u_ecoUMBERTO ECO nous donne à comprendre qu'aucun évènement qui se produit est le fait d'un hasard. "Le cimetière de Prague" est sa façon à lui de nous retracer ce qui dans l'Europe du XIX siècle a conduit au triomphe du Fascisme, de HITLER et du mal absolu. il est resté fidéle à sa façon de concevoir ses romans comme des intrigues compliquées,

 Son personnage principal qui va symboliser ce mal absolu, "la haine sue la haine", tout en étant un faussaire particulièrement intelligent, habile et déterminé avec des convictions qui peuvent aller si besoin est au crime, se présente comme un petit bourgeois qui a remplacé les plaisirs du sexe par ceux de la bonne cuisine dans des restaurants parisiens de renoms. Tous les autres personnages de ce roman sont à l'origine d'un de ces évènements qui devraient nous conduire au dénouement. Ce sont des personnages historiques pour beaucoup, d'autres que l'histoire a passé sous silence, des agents doubles, de politiciens, des catholiques et des soldats ( le massacre des communards) quitte a revoir au passage l'appréciation que l'on porte sur des héros comme GARIBALDI. Tous les évènements qui sont relatés sont vrais et ont été répertoriés pour faire avancer comme autant d'indices. Autour d'eux gravitent des personnages illustres que l'on retrouve souvent dans ces lieux de rencontres que sont les restaurants afin d'imprégnier le lecteur dans le contexte de l'époque (Freud, chopin, G.Sand....), où ont discute aussi bien de littérature que de parapyschologie. Le paranormal fait partie des croyances ancestrales. La peur des sorcières est devenu celle du Juif, du franc maçon... tous ce qui est occulte fascine, intrigue.

Eco nous explique que quand il se plonge dans l'écriture d'un roman "je ne fais pas de plan intellectuel, l'histoire se crée d'elle même...je n'essaie pas de séduire comme avec la cuisine mais de décourager. Je propose au lecteur une certaine initiation  pour éliminer les imbéciles". La cuisine tient une place importante dans ce roman. Eco a beauoup cherché sur les plats de l'époque qui ont fait la réputation des premiers grands maîtres de la cuisine Française :"J'ai été fasciné par le côté littéraire des produits, des recettes" . Eco jouit de ces moments passés à table: " je voulais utiliser ces moments pour rendre le personnage encore plus écoeurant" (c'est un glouton pas un goumet). Il se sert aussi de l'humour noir pour provoquer, mettre le lecteur mal à l'aise.

Pour moi, ça reste un roman qu'il ne faut pas mettre entre  les mains de ceux à l'esprit fragile qui prennent tout pour argent comptant et qui au final pourraient donner raison à ceux qui ont condamnés DREYFUS et trouver que le rapport sur le complot des Rabbins dans le cimetière de Prague n'est peut être pas lui non plus un faux, ou qui doutent que les fours aient réellement existés

*.