PERSON 14

Aujourd'hui on a les outils technologiques pour communiquer avec n'importe qui à l'autre bout de la planète et on est passé au stade où on essaie de communiquer jusqu'au fin fond de l'univers dans l'espoir que d'autres êtres nous répondront un jour. Au 19iéme siècle il en allait autrement, le courrier papier, le journal avait la belle vie. Aussi quand on a commencé à découvrir la Fée électricité et ses bien faits en matière de communication, on n'a pas tardé à vouloir communiquer avec les esprits et à essayer de faire parler les morts de manière un peu plus spectaculaire que l'usage des cartes/tarots, mais on a guère trouver que les tables à faire tourner.

Aujourd'hui les Médiums ont connus leur petit quart d'heure de gloire notamment avec les séries télévisées et les Horoscopes continuent leur bonhomme de chemin. Au cinéma, le genre film d'horreur a gagné en violences de toutes sortes et les jeux vidéos n'en sont pas en reste. Bref, on ne voit pas pourquoi on n'essairait pas de remettre au goût du jour le spiritisme en cette période de fête du père noël qui donne l'occasion d'offrir aux tout petits des jouets-cadeaux pour faire tourner....la tête.

PERSON7

assayas

Le réalisateur Français OLIVIER ASSAYAS, dans un moment de solitude et d'incertitude cinématographique, a décidé de se relancer comme l'avait fait avant lui Victor Hugo lorsqu'il avait dû s'exiler de cette France sous l'emprise de Napoléon le petit et de la mort de sa fille : "J'ai voulu savoir ce qui se passerait si je sautais le pas pour affronter une question de la capacité intime, profonde du cinéma à filmer l'invisible et illustrer cette idée par un film pour pas qu'elle reste théorique.... J'ai écrit le scénario en me laissant porter par mon inconscient; je crois beaucoup à cette méthode d'écriture, c'est à l'inverse des manuels de scénario américains. On la retrouve dans l'approche des romans de JULIEN GREEN. Il commence par écrire en se démarquant du réel; c'est un chemin de fiction contemporaine, ça constitue une part des besoins élémentaires du récit. On est partie prenante du présent dans lequel on vit. Le monde matériel brutalise l'individu; le luxe est en pleine expansion car il incarne la prospérité du commerce; il est opposé au spirituel, mais il n'empêche pas de voir la pertinence des Arts plastiques, de comprendre l'attirance de la beauté et d'une forme de modernité dans la mode contemporaine. Le propos de mon film est la distance critique et morale que le réalisateur doit avoir par rapport à la soumission de l'exploitation économique dans un milieu comme celui de la mode de luxe... Le monde actuel est horriblement machiste. Mon film est à contre-courant du film d'horreur. Il représente seulement comment on peut imaginer la communication avec les esprits; les acteurs sont des observateurs troublés par le fait divers qui les aspirent dans le réel."

perso 1

L'Histoire: Une jeune américaine qui fait la médium a un frère jumeau qui était installé à Paris et qui est décédé d'une crise cardiaque. Elle souffre de la même déformation. Jeunes ils s'étaient promis que si l'un mourrait il donnerait un signe à l'autre de son au delà. Pour faciliter cet éventuelle contact Mauren (KRISTEN STEWART) se rend à Paris et devient "Personal Shopper" (acheteuse de particulier) au service d'un richissime mannequin de mode pour qui elle achète vêtements et bijoux dans les magasins de luxe de la capitale afin de payer son séjour. Elle n'aime pas ce job qui fait qu'elle passe son temps à scooter dans les rues pour repérer les nouveautés. Elle est attirée par ce qu'elle achète pour la diva de la mode mais éprouve de la honte pour cette attirance. Son apparence vestimentaire reflète l'amour et la haine qu'elle éprouve avec le monde de la mode même si elle ne critique pas la superficialité de la société de consommation qu'incarne le mannequin de mode. Elle cherche avant tout à rentrer en contact avec son frère car son absence rend l'existence invivable, d'où son look presque androgyne. Elle est persuadée qu'il va la contacter, pour se faire elle se rend même dans l'appartement qu'il a occupé. Aussi quand elle reçoit d'étranges SMS sur son portable elle pense aussitôt que c'est peut être l'esprit de son frère qui se manifeste....

PERSON 3

On a compris, le film d'ASSAYAS se situe entre les vivants et le morts ; elle croit dans les forces invisibles et la possibilité de communiquer avec l'au delà; sans s'en rendre compte, par ce chemin de l'étrange, elle essaie de retrouver son passé pour qu'elle puisse s'en débarrasser et surmonter son deuil pour devenir enfin elle même. Elle est tellement perturbée que parfois pour essayer de communiquer elle s'adresse aux robinets et aux murs. Elle s'intéresse moins à l'invisible qu' à la recherche du bon outil pour communiquer avec l'au delà. Reste à savoir si c'est le bon moyen pour se reconstruire après le décès d'un être cher?

Pour la petite histoire, le tournage à Paris a commencé au lendemain des Attentats.

 

PERSON2

Même si le jury de Cannes a récompenser Assayas pour sa mise en scène,"Personnal shooper" a été grandement sifflet par le public comme si le spiritisme était passé de mode... mais rien ne nous dit qu'il réagirait pareil s'il avait frôlé la mort ? peut-on reprocher à ASSAYAS d'avoir voulu savoir ce qui se passerait en faisant un film sur une fiction contemporaine; lui pense sincèrement qu'il doit être possible de dialoguer avec ses morts. Est-ce plus invraisemblable que de dépenser des milliards dans l'espoir de tout connaître de l'infini de l'univers?

L'erreur vient seulement d'avoir voulu tenter Cannes avec un film qui n'a pas été fait dans ce but.

Durée du film : 1 h 45

PERSON 15

*