunt doit revêtir un de ses habits pour affirmer sa présence; sauf qu'en la circonstance le costume est bien trop grand et qu'il faut faire des retouches qui retardent encore le repas. Alors on attend , on boit et on fini par se disputer parce qu'une fille ne veut plus entendre parler des mérites du Communisme, alors qu'un autre conteste les thèses mensongères du pouvoir en place; une autre femme qui est ivre accuse son mari d'agresser sexuellement sa voisine et pour clore le tout Lary finit par se disputer avec sa femme pour la voiture mal garée et quand il s'installe à l'arriere il fond en larmes en évoquant un souvenir d'enfance... Drôle de Samedi!

RIRES

C'est pas ce que l'on appelle un film de divertissement, mais c'est du vrai cinéma de fiction avec un thème universel pour adultes consentants. L'avoir sorti pendant les vacances (où on ressent aussi avec l'actualité la peur) est une bonne chose qui évite qu'il soit mis en concurrence avec des films primés qui ne veulent rien dire.

Durée du Film : 2 h 53

POP

 *

Posté par alex-6 à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]